Suivez-nous

Dossiers

Le Grand Comparatif : Amazon Prime, Canal+, Disney+, Netflix…

Qui à quoi ? Qui diffuse quoi ? Combien ça coûte ?

Publié

le

Lecture 6 mins.

Nous sommes actuellement au plein milieu d’un champ de bataille de la guerre du streaming vidéo. Netflix étant le grand-papa de tout le monde dans le domaine. OCS et Amazon Prime Vidéo ont peut-être commencé à faire leurs places, mais une flopée de nouvelles plateformes arrivent… Apple TV+, Disney+, HBO Max, Canal+Séries, Salto, Peacock…

Et pour y voir plus clair, on vous fait découvrir les caractéristiques, prix, contenu ainsi que la position commerciale de toutes les offres déjà disponibles et à venir dans l’hexagone…

Amazon Prime Video :

  • Date de sortie : disponible en France depuis décembre 2016
  • Plateformes : Ordinateur, Tablettes, Smartphone iOS ou Android, SmartTV, Amazon Fire Stick
  • Prix : Comprit dans l’abonnement Amazon Prime (49 ‎€ par an)
  • Contenu : Séries populaires et films principalement
  • Positionnement : Amazon Prime Video est surtout un produit d’appel pour déclencher l’abonnement Amazon Prime (livraison gratuite lors d’achats sur Amazon). La plateforme propose beaucoup moins de contenus originaux que Netflix, même si elle a réussi à sortir quelques gros succès comme The marvelous Mrs Maisel, Transparent, Jack Ryan, Good Omens, etc… Fonctionnant surtout grâce aux accords de licence avec les studios, notamment pour proposer une offre alléchante de séries et films populaires. Amazon Prime Video s’apprête à perdre de nombreux programmes dans les prochains mois et années ; notamment avec la série Seigneur des Anneaux qui est très attendue…

Apple TV+ :

  • Date de sortie : disponible dans le monde entier depuis le 1er novembre
  • Plateformes : iPhone, iPad, AppleTV, Airplay, Ordinateur, SmartTV Samsung
  • Prix : 4,99 €/mois
  • Contenu : Seulement des originaux rempli de stars, mais seulement 14 programmes annoncés, dont 9 au lancement.
  • Positionnement : La plateforme est tout simplement un appât. Une cerise sur le gâteau pour déclencher chez les clients un achat ou un renouvellement de produits Apple. Parce qu’un an d’abonnement est offert pour tout achat de certains iPhone, iPad, Mac, etc. Pour les autres consommateurs, le prix est faussement attractif. Car Apple TV+ est très loin, le service le plus cher du marché en raison de son contenu limite inexistant. Mais Apple aurait quand même débloqué un budget de 6 milliards de dollars pour produire les contenus distribués en 2019 et 2020.

Canal+ Series :

  • Date de sortie : disponible en France depuis Mars 2019
  • Plateformes : Ordinateur, Tablettes, Smartphone iOS ou Android
  • Prix : 6,99 €/mois (1 écran), 9,99 €/mois (2 écrans), 11,99 €/mois (4 écrans)
  • Contenu : À peu près 150 séries disponibles, dont les créations originales Canal+ et des séries américaines et européennes
  • Positionnement : Canal+ Séries à l’ambition d’être le nouveau Netflix français, avec énormément moins de contenus, mais une offre haut de gamme. Sa venue pourrait venir du fait que Canal+ souhaite devenir le principal distributeur des services de streaming en France. Ils espèrent également être le seul distributeur en France du service Disney+ lors de sa sortie en 2020.
À LIRE
Star Trek Picard : Le retour triomphal de Patrick Stewart

Disney+:

