Suivez-nous
Zombieland-2 Zombieland-2

Nos critiques

[Critique] Retour à Zombieland : Double dose de rire

Critique Retour à Zombieland – sans spoil !

Publié

le

Lecture 2 mins.

Dix ans plus tard, Zombieland s’apprête à défrayer la chronique. Tandis que le Joker (critique) met le spectateur en effroi, le mois d’octobre proposera également une double dose de rire aux larmes avec Retour à Zombieland qui applique la règle numéro 2 à merveille.

Réalisé par Ruben Fleischer, Zombieland : Double Tap met toujours Emma Stone, Abigail Breslin, Jesse Eisenberg et Woody Harrelson dans les rôles de protagonistes. Le film reprend toutes les qualités du premier opus, dans les mises en scène comme dans la narration, mais cette suite, ce Zombieland 2, est surtout synonyme de 2 fois plus drôle, 2 fois plus divertissant encore, que le premier opus déjà bien barré.

Zombieland 2

Zombieland 2

Zombieland 2 sera l’occasion de découvrir un des premiers grands rôles de l’actrice Zoey Deutch déjà vue dans The Amazing Spider-Man de Marc Webb, (la fille dans les toilettes [scène coupée]) ainsi, et surtout, dans Vampire Academy, Le dernier jour de ma vie ou encore Flower.

Zoey incarne la blonde littéralement cruche, stupide, plus blonde que blonde, un cliché déjà vu et revu, mais pourtant, le scénario proposé par Rhett Reese et Paul Wernick est fait de manière à ne pas tomber dans le réchauffé. Cette comédie zombiesque prend son essor dans l’évolution du scénario, des personnages, et le dosage d’humour et d’action font de ce Zombieland, non pas un complément au premier opus, mais bien une splendide suite de qualité.

Zombieland 2

Zombieland 2

Très peu pourvu de longueur inutile, le métrage va droit au but, tout en se rappelant ce qui a fait sa particularité il y a dix ans, et réussissant pleinement à conserver cette originalité, il n’hésitera donc pas un instant à surfer sur les clichés, qu’ils soient ou non, politiquement corrects.

Zombieland : Double Tap est un film à ne manquer sous aucun prétexte. La règle numéro 2 est appliquée à l’ensemble du long-métrage dans un contexte visant à régaler le spectateur. Le film conserve bien son annotation de parodie zombiesque, il réconcilie avec les comédies, les clichés, encore plus lorsqu’il n’hésite pas un instant à se payer la tronche des grosses affiches ciné et studios actuels, un régal.


Retour à Zombieland

2019 ‧ Film de zombies/Action ‧ 1 h 39 min

Les tueurs de zombies Tallahassee, Columbus, Wichita et Little Rock affrontent des morts-vivants nouvellement évolués.
Date de sortie : 30 octobre 2019 (France)
Réalisateur : Ruben Fleischer
Titre original : Zombieland : Double Tap
Scénario : Rhett Reese, Paul Wernick, David Callaham

À LIRE
Venom 2 : Une première image de Woody Harrelson (Carnage)
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Nos critiques

L’appel de la forêt : l’incroyable aventure

Petit bijou ou film quelconque ?

Publié

le

Lecture 4 mins.

L’appel de la forêt est un film réalisé par Chris Sanders, adapté du roman du même nom par Jack London.

Résumé : La paisible vie domestique de Buck, un chien au grand cœur, bascule lorsqu’il est brusquement arraché à sa maison en Californie et se retrouve enrôlé comme chien de traîneau dans les étendues sauvages du Yukon canadien pendant la ruée vers l’or des années 1890. Buck va devoir s’adapter et lutter pour survivre, jusqu’à finalement trouver sa véritable place dans le monde en devenant son propre maître… 

Sorti sur nos écrans le 19 Février 2020, L’appel de la forêt utilise de l’animation 3D et mêle capture de mouvements et prises de vues réelles. Le film, selon ses premiers avis critiques (65% Rotten Tomatoes ; 6,7/10 IMDB) fonctionne plutôt bien. Le long-métrage fait récemment partie du nouveau calendrier de distribution de la compagnie Disney et des derniers films produits indépendamment par la FOX avant son rachat par la firme aux grandes oreilles.

