Nous Suivre

Hey ! Une recherche ?

Geeks LandsGeeks Lands

#1 DE L'ACTUALITÉ CINÉMA ET SÉRIES

Home > Analyses > Pourquoi Moon Knight est la meilleure série du MCU

Analyses

Pourquoi Moon Knight est la meilleure série du MCU

Moon Knight © Marvel Studios
Moon Knight © Marvel Studios

/Attention : spoilers sur la série Moon Knight en approche/

Parmi la nouvelle salve de séries Marvel Disney+ qui arrivent, on a pu assister aux débuts très attendus de Marc Spector, a.k.a Moon Knight avant ceux de Ms Marvel et She-Hulk. Avant eux, on a pu assister à différents shows avec des objectifs complètement différents : WandaVision, The Falcon and The Winter Soldier, What If ?, Loki et Hawkeye. Moon Knight a été certifié Fresh par l’agrégateur de critiques Rotten Tomatoes avec 87% d’avis positifs. Beaucoup ont souligné la singularité de cette nouvelle série et de ce nouveau personnage. Mais beaucoup aussi se sont montrés déçus du fait que le show de Jeremy Slater s’éloignait drastiquement des canons classiques de Marvel Studios

D’un point de vue graduel, Moon Knight, et cela ne reflète que notre avis, est assez inégal, mais bénéficie d’un très grand nombre de qualités pour le placer au-dessus de ses prédécesseurs dans le MCU. Le premier épisode ouvre sur une introduction assez forte, où on se prend de sympathie de suite pour Steven Grant. L’écriture de la série permet de densifier cet alter et la série joue intelligemment avec eux pour teaser les suites à venir. L’épisode un s’enracine autour de Steven Grant pour commencer à nous envelopper dans un mystère efficace. On s’éloigne des costumes, on s’éloigne du monde super-héroïque. Le héros, c’est l’enveloppe de Marc et ses alters. Marvel Studios prend cependant quelques libertés par rapport à l’origine du trouble dissociatif de Marc car voici d’où cela provient dans les comics :

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Au cours des dernières années de son enfance, Marc a découvert par hasard qu’un ami proche de sa famille, le rabbin Yitz Perlman, était en réalité un déserteur nazi et secrètement un tueur en série de Juifs nommé Ernst. L’instinct de combat de Marc a commencé pour la première fois lorsqu’il s’est battu contre Perlman pour échapper à son emprise. Perlman a ensuite disparu sans laisser de trace. Cet événement traumatisant a également amené Marc à développer un trouble dissociatif de l’identité. Or, dans la série Disney+, le frère de Marc meurt et sa mère pense qu’il en est essentiellement responsable et décide de transformer sa vie en un enfer. Marc créé alors Steven, un timide passionné d’archéologie pour mettre fin à cette souffrance.

À LIRE  Agatha : Le spin-off de WandaVision change (encore) de titre et obtient une date de sortie officielle

On rajoute donc une dimension émotionnelle puissante à Moon Knight et c’est bien pour ça que la série passera d’une dimension « bof » à une dimension incroyable. On s’éloignera du versant analytique de l’adaptation – mis à part pour ce détail sur l’origine du TDI de Marc – puisque ce qui nous intéresse ce sont les éléments faisant que quelqu’un d’extérieur à l’univers puisse apprécier la série et prendre en sympathie ce personnage. 

moon knight and marvel cinematic universe
Moon Knight © Marvel Studios

Après une introduction mystérieuse et très efficace, où Jake Lockley, l’alter hyper-violent de Marc a sévi une première fois, on découvre un méchant assez intéressant et profondément humain dans ses intentions : Arthur Harrow

Difficile de ne pas y voir quelques similitudes avec Thanos. Incarnation même de la balance de la justice, Harrow est là pour purifier la Terre des mauvaises âmes. Pas d’intention de simplement péter la Terre. Jeremy Slater joue intelligemment avec son personnage antagoniste pour tenter de nous piéger à mi-chemin de l’histoire. En effet, après un épisode 2 long et un troisième vraiment faible, l’épisode 4 vient redistribuer les cartes. Gros climax : Marc meurt, tué par balles par Harrow. Beaucoup n’y ont pas cru, arguant la présence des deux derniers épisodes pour justifier le retour du personnage. Pourtant, Slater a réussi à se passer de son personnage dans l’épisode 5 en l’envoyant en grande partie dans un espèce de « Tartare » où Marc a probablement connu (avec Wanda Maximoff) le meilleur développement de personnage pour une série du MCU. 

