Suivez-nous

Nos critiques

Les 7 Mercenaires – La critique en avant-première !

Les 7 Mercenaires est un western d’action remake du film de 1960 et réalisé par Antoine Fuqua. S’essayant au western après Tarantino, Fuqua réussit un tour de force immense.

Publié

le

Lecture 3 mins.

Dans un western d’action savoureux, porté par des punchlines déjà cultes, des scènes de gunfight superbement chorégraphiées, un casting incroyable et surtout une intensité scénaristique de tout instant, ce remake des sept mercenaires est proche de l’impeccable. Dans une cohérence narrative sobre et efficace, Fuqua réalise un tour de force gigantesque et nous envoie un western percutant, étonnant et drôle mettant au tapis la plupart des Blockbusters de l’année.

Antoine Fuqua est un réalisateur connu pour ses long-métrages d’action assez bruts de décofrage (La chute de la maison blanche, Equalizer, La rage au ventre). C’est un cinéaste possédant une patte graphique et scénaristique assez personnelle. Faisant de la violence le point d’orgue de ses longs-métrages tout en la montrant de plusieurs connotations différentes, il arrive aussi à transmettre des valeurs essentielles comme celle de ne jamais abandonner face à l’adversité ou face à des causes qui nous dépassent et nous semblent perdues (La rage au ventre appuie particulièrement ce constat).

les sept mercenaires logo 2

Avec les 7 Mercenaires, Fuqua persiste et signe dans cette voie. Dans le découpage du film, le réalisateur Américain réussit grâce à une belle fluidité narrative à bâtir un background solide pour chacun de ses personnages (et le panel des rôles principaux est plutôt balèze). On explique pas forcément leurs origines mais on étaye plutôt bien leurs psychologies différentes, dans des scènes aux intervalles assez ambivalentes.

Fuqua fait ensuite se décanter le film en nous proposant des scènes d’actions spectaculaires et calibrées au millimètre carré pour être en parfaite coordination avec des techniques de combats propres à chacun des protagonistes. Le pitch initial, bien que relativement commun, est traité de manière cohérente et assez iconique par le biais d’une scène à la symbolique assez forte (la scène d’introduction dans l’église).

2235530.jpg r x 600 f jpg q x xxyxx

Surtout, si Tarantino mettait de l’intensité dans ses dialogues, Fuqua la met dans l’atmosphère de son film. Une scène particulière en témoigne, il s’agit de la première fusillade des sept mercenaires dans la ville qu’ils défendent. Les jeux de regards se font incessants, le charisme des personnages sont d’une grande force, et surtout, Fuqua prends le temps d’accomplir des joutes verbales savoureuses bourrées de punchlines entre les personnages. Bien évidemment, des raccourcis scénaristiques auraient pû être évités (comme la raison qui pousse soudainement « Le pisteur » à finalement rejoindre les Mercenaires).

En ce qui concerne la réalisation, Fuqua fait un travail sans réelles fausses notes, se contentant de proposer des prises de vues assez exemplaires et des mouvements de caméra plutôt immersives. On est au plus près de l’action, via des bribes de shaky cam traditionnelles, mais sait aussi capter l’immensité et le gigantisme de ses scènes de combats.

881501lsmbt

Côté personnages, c’est surement là où se situe le point fort du film. Comme dis plus haut, on nous propose des personnages campés par des acteurs confirmés (Denzel Washington, Ethan Hawke, Vincent d’Onofrio…) ou des cracks qui continuent de monter (Chris Pratt, Matt Bomer…). Cela nous donne donc des personnages haut en couleurs, avec leur spécificité propre, rendant le film frais, drôle, et totalement imprévisible. Pour finir, mention notable à la musique et les compositions du regretté James Horner, qui nous livre des musiques qui accompagnent bien l’action, sans trop en faire des caisses.

Les 7 Mercenaires est donc un film d’action particulièrement réussi. Fun, rythmé, entraînant et porté par un casting exemplaire, il décante un film d’une durée de plus de 2h15 très vite aux yeux des spectateurs, tellement il est immersif et somptueusement bien mené. C’est la plus grosse réussite de l’année à nos yeux et nous vous encourageons à aller le voir !

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos critiques

Brightburn : L’Enfant du mal – La fausse bonne idée

Critique sans spoil.

Publié

le

Lecture 1 min.

Sorti en salles le 26 Juin 2019, « Brighburn : L’enfant du mal » réunit en son scénario tous les éléments nécessaires afin d’attirer les fans de comics et plus particulièrement ceux de Superman. Reprenant dans le détail le mythe du héros emblématique de DC Comics, le film surprend dans son approche du personnage à l’extrême opposé de notre bon vieux Clark Kent, que l’on connaît tous bienveillant, plein de bonne volonté et soucieux de la vie d’autrui. Ici, rien de tout ça. Le bébé à première vue innocent qui s’écrase dans une ferme du Kansas se révèle être quelques années plus tard un véritable tueur en série.

