Nous Suivre

Hey ! Une recherche ?

Dossier : Comics

MARVEL: Les Origines d’un Univers

De la naissance du concept à son apogée

Le Marvel Comic Universe rassemble aujourd’hui des millions de fans à travers le monde, et il a de quoi séduire : une grande diversité de héros et d’univers liés entre eux, des comics toujours d’actualités et des publications régulières, des produits dérivés comme des figurines qui font la joie des collectionneurs, et bien sûr, des films toujours aussi hilarants et intimement liés  qui nous tiennent en haleine et nous transportent d’une émotion à une autre…  Une véritable réussite. Pourtant, Marvel n’a pas connu que des jours heureux au cours de son existence et s’est perpétuellement battu pour séduire les diverses générations depuis sa création jusqu’à aujourd’hui. Zoom sur l’histoire de ce concept mondialement connu.

LA NAISSANCE D’UN PRÉCURSEUR

C’est en 1939 que Martin Goodman, éditeur de Pulps, fonde Timely Publications dans les locaux de sa société Atlas afin de profiter du succès d’un superhéros bien connu de l’époque, Superman. Goodman était ainsi le directeur des premiers comics books Marvel édités sous le nom de Timely Comics. C’est à la sortie du premier comic book que « Marvel » apparaît pour la première fois, sous  l’appellation ‘’Marvel Comics’’, qui deviendra juste après la première publication ‘’Marvel Mystery Comics’’ sans pour autant être indépendant.

 

Les premiers numéros portent sur les aventures de La Torche Humaine, de Namor ou encore Ka-Zar, tous sortis en 1939.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

 

Les ventes sont plutôt bonnes, mais c’est avec l’apparition en décembre 1940 du premier numéro de Captain America, créé par Joe Simon et Jack Kirby, que les ventes explosent et que Timely Comics  atteint pour la première fois un nombre de tirages supérieur à un million. Ce héros patriotique bien connu n’aurait jamais vu le jour si les États-Unis ne s’étaient pas engagés dans la Seconde Guerre mondiale contre les forces de l’Axe, l’idée étant de caricaturer les nazis et de représenter l’Amérique à travers un héros emblématique.

 

Joe Simon est alors promu directeur de la publication de Timely en 1940, mais quitte son poste en 1942 avec Kirby  à la suite d’une altercation avec Goodman et rejoint National Comics (alias DC Comics). En 1945 à la fin de la guerre, Timely  tente de se diversifier en créant des comics humoristiques pour filles, avec notamment les personnages de Patsy Walker ou Milly the Model.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture
À LIRE  WandaVision : Un mutant au casting, un multiverse au scénario ?

 

DES ANNÉES DIFFICILES

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, les ventes de comics de Timely déclinent de manière inquiétante. À partir de 1951, Goodman décide alors d’accoler aux publications de Timely le logo de sa compagnie de distribution Atlas pour tenter d’attirer à nouveau les lecteurs.

 

Il publie alors essentiellement des bandes dessinées portants sur des genres à la mode comme la science-fiction, western, policier, horreur… Mais après de multiples tentatives, Goodman n’arrivera pas à relancer les superhéros tels que Captain America, La Torche Humaine  ou Namor : « Marvel Comics » disparait temporairement des radars. Malgré cela, Atlas reste tout de même une des maisons de comics les plus importantes jusqu’en 1956. En cette année, Goodman commet l’erreur de ne plus distribuer lui-même ses comics, mais de confier cette tâche à la société American News Company, qui est la société de distribution la plus importante du pays. Quelque temps après cette décision, la société ferme et Goodman est obligé de rechercher un nouveau distributeur. Il parvient alors à trouver un accord avec Independent News Company, qui est une division de DC Comics.

