Nous Suivre

Hey ! Une recherche ?

Geeks LandsGeeks Lands

#1 DE L'ACTUALITÉ CINÉMA ET SÉRIES

Home > Analyses > Comment Afterlife a redoré le blason de la franchise Ghostbusters

Analyses

Comment Afterlife a redoré le blason de la franchise Ghostbusters

La saga Ghostbusters au cinéma est extrêmement importante dans la pop-culture populaire. Les deux premiers films d’Ivan Reitman, emmenés par son casting mythique (Bill Murray, Dan Aykroyd, Ernie Hudson, Harold Ramis, Sigourney Weaver) sont considérés comme des œuvres cultes pour bon nombre de générations. Or, 27 longues années se sont écoulées entre SOS Fantômes 2 (1989) et le remake (2016). Cette année là, Paul Feig, cinéaste à forte connotation comédie, décide de recommencer totalement la franchise en dénaturant la notion d’héritage, changeant la totalité du casting pour lancer quatre protagonistes féminins (Melissa McCarthy, Kristen Wiig, Kate McKinnon et Leslie Jones). Mais tout ne se passe pas comme prévu.

La majorité du public a rejeté en bloc le film de Paul Feig qui a récolté des critiques majoritairement négatives, reprochant au cinéaste d’avoir tué la franchise des chasseurs de fantômes avec un humour raté, une orgie d’effets visuels et un « héritage » maladroit qui aura vu l’ancien casting revenir dans des personnages complètement différents que dans les originaux. Beaucoup ont ainsi reproché à Paul Feig d’avoir voulu évincer son long-métrage de l’univers des Ghostbusters, en faisant un film beaucoup trop inclassable, au risque que les fans s’y perdent, et Ernie Hudson (Winston Zeddemore) l’a si bien expliqué auprès de Yahoo :

« Je suis un grand fan de Paul et de ces quatre actrices, ce sont tous des personnes très drôles – mais j’ai senti qu’ils se mettaient dans une impasse parce qu’ils n’ont pas fait partie de l’univers de Ghostbusters. Je pense que Paul voulait faire son truc et les fans ont vu Ghostbusters d’une manière très spécifique. Je pense que Jason a pris cela en compte dans le nouveau film. Cela aurait été plus facile s’ils n’avaient pas redémarré la franchise. […] Si cela avait été 20 ans plus tard et que c’étaient nos filles, cela l’aurait mieux lié, mais quand vous faites un reboot, vous forcez une comparaison. Cela aurait été beaucoup plus drôle s’ils avaient du matériel frais et pouvaient faire leur propre chose. Je l’ai apprécié, même si je sentais qu’il était autonome et ne faisait pas vraiment partie de cet univers qu’est ghostbusters. »

Jason Reitman, le fils d’Ivan, est allé prendre la suite de son paternel en réalisant Ghostbusters : Afterlife, sorti en Novembre 2021. Les critiques ont tout de suite été plus dithyrambiques chez les spectateurs (94% d’avis positifs sur l’agrégateur de critiques Rotten Tomatoes) et le film est bien rentré dans ses frais, ce qui n’est pas le cas de son homologue de 2016.

Ghostbusters : Afterlife est une vraie déclaration d’amour aux films originaux des GhostbustersReitman reprends tout ce qui fait l’essence des premiers films pour en tirer une vraie singularité avec un visuel moderne. Afterlife offre une captation de décors particulièrement bien recherchée avec une vraie façon de filmer le surnaturel. 

A contrario du bousin de Paul FeigJason Reitman va tout droit dans le minimaliste. La majeure partie de Ghostbusters : Afterlife consiste à introduire de nouveaux personnages et à distiller cette narration centrée autour de l’héritage de la famille Spengler. Jamais cliché, le film se détache des canevas casse-gueule de la franchise originale (l’humour omniprésent) pour une histoire de famille touchante et teintée de surnaturel, avec quelques légères colorations humoristiques. – Extrait de notre critique

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

L’héritage est un point névralgique de la réussite de ce Ghostbusters Afterlife. En prenant un tel matériel source qui a eu 27 ans pour le loger dans le cœur des fans, il aurait fallu écouter les fans plutôt que d’imposer sa vision propre en dénigrant leurs considérations et leurs affects. Si Paul Feig aurait tenu compte de l’amour des fans pour les deux premiers films et leur attachement tout particulier au casting original, les choses auraient pu se passer autrement. Il n’est pas impossible de marier la demande des fans avec une vision personnelle d’un univers. La preuve en est, Jason Reitman l’a fait !

