Nous Suivre

Hey ! Une recherche ?

Astronomie

Stephen Hawking : Deux ans après sa disparition – Retour sur son héritage

« Je jure d’utiliser mes connaissances scientifiques pour le bien de l’humanité. Je promets de ne jamais faire de mal à un être humain ou à un animal dans ma quête de savoir. […] » S. Hawking

Stephen Hawking

L’astrophisicien britannique est décédé le 14 mars 2018 à l’âge de 76 ans des suites d’une maladie dégénérative qui l’a paralysé la majeur partie de son passage sur terre. Une sclérose latérale amyotrophique plus communément appelée maladie de Charcot. Mettant de coté ses capacités physiques, Stephen Hawking deviendra l’un des plus grands cerveaux de notre temps, gagnant la notorieté d’homme comme Albert Einstein.

« Je jure d’utiliser mes connaissances scientifiques pour le bien de l’humanité. Je promets de ne jamais faire de mal à un être humain ou à un animal dans ma quête de savoir. […] Je devrais me montrer courageux et prudent dans les recherches sur les mystères qui nous entourent. Je ne devrais pas utiliser mes connaissances scientifiques pour mon profit personnel ni les transmettre à ceux qui cherchent à détruire la merveilleuse planète sur laquelle nous vivons. Si je trahis ce Serment que la beauté et les prodiges de l’univers me soient à jamais cachés. »S. Hawking

Stephen Hawking, campant son fauteuil roulant depuis les années 70, a su relever deux grands défis.

  • Consacrer son existence à percer les innombrables mystères de notre univers
  • Populariser le domaine de l’astrophysique, faisant de chacune de ses prises de position l’objet d’analyses poussives.

En effet, le chercheur publie régulièrement des ouvrages sur l’astrophysique visant à populariser le domaine en le « vulgarisant », c’est à dire, en le rendant plus compréhensible pour la majeure partie des auditeurs. Il fait également de nombreuses déclarations avec sa voix robotique célèbre et iconique. Chacune de ses paroles est alors mondialement scrutée à la louche.

Les recherches de Stephen Hawking ont apporté une dimension de compréhension sans précédent quant aux mystères de l’univers et notre perception de celui-ci. Mêlant deux grandes disciplines, la théorie de la relativité générale et la mécanique quantique l’astrophysicien a permis de mieux comprendre la formation de l’univers.

Stephen Hawking croyait fermement au potentiel des voyages spatiaux commerciaux, tant pour l’exploration que pour la préservation de l’humanité (photo d’archive). Frank Augstein—AP

COMPARABLE À ALBERT EINSTEIN

Les travaux de Stephen Hawking concernaient principalement la physique des trous noirs et la compréhension de la formation de singularité dans l’espace-temps. 

Selon la théorie de la relativité générale d’Einstein les trous noirs : astres célestes compacts formés lors de l’effondrement d’une étoile en fin de vie, dont la masse est devenue trop importante au regard de sa taille, sont des puits sans fond, sans lumière ou rien ne peut en échapper, serait une singularité de l’espace-temps et où les lois de la physique ne s’appliquent pas.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Stephen Hawking, par ses recherches, a prouvé que les singularités sont présentes dans tous les trous noirs, sans exception, ce qui implique en conséquence que la relativité générale n’explique pas ce qu’il s’y passe. Pour cela il faut faire appel aux lois de la physique quantique.

Si l’on accepte les propos avancés par Stephen Hawking, les trous noirs n’existent pas.

En effet, l’image que l’on se fait d’un trou noir est régie par la relativité générale et ne permet que de l’envisager à une échelle macroscopique, or, en utilisant l’échelle de l’infiniment petit (la physique quantique, en somme), on s’apercevrait que des émanations de radiation pourraient provenir des trous noirs. Le trou noir ne serait donc plus un puits sans fin où rien ne peut en échapper.

C’est en 1975 que le chercheur émet la célèbre théorie connue comme « le rayonnement de Hawking ». Selon lui, les trous noirs ne se contenteraient pas que d’absorber la lumière et la matière, ils s’évaporeraient très lentement en dégageant des radiations thermiques.

LES TROUS NOIRS N’ONT PAS DE CHEVEUX

Les théories de Hawking et sa perception des trous noirs font planer le doute sur la communauté scientifique. Selon les chercheurs, la théorie résultant de l’opposition des lois de la relativité générale et de celles de la mécanique quantique poserait quelques problèmes : Le paradoxe de l’information.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Ce paradoxe, les chercheurs l’illustrent avec une expression simple :

« Les trous noirs n’ont pas de cheveux ».

Dans la vision généralisée du trou noir, tout ce qui en rentre n’est à jamais perdu, désintégré, aucune trace restante dans tout l’univers. Impossible selon les scientifiques : selon les lois de la mécanique quantique, l’information dans l’univers DOIT être conservé, d’où l’expression vulgarisant cette loi.

« Les trous noirs n’ont pas de cheveux “ils ne gardent aucune des propriétés de ce qui pénètre en leur sein”.Sébastien Carassou

Un trou noir

PRIX NOBEL

En suggérant l’une des plus grandes théories dans le domaine de l’astrophysique, le Rayonnement de Hawking ne donnera jamais de trophée à celui qui l’a fait connaître au monde entier. Les chercheurs s’accordent à dire que cette thèse aurait amplement mérité un prix Nobel, si toutefois elle était vérifiable.

La communauté scientifique ne renonce pas à pouvoir un jour étudier de près un trou noir, mais cela demeure pour l’instant inconcevable, aucun télescope n’en est encore capable. Stephen Hawking aura malgré tout permis un bon sans précédant en matière d’astrophysique : il a réconcilier la théorie de la relativité générale à celle de la mécanique quantique (l’infiniment grand et l’infiniment petit).

En conclusion, il ne sera jamais possible de connaître les trous noirs tant qu’une théorie de la gravité unifiée n’aura pas été clairement proposée. Colossal travail qui en appel à un génie égal à Stephen Hawking ou encore Einstein. Est-il seulement né ?

Publicité - Scroll pour continuer la lecture
À LIRE  Marvel : 5 films qui ont failli voir le jour dans les années 1990
Commenter

Laisser un commentaire

Publicité

Exclus

Actualités

Fille du mutant oméga, Magneto, Wanda Maximoff est également la sœur d’un certain Quicksilver. Achetée par les studios Disney en 2018 pour la modeste...

Top

Jusqu'à Avengers : Infinity War, Loki, Dieu de la Malice, a régulièrement trompé la mort.

Top

Bien avant l'univers cinématographique Marvel, la maison des idées a passé les années 1990 à tenter de convaincre les majors d'obtenir des films.

Actualités

Frustré d’avoir vu son long-métrage démonté et dénaturé par la Warner, le réalisateur David Ayer continue de teaser sa director’s cut de Suicide Squad...

Actualités

Décidément, Disney enchaîne les mauvaises nouvelles en ce moment.

Actualités

Après deux ans et demi de campagnes sans relâche, la Snyder’s Cut Justice League va finalement voir le jour sur HBO Max. Si Steppenwolf...

Publicité

Plus d'Articles

Actualités

C'était l'une des grandes inquiétudes. Zack Snyder se montre rassurant.

Actualités

Nous en parlions déjà dans un article précédent, Mystério (Jake Gyllenhaal) est un super-vilain Marvel qui, après avoir dévoilé ses véritables intentions à la...

Cinéma

La Snyder Cut prouve une fois de plus sa supériorité sur le papier.

Cinéma

C'était un des grands débats concernant la version Snyder Cut.

Publicité