Au cinéma, l’exigence de plus en plus accrue des spectateurs peut déstabiliser un film. On l’a vu avec « Sonic le film », où la véhémence des fans a poussé Jeff Fowler à renvoyer le hérisson bleu aux effets spéciaux pour le rendre plus proche des attendus des fans. Ici, l’Appel de la forêt a connu même bashing pour le design trop cartoonesque de Buck, le protagoniste canin de l’histoire. Trop artificiel pour certains, il fallait, pour beaucoup, prendre un vrai chien.

En soi, l’appel de la forêt est un film familial complet dans ce qu’il propose, un vrai film d’aventure coupé en plusieurs actes qui apportent chacun quelque chose à l’intrigue. Toutes les parties de ce film se justifient, sont intéressantes et font le parfait équilibre entre humour, grand spectacle et émotion. Il est intéressant de dénoter que « L’appel de la forêt » à un scénario qui s’éloigne des carcans Hollywoodiens classiques. On est pas dans un scénario McGuffin, ni dans une histoire régie par un méchant mais bien dans une intrigue qui avance paisiblement avec ses protagonistes. On prend plaisir à vivre la même chose que les personnages, dans de superbes décors en prime.

Le premier acte suit l’évolution personnelle de Buck, le second se rattache à son aventure en temps que chien de traîneau et la dernière partie se rattache à sa rencontre avec Thornton et cette incroyable recherche de l’or aux confins du monde. Ainsi, ce continuum narratif se fait vraiment sans fausses notes, sans temps mort et sans tergiversations. Sanders sait comment faire avancer son récit et parvient à la guider grâce à un maniement du cadre et de l’image très propre et subtil.

Il n’y a pas de défauts notable dans la réalisation hormis à quelques rares moments. Le personnage de Buck n’est absolument pas gênant. Il fallait passer par un personnage en images de synthèse plutôt que par un vrai animal car Buck est omniprésent à l’écran et distille beaucoup d’émotions sans doute compliquées à faire ressentir chez un vrai chien. Cette recherche complexe de la bonne émotion passe surtout mieux chez un chien artificiel, et cela peut se comprendre. Néanmoins, il y quelques erreurs dans les CGI (Un plan sur une cabane qui brûle fait particulièrement faux, tandis que le frottement des fourrures entre les animaux montre aussi que les effets ne sont pas super bien travaillés).

Il faut cependant faire abstraction de tout cela et se laisser emporter par la poésie de l’histoire. La musique, la photo, les acteurs (Harrison Ford en tête de liste) parviennent à transformer cette histoire en une épopée familiale remplie d’émotion, de bonheur, de spectacle et de joie.

Surprise de ce début d’année, L’appel de la forêt est à courir voir en salles. C’est notre premier coup de cœur de cette année 2020.

À LIRE
Venom 2 : Une première image de Woody Harrelson (Carnage)
Continuer la lecture

Nos critiques

#Jesuislà – Avis rapide sur le dernier film d’Eric Lartigau

Publié

le

Lecture 1 min.

Résumé : Stéphane mène une vie paisible au Pays Basque entre ses deux fils, aujourd’hui adultes, son ex-femme et son métier de chef cuisinier. Le petit frisson dont chacun rêve, il le trouve sur les réseaux sociaux où il échange au quotidien avec Soo, une jeune sud-coréenne. Sur un coup de tête, il décide de s’envoler pour la Corée dans l’espoir de la rencontrer. Dès son arrivée à l’aéroport de Séoul, un nouveau monde s’ouvre à lui…

Notre avis : Après l’immense succès de « La Famille Bélier », Eric Lartigau est resté plutôt silencieux dans le paysage cinématographique Français. Il revient avec cette fausse comédie romantique qui jongle aussi avec le feel-good movie. Pourtant, Lartigau étonne en ne s’inscrivant dans aucun de ces genres. #Jesuislà est un parcours initiatique d’un homme qui va s’octroyer une seconde vie dans une sphère assez intime qu’est cet aéroport de Séoul. L’écriture du scénario désenclave le film de tous les clichés en prenant son spectateur sans cesse à contre-pied. Alain Chabat y est divin tout comme les seconds rôles. Plus pessimiste que les trailers le supposaient, le film donne une véritable leçon de vie brillamment véhiculée au sein d’une scène importante entre les deux protagonistes « amoureux ». Petite pépite Française, #Jesuislà est à voir !

