Nous Suivre

Hey ! Une recherche ?

Actualités

[DOSSIER] Birds of Prey : La réalisatrice revient sur l’échec du film et ses intentions

Le film avec Harley Quinn en tête d’affiche s’est pris un méchant tollé commercial sur lequel nous sommes revenus. Il aura été loin, très loin des attentes de Warner Bros qui attendait à minima un score semblable à Shazam pour lancer pourquoi pas d’autres films avec la super-méchante qui ne devrait, pour le moment, que réapparaître dans le « The Suicide Squad » de James Gunn (2021). Le film de Cathy Yan n’a toutefois pas été un échec critique puisqu’il a obtenu 78 % de critiques positives sur l’agrégateur de critiques Rotten Tomatoes. Ce qui signifie qu’il est globalement apprécié des critiques et des spectateurs.

Dans une interview avec le New York Times, Cathy Yan revient sur l’échec du film et notamment son week-end d’ouverture catastrophique aux États-Unis (33 millions de recettes en 3 jours). Elle se considère comme en partie responsable, mais réussit à se justifier :

« C’est là que j’ai vraiment réalisé que j’avais fait un film différent. Je n’ai jamais connu une telle satisfaction émotionnelle, mais aussi tellement de peur. Vous n’avez pas besoin que tout le monde le comprenne — vous espérez juste que quelques personnes le comprennent. Vous espérez qu’ils ont vu ce que vous avez voulu essayer de faire. C’est tout ce dont un artiste peut espérer ».

Lorsqu’on lui demande ce qu’elle a voulu essayer avec le personnage d’Harley Quinn qui ne figurait pas déjà dans « Suicide Squad » (2016), voici sa réponse : 

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

« C’était une opportunité de continuer à explorer les couches de la personnalité d’Harley Quinn, car dans « Suicide Squad », elle fait vraiment office de « petite amie » et c’est sa relation avec le Joker qui est le plus montré. Elle est devenue une favorite des fans et Margot a apporté une telle profondeur au personnage. Mais elle faisait partie d’un ensemble. Et ici, le film est Harley – il est implanté dans son cerveau, en gros. Elle pouvait tout faire, elle pouvait tout dire. Elle devient son propre héros et sauveur. Tout le film parle de ces femmes qui s’émancipent – cela ne doit pas simplement provenir d’une relation. Cela pourrait provenir de leur propre doute, mais aussi d’un système qui ne les calcule pas »

Quant on lui pose la question légitime si un ajout subsidiaire de personnage aurait pu booster la popularité du film (Un membre de la Justice League ? Le Joker ?), Cathy Yan répond à demi-mots. On a pu le voir dans Suicide Squad, faire intervenir Batman ou Flash a boosté le sentiment concret que le long-métrage raté de David Ayer s’inscrivait bien dans un univers étendu.

« Bien sûr, vous le faites. Le film est d’une telle ampleur – en tant que réalisateur, il y a des choses que vous contrôlez et des choses que vous ne contrôlez pas, des choses qui étaient définitivement au-dessus de ma note de salaire également. Vous devez malheureusement abandonner certaines choses. Cathy Yan, en parlant de l’idée d’inclure Batman ou le Joker dans Birds of Prey.

Enfin, quant on lui demande pourquoi « Birds of Prey » semble avoir autant de mal à se lier au DCEU par rapport aux films Marvel, elle répond :

Je ne peux parler que pour ce film et mon expérience. Mais il y avait très peu de pression pour l’intégrer à d’autres films. Nous avons toujours été un film autonome. À aucun moment on ne m’a dit que je devais créer un lien avec un autre film à un endroit particulier. Je me sentais très libre de faire le meilleur film que je pouvais. Et je ne saurais trop insister sur le fait que c’était un risque. Je remercie Warner Bros.

Gageons que la réalisatrice puisse rebondir à l’avenir !

Publicité - Scroll pour continuer la lecture
Un Commentaire

1 Comment

  1. Dana

    25/03/2020 à 7:49

    Traduction « mon film n’a pas connu la réussite car la majorité des internautes est trop con pour comprendre mon point de vue artistique »
    Toujours le même discours que Hollywood quand ça marche pas

Laisser un commentaire

Publicité