À n’en pas douter, l’idée de Mark et James Gunn, scénariste des « Gardiens de la Galaxie », est jouissive. Quelle satisfaction de pouvoir enfin contempler le potentiel « Homme d’Acier » profiter pleinement de ses pouvoirs de destruction, surtout quand le personnage nous est présenté depuis sa création comme un véritable ange-gardien, presque trop gentil pour être vrai.

Seulement, l’idée s’arrête là. Le film ne parvient jamais à nous faire comprendre l’ampleur du désastre si un tel personnage venait à littéralement pèter un câble sans aucune raison apparente. Les quelques scènes assez gores ne suffisent pas à créer un sentiment de panique, et les incohérences de l’histoire n’aident en rien. Ajoutez à ça des personnages peu crédibles, des effets spéciaux pas toujours efficaces, sans être gênants, et une VF loin d’être satisfaisante, et le film paraît loin d’être réussi, particulièrement quand on ose s’attaquer à l’un des super-héros les plus appréciés et connus du monde

Continuer la lecture

Nos critiques

Spider-man : Far From Home – Critique qui tisse sa toile

Critique sans spoil

Publié

le

par

Lecture 2 mins.

Le voilà, Spiderman : Far from home est le dernier film de la phase 3 du MCU et le 23e long-métrage de l’univers cinématographique Marvel.

Après l’épique Endgame, qui aura refermé la saga des pierres de l’infini, Far from home débarque sur nos écrans investi d’une mission, être en quelque sorte l’épilogue d’Endgame, en poursuivant les aventures de l’homme-araignée. C’est en soi une mission à moitié accomplie. On comprend vite les enjeux de l’héritage d’Endgame, la portée du geste salvateur de Stark et ce qu’il laisse à la Terre. Far from home devient le justifié d’Endgame puisqu’il provoque volontairement un mimétisme avec Iron Man 3.

Comme son mentor dans son aventure éponyme, on suit un Peter Parker perdu, en manque cruel de repères et un peu trop naïf. C’est à ce moment-là que le film s’embourbe dans une profonde ambivalence. Nous sommes constamment le derrière coincé entre deux chaises avec ce film. Le côté teen-movie apparaît souvent comme rébarbatif, tant les poncifs d’Homecoming refont surface. La pseudo romance entre Ned et une fille du groupe est ridicule, comme la flopée de personnages tertiaires (Les enseignants, Flash Thompson…).

Seuls MJ et Peter tirent leurs épingles du jeu lors des périodes où la narration parvient à docilement se poser, hors des scènes de combat. Mais c’est inéluctablement l’apport de Mystério qui fait basculer le film dans une dimension bien plus ésotérique, fun et riche. Le personnage est développé aux petits oignons, justifie à 90 % la réussite du film en étant le vecteur des scènes les plus belles du métrage. Le traitement du personnage vous prendra sans cesse à contrepied tant la promotion s’est offert le malin plaisir de brouiller quelques pistes… Les apports de Maria Hill et Nick Fury restent discutables tant ils n’ont rien à faire dans le film. En dehors de cela, Far from home reste malheureusement, et de la même manière qu’Homecoming, un film foncièrement impersonnel.

Sans proposer de véritables transcendances visuelles, Watts se contente d’effectuer un bon travail. On le répète, mais seules les scènes avec Mystério sont vraiment réussies avec panache. La photographie peine à convaincre, au contraire d’un background sonore qui retrouve plus d’allant et d’impact que dans Homecoming.

La singularité de la musique provoquée par les arrivées de Mystério devient beaucoup plus personnelle et marquante que toute la bande-son d’Homecoming. Sinon, que dire mis à part que c’est un bon Marvel, sans en être un excellent ? Ah si on sait, allez y pour trois raisons. Mystério, Jake Gyllenhaal et la dernière scène post-générique à mi-chemin entre le troll et la véritable annonce du futur du MCU…

7 Geeks Lands
8.5 Internautes (2 Votes)
Points positifs
  • Mystério
  • Jake Gyllenhaal
  • Points négatifs
  • Un film impersonnel
  • Les scènes PG
  • L’absence d’énonciation d’un futur clair et défini pour le MCU
  • NOTE7
    Note des internautes Votre note ?
    Sort by:

    Be the first to leave a review.

    Vérifié
    {{{review.rating_comment | nl2br}}}

    Show more
    {{ pageNumber+1 }}
    Votre note ?

    Continuer la lecture

    Films / Séries TV

    ANNA – La dernière carte de Luc Besson ? [Critique]

    Publié

    le

    Lecture 4 mins.