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Véritable parcours initiatique, Marvel a épluché l’essence même du mercenaire pour transformer sa violence cathartique en grande souffrance intérieure. Moon Knight se situe sur le même seuil que Docteur Strange 2 en terme de violence. Assez soft, mais bien plus incisif (surtout en arrière-plan) dans ses combats. Marc est aussi important dans l’intrigue que Steven et le basculement entre les deux se fait de façon fluide grâce à l’écriture. Surtout, tout ce passage de Marc et Steven dans un purgatoire est extrêmement difficile à analyser. A mi-chemin entre un objectif sacrificiel (Garder soit Steven soit Marc) et pour brouiller les pistes (Les discussions entre Marc et le « psychologue » Harrow demeurent mystérieuses et des réponses à ces questions seront probablement données dans une saison 2), les deux derniers épisodes transforment complètement la série.

À LIRE  Docteur Strange in The Multiverse of Madness a coûté (beaucoup) plus cher que prévu

Marvel laisse un gros indice sur lavenir de Moon Knight
Moon Knight © Marvel Studios

Moon Knight s’offre un final tambour battant, extrêmement dense et efficace qui mène à la mise hors d’état de nuire rapide d’Arthur Harrow. Pourtant, Ethan Hawke a confié pouvoir revenir dans la série, qui doit nous offrir plus d’images du violent Jake Lockley. Mais la série repose probablement à 90% sur les épaules d’Oscar Isaac. Déjà impérial dans Ex Machina, sans doute mal dirigé dans Star Wars, le comédien fait ici l’étalage de tout son talent en interprétant deux personnages que tout oppose dans un même corps : Un mercenaire voulant la rédemption, un archéologue timide. 

Du côté de l’univers, la série a réussi à efficacement s’adjuger la correcte exploitation de la mythologie Egyptienne, afin de passer à autre chose sur une prochaine saison. Dans tout ce gloubi-boulga de mythes, l’épisode 3 en a perdu plus d’un. C’est pour cela que le climax inattendu de l’épisode 4 a redonné foi en la série pour beaucoup de fans. Jeremy Slater et les scénaristes ont positionné des retournements de situations efficaces, au point où les spectateurs de la série ont pu garder l’intérêt tout le long de la série. Pour une introduction, c’est costaud.

Quelque chose que l’on ne peut pas imputer aux autres séries Marvel Disney malgré leurs qualités car les personnages avaient déjà été introduits. Reste cependant à voir si She-Hulk et Ms Marvel réussiront à créer autant de surprise que Moon Knight a su faire. 

Publicité - Scroll pour continuer la lecture
Publicité

Exclus

Megalopolis

Cinéma

Pour le grand retour de Francis Ford Coppola, Megalopolis se fait atomiser par les critiques de manière quasiment unanime. Ce film qui fait presque...

Deadpool 3 © Disney Deadpool 3 © Disney

Cinéma

Alors qu’il reste un peu plus de deux mois avant que Deadpool et Wolverine ne débarque dans les cinémas pour ce qui promet d’être...

Furiosa - Village Roadshaw Pictures Furiosa - Village Roadshaw Pictures

Cinéma

George Miller, réalisateur de Furiosa : A Mad Max Saga, tease un caméo de Max lui-même dans son nouveau film. Fort de l’accueil chaleureux...

Cinéma

Chris Pratt a solidement établi sa polyvalence à Hollywood, endossant une variété de rôles mémorables, allant de l’adorable Andy Dwyer dans Parks and Recreation...

Megalopolis Megalopolis

Bande Annonce

Le prochain festival de Cannes annonce du très très lourd, en particulier avec Megalopolis, la fable utopique et futuriste de Francis Ford Coppola. En...

Deadpool 3 © Marvel Deadpool 3 © Marvel

Cinéma

Avertissement : ce qui suit peut contenir des spoilers pour Deadpool et Wolverine.À moins de 90 jours de l’arrivée de Deadpool et Wolverine dans...

Plus d'Articles

Critiques

Après l’époustouflante trilogie orchestrée par Rupert Wyatt et Matt Reeves, notre cher César tire sa révérence, propulsant l’histoire 300 ans plus tard. À cette...

Cinéma

George Miller, réalisateur de Furiosa : A Mad Max Saga, tease un caméo de Max lui-même dans son nouveau film. Fort de l’accueil chaleureux...

Critiques

En deux semaines d’exploitation, la comédie d’Artus, Un p’tit truc en plus, cumule déjà 3 millions d’entrées et s’impose comme la locomotive de 2024...

Cinéma

Hugh Jackman et Ryan Reynolds ont peut-être plus à offrir au Marvel Cinematic Universe (MCU) que ce que l’on pourrait penser. Leur prochaine collaboration,...

Publicité