D’autant que Jason Reitman ne s’est pas uniquement rangé dans le fan-service simple et basique mais a proposé un vrai film d’auteur sur d’autres personnages qui se tient sans les iconiques Ghostbusters. Le film met en scène un casting 100% original (Finn Wolfhard, McKenna Grace, Paul Rudd) qui sera le ciment de potentielles suites. Bill Murray et compagnie n’apparaissent qu’au tout dernier tiers du long-métrage et Reitman prend soin de ne pas les traiter comme un climax salvateur de l’intrigue puisqu’ils se retrouvent rapidement en situation d’échec face à l’antagoniste. 

Surtout, Reitman évite les gros sabots humoristiques foireux (comme les blagues de Leslie Jones) pour doser un humour fin qui se marie parfaitement au surnaturel. Loin du pop-corn movie de 2016, Afterlife est un S.O.S Fantôme digne de ce nom qui propose une véritable empreinte d’auteur, qui propose une histoire inédite mais bien corrélé au matériel source pour poursuivre cette notion d’héritage. 

Dans toutes franchises à succès, il ne faut pas tout envoyer balader par simple envie créative. Il faut prendre en compte cette notion d’héritage, de passage de flambeaux s’il y a besoin de le faire. La problématique S.O.S Fantômes peut potentiellement se retrouver dans le reboot Pirates des Caraïbes emmené par Margot Robbie. Si l’on souhaite qu’un redémarrage marche, il faut que les scénaristes s’emploient à ce que les anciennes figures appréciées du grand public dans une franchise définie puissent avoir leur place dans un dernier tour de piste. La singularité a du bon, mais la radicalité beaucoup moins. Si Paul Feig l’a appris à ses dépends, Jason Reitman a su trouver le parfait compromis.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture
Publicité

Exclus

Wanda Maximoff © Marvel Studios

Cinéma

La possibilité d’un film dédié à la Sorcière Rouge, incarnée par Elizabeth Olsen, suscite un intérêt renouvelé parmi les fans du MCU. Après une...

Dogman - Europacorp Dogman - Europacorp

Cinéma

2023 a été une année faste pour le cinéma Français. Entre les bonnes surprises de genres telles qu’Acide de Just Philippot, le Règne Animal...

Fantastic Four © Disney Fantastic Four © Disney

Cinéma

Marvel Studios a créé une véritable onde de choc dans le monde des fans de super-héros en dévoilant officiellement le casting de son très...

Madame Web © Sony Madame Web © Sony

Cinéma

L’accueil critique initial pour « Madame Web« , le nouvel ajout au Sony’s Spider-Verse, semble loin d’être élogieux, d’après les premiers retours. Dirigé par S.J. Clarkson...

Deadpool 3 © Disney Deadpool 3 © Disney

Bande Annonce

Le seul film du MCU pour l’année 2024 dévoile enfin son premier teaser. Après de nombreuses spéculations et images leakées – volontairement – Marvel...

Deadpool 3 © Marvel Deadpool 3 © Marvel

Cinéma

L’anticipation autour de « Deadpool 3 » atteint de très grandes attentes avec la nouvelle que la première bande-annonce tant attendue du film pourrait être révélée...

Plus d'Articles

Bande Annonce

Le seul film du MCU pour l’année 2024 dévoile enfin son premier teaser. Après de nombreuses spéculations et images leakées – volontairement – Marvel...

Cinéma

L’anticipation autour de « Deadpool 3 » atteint de très grandes attentes avec la nouvelle que la première bande-annonce tant attendue du film pourrait être révélée...

Bande Annonce

Le Superbowl a su livrer quelques bandes annonces de films attendus par les spectateurs. Si beaucoup de regards étaient tournés vers Deadpool & Wolverine...

Critiques

Le Sony Universe semble poursuivre sa descente vertigineuse dans les abîmes de la médiocrité cinématographique. Dans le sillage du désastreux « Morbius« , Sony tente de...

Publicité