    Le titre de notre critique est assez équivoque. Après le colossal échec financier de « Valérian et la cité des mille planètes » (Environ 100 millions de dollars de pertes pour Europacorp, la société mère de Besson), le studio du réalisateur Français est en zone rouge. Obligé de licencier ses employés, placé en procédure de sauvegarde le temps de négocier sa dette, le studio est en grand danger. C’est dans ces eaux troubles que sort « Anna »,  un espèce de fils prodige de « Nikita », « Léon » ou plus récemment « Lucy ».

    Luc Besson reprend une thématique qui lui est propre, celle de la femme forte. Adoubant la féminité et ce que celle-ci peut représenter au cinéma, Besson livre avec « Anna » tous ses canevas qu’il a pu dresser dans sa filmographie d’action assez riche, quitte à ce que l’on ne soit que trop peu surpris au final.

    Le problème avec « Anna », c’est que l’on assiste pas forcément à du mauvais cinéma. D’excellentes choses parsèment le long-métrage, comme de gros ratés et d’autres faits plus anecdotiques. Besson ressort tous les traditionnels archétypes de son cinéma (Les poursuites en voiture, les femmes hyper sexualisées -l’héroïne parvient à ses fins en couchant avec tous les seconds rôles, faut le souligner ça quand même-, les scènes d’actions très vite expédiées…) Les défauts d’un mauvais Europacorp (coucou Le Transporteur : Héritage) refont rapidement surface. Et devant de trop poreuses innovations cinématographiques, on déchante assez rapidement. S’il faut aussi reconnaître une certaine maîtrise de Luc Besson sur la réalisation avec certains plans vraiment soignés et classieux (Les scènes de combat avec Anna, où, en règle générale, la maîtrise de la photo par Thierry Arbogast), le scénario est une catastrophe. Alignant poncifs sur poncifs, l’histoire est sauvée par une maîtrise avec justesse de l’humour (plus présent que dans Lucy) qui nous permet de moins essayer de prendre cette histoire au sérieux et donc de l’apprécier un peu plus.

    Une petite inspiration de Red Sparrow quand même…

    Côté ambiance, on sent une petite inspiration de « Red Sparrow » de Francis Lawrence (2018) puisque l’héroïne est ici dans un procédé clair de « séduction » -> Mission assassinat, ce qui peut paraître redondant. Le film, d’ailleurs, multiplie les flash-backs et les flash-fowards à outrance, ce qui pouvait rapidement nous dégager de la compréhension du fil rouge du récit. Sauf que Besson arrive à tout raccrocher vers une surprenante fin et une surprenante logique, toutefois parfois amenée avec d’énormes sabots.

    On est rapidement le derrière entre deux chaises avec ce films. Puisque les inévitables poncifs d’Europacorp vous feront rapidement grincer des dents, comme le manque d’action (dû certainement au budget archi-limité du film). Il y a quand même certaines choses à sauver de ce gloubi-boulga parfois indigeste : Une maîtrise excellente de l’action (difficile de ne pas faire le rapprochement entre une scène d’Anna et une scène du premier Kingsman), une histoire qui essaie de nous surprendre, et un quatuor d’acteurs globalement convaincant.

    L’histoire parvient à nous surprendre puisque la rapidité des enchaînements de la diégèse (le film se déroule sur plus de 5 ans) nous aiguille sans cesse sur de fausses pistes, et c’est intelligemment fait. Du côté des acteurs, Sasha Luss livre une première performance au cinéma assez honorable, et le trio expérimenté composé de Luke Evans, Cillian Murphy et Helen Mirren font le job. Mention spéciale à cette dernière qui étonne dans son rôle de dirigeante soviétique assez caricaturale.

    Oui, vous ne verrez que des pistolets silencieux pendant ce film.

    Ainsi, « Anna » peut paraître indirectement comme le va-tout de Besson. Jetant ses dernières forces dans la bataille, le film livre un condensé de toute la filmo d’action d’Europacorp et de Besson en essayant de rendre le scénario plus abouti, plus mature et plus intelligent. C’est réussi à moitié, ça aura toutefois à nos yeux le mérite d’être meilleur que Lucy qui ressemblait autant à de la science-fiction qu’une tomate à un légume (ou à un fruit ? les débats sont ouverts). Allez le voir, il en vaut plutôt le coup.

    En résumé
    6 Geeks Lands
    0 Internautes (0 Votes)
    Points positifs
  • Quelques bonnes scènes
  • Le jeu des acteurs
  • Un humour bienvenu
  • Points négatifs
  • Une héroïne centrale qui couche avec 36 mecs
  • Un alignement des poncifs Made in Europacorp
  • Conclusion
    Mieux que Lucy, mais pas ouf pour autant.
    NOTE6
    Note des internautes Votre note ?
    Sort by:

    Be the first to leave a review.

    Vérifié
    {{{review.rating_comment | nl2br}}}

    Show more
    {{ pageNumber+1 }}
    Votre note ?

    Continuer la lecture
    Publicité
    Publicité
    Publicité

    En ce moment

    ...