Les conditions sont difficiles à accepter, mais c’était pour Goodman la seule solution pour sauver sa société. Il ne pouvait alors  publier que huit titres mensuels : à l’aide de son neveu Stan Lee, ils décident de se limiter aux genres classiques tels que les westerns, la romance et la guerre. Stan Lee  est alors directeur de la publication de Timely  depuis 1945.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

 Stan Lee en 1972

 

RENAISSANCE

Au début des années 1960, Goodman apprend auprès des lecteurs le succès de la Justice League initiée par DC Comics. Il demanda alors à Lee de s’inspirer du concept pour tenter de relancer Marvel Comics. Lee  se lie alors à Jack Kirby et imagine les aventures d’une nouvelle équipe aux pouvoirs surnaturels, Les 4 Fantastiques, dont les aventures sont publiées à partir d’août 1961, avec le retour de la mention « Marvel Comics » sur les numéros.

À LIRE  Marvel : À quoi pourrait ressembler Keanu Reeves en Wolverine (MCU)

 

Puis les deux scénaristes enchaînent avec Hulk (mai 1962) et Thor (août 1962). Viennent ensuite Spider-Man (août 1962, Stan Lee et Steve Ditko), Iron Man (mars 1963, Stan Lee et Don Heck) et Dardevil (avril 1964, Stan Lee et Bill Everett). De nouvelles équipes voient également le jour sous la plume de Lee et Kirby comme Les X-Men et Les Avengers en septembre 1963. Tous sont des succès qui amènent Marvel à être la première maison d’édition de comics devant DC Comics, et ce malgré sa limitation de publication mensuelle imposée par Independent News. Marvel réunit alors ses héros sous des séries communes de comics comme Tales to Astonish, (Hulk et Namor), Tales of Suspense (Captain America et Iron Man) ou Strange Tales (Docteur Strange et la Torche Humaine, remplacée après par Nick Fury).

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

 

Voulant toujours être plus innovants, Stan Lee et Kirby décident de s’inspirer des problèmes de la société américaine de l’époque et créent en 1966 Black Panther, qui est le premier superhéros noir, l’idée étant de lutter contre le racisme et les problèmes de ségrégation de l’époque aux États-Unis.

L’univers Marvel s’inspire principalement de la conquête spatiale et des manipulations génétiques qui étaient les principaux domaines de recherches de l’époque. Au-delà du stéréotype des superhéros où le gentil combat le méchant qui veut détruire le monde, Stan Lee voulait montrer qu’il pouvait également approcher des sujets sérieux comme le racisme, ou la manipulation génétique. Lee est par la suite remplacé en 1972 par Roy Thomas en tant que directeur de la publication.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Pages : 1 2

Commenter

Laisser un commentaire

Publicité

Exclus

Actualités

Le directeur de la nouvelle plate-forme de vidéo à la demande ne souhaite pas que la réponse positive aux demandes des fans devienne systématique. ...

Actualités

The Batman, nouveau film sur le super-héros chauve-souris par Matt Reeves (La planète des Singes) proposera une nouvelle lecture de Batman en dehors du...

Actualités

Fille du mutant oméga, Magneto, Wanda Maximoff est également la sœur d’un certain Quicksilver. Achetée par les studios Disney en 2018 pour la modeste...

Top

Jusqu'à Avengers : Infinity War, Loki, Dieu de la Malice, a régulièrement trompé la mort.

Top

Bien avant l'univers cinématographique Marvel, la maison des idées a passé les années 1990 à tenter de convaincre les majors d'obtenir des films.

Actualités

Frustré d’avoir vu son long-métrage démonté et dénaturé par la Warner, le réalisateur David Ayer continue de teaser sa director’s cut de Suicide Squad...

Publicité

Plus d'Articles

Actualités

C'était l'une des grandes inquiétudes. Zack Snyder se montre rassurant.

Cinéma

C'était un des grands débats concernant la version Snyder Cut.

Top

Bien avant l'univers cinématographique Marvel, la maison des idées a passé les années 1990 à tenter de convaincre les majors d'obtenir des films.

Films / Séries TV

Depuis l’annonce officielle de la Snyder’s Cut Justice League, une frénésie complète a envahi le net. Les fans sont heureux et les acteurs, quant...

Publicité