À LIRE
Venom 2 : Une première image de Woody Harrelson (Carnage)
Continuer la lecture

Nos critiques

Critique : Dolittle – un remake réussi ?

Publié

le

Lecture 3 mins.

Arrivé en grande pompe dans le sillage post-Marvel de Robert Downey Jr, « Le voyage de Docteur Doolittle » c’est l’aventure de l’excentrique médecin qui parle aux animaux créé par l’auteur Hugh Lofting. Prenant un versant plus porté sur l’aventure et le grand spectacle que les longs-métrages portés par Eddie Murphy, le film s’est pris un collatéral tollé aux Etats-Unis (15% d’avis positifs sur Rotten Tomatoes et 21M de $ de recettes amassées aux US pour un budget de production de 175M de $…)

– Au moment où nous écrivons ces lignes, le film n’a toujours pas remboursé son budget de production (hors marketing) –

Le film est réalisé par Stephen Gaghan , à qui l’on doit notamment quelques épisodes de séries télévisées et le film « Gold » porté en 2017 par l’acteur Matthew McConaughey. Rien de bien famélique donc au portillon, et il paraissait inéluctable que cette aventure familiale soit dénuée de toute patte artistique notable. Pourtant, Dolittle reste une comédie familiale bien sympathique, bourrée d’humour et de punchlines savoureuses. Le film ravira sans nul doute son public de prédilection – les enfants – et ne manquera pas de faire sourire les adultes les moins tâtillons devant ce qu’ils regardent.

Acceptable visuellement, le film ne brille pas par ses transcendances visuelles et se contente de faire le travail. Seul la photographie parvient à donner vie aux décors. Guillermo Navarro, photographe de renom dans le cinéma (Pacific Rim, Le Labyrinthe de Pan) parvient à donner une colorimétrie identitaire à chacun de ces lieux. Le plus mémorable reste l’architecture et les couleurs du palais du roi Rassouli, l’antagoniste principal (avec des teintes jaunes changeant la couleur assez désaturée et classique des scènes dans le palais de la reine ainsi que les scènes aux couleurs vives dans le manoir de Dolittle). Intéressant donc visuellement parlant, le film pêche toutefois par ses CGI un peu ratés. Les animaux sonnent relativement faux (surtout lorsque le cadre se resserre en gros plan autour de certains d’entre eux) mais ce n’est pas dérangeant si on n’y prête pas attention.

Il ne faut pas non plus être tatillon envers le scénario qui est à 100% un scénario McGuffin. C’est-à-dire que l’histoire se repose uniquement sur la recherche de quelque chose, et le déplacement des héros d’un point A à un point B. La diégèse est régie par la recherche de « L’arbre d’Eden », dont le fruit de ce dernier permettra de guérir la reine d’Angleterre, qui est la seule à pouvoir sauver Dolittle et ses animaux de l’expulsion de leur manoir. Nous ne sommes donc clairement pas dans un scénario novateur.

À LIRE
Venom 2 : Une première image de Woody Harrelson (Carnage)
(from left) Dr. John Dolittle (Robert Downey Jr.) and parrot Polynesia (Emma Thompson) in « Dolittle, » directed by Stephen Gaghan.

Mais en soi, Dolittle fonctionne. Parce que l’humour enfantin est plutôt foncièrement bien amené, le film est fun et rafraîchissant. Prenant tout à la dérision, il reste un moment sympathique, sans prise de tête. Dolittle est un bon film. La seule chose qui reste un peu dommageable c’est cette dimension « onirique » vendue par les bandes-annonces qui n’est que partiellement présente, au profit d’un humour assumé et omniprésent.

Plus dans le registre aventure que les films avec Eddie Murphy, Dolittle s’avère être un remake profondément sympathique, une aventure familiale qui offre son lot d’humour et de fraîcheur. Rires garantis !

Continuer la lecture

En ce moment