  • Date de sortie : disponible à partir du 31 mars 2020
  • Plateformes : Apple TV, Tablettes, Smartphone iOS et Android, Android TV, Chromecast, Ordinateur, PlayStation 4, Xbox One
  • Prix : 6,99 €/mois
  • Contenu : 500 films et 7 500 épisodes de séries, issus de son énorme catalogue maison. L’offre de Disney+ se construit autour de cinq de ses marques phares : ses grands dessins animés incontournables, les œuvres de Pixar (Toys Story, Cars…) acquis en 2006, les superhéros de Marvel, l’univers Star Wars (produis par la société Lucasfilm, rachetée en 2012), mais aussi la chaîne de documentaires National Geographic. Grâce à ses nombreux studios affiliés, Disney dispose de tellement de contenus qu’il se permet même d’en réserver une grosse partie à un autre service, Hulu (indisponible en France). Les programmes du studio 21th Century Fox et ABC Studios, producteurs de séries cultes depuis des décennies, ne seront pas sur Disney+, à l’exception de quelques pépites comme Les Simpson.
  • Positionnement : Disney souhaite et compte faire face à Netflix grâce à son catalogue de séries, films et dessins animés plus que cultes. D’autant plus que Disney compte aussi proposer des séries originales dérivées de ses grandes licences comme Star Wars et Marvel. Et compte également sur des films originaux à un rythme régulier sans passer par la case cinéma.

Netflix:

  • Date de sortie : disponible en France depuis septembre 2014
  • Plateformes : Ordinateur, Tablettes, Smartphone Windows Phone, iOS et Android, SmartTV, Apple TV, Chromecast, PlayStation 3/4, Xbox 360/One, Wii U, Décodeurs Bbox, SFR et Orange, Lecteur Blu-ray LG, Panasonic, Samsung, Sony et Toshiba
  • Prix : 7,99 €/mois (1 écran), 11,99 €/mois (2 écrans), 15,99 €/mois (4 écrans)
  • Contenu : Séries et films de licence ou originales, documentaires, télé-réalité, programmes pour enfants, stand-up
  • Positionnement : Leader et fondateur du concept, Netflix a investi 15 milliards de dollars en 2019 pour réduire sa dépendance aux contenus sous licence appartenant à ses futurs concurrents. Pari très loin d’être gagné ; premier semestre 2019, 65 % du temps passé devant la plateforme aux États-Unis l’était devant du contenu sous licence contre 80 % fin 2018. En France, Netflix est également le champion avec 6 millions d’abonnés en septembre 2019, pour 158 millions au niveau mondial. Pour résister à la concurrence, sa production de contenu original ne cesse de grimper de mois en mois.
À LIRE
TITANS saison 2: Adolescents en perdition

OCS:

  • Date de sortie : disponible en France depuis octobre 2013
  • Plateformes : Ordinateur, Tablettes, Smartphone, iOS et Android, SmartTV seulement si votre décodeur vous le permet ou si vous prenez l’abonnement à 11,99 €/mois
  • Prix : 9,99 €/mois (3 écrans) et 11,99 €/mois (illimité)
  • Contenu : OCS est à la fois une plateforme de SVoD et un bouquet de chaînes séries et cinéma, axé sur du contenu « de qualité », organisé parfois par thématiques.
  • Positionnement : Connu pour son partenariat avec HBO, qui lui donne accès à des contenus à succès dans la critique et le public comme Game Of Thrones. Mais ce partenariat finit en 2022. Sera-t-il renouvelé ? Pas sûr, étant donné que WarnerMedia, la maison mère d’HBO, se lance aussi dans le streaming vidéo en 2020 avec HBO Max…

Mais bientôt il y aura aussi…

HBO Max:

  • La future plateforme du studio WarnerMedia sera lancée aux États-Unis en mai 2020 pour 14,99 $/mois. Elle proposera plus de 10 000 heures de contenus issus d’un énorme catalogue : les programmes produits par HBO, ceux de Warner Bros (dont l’intégrale de Friends, repris à Netflix), le dessin animé culte South Park, et de nombreuses séries originales seront sur la plateforme.

PEACOCK :

  • Le studio NBCUniversal lancera son service Peacock en avril 2020 aux États-Unis avec plus de 15 000 heures de contenus. Son contenu de soixante-dix ans d’expérience dans les séries, accompagné d’énormes succès dont The Office (repris à Netflix où elle était la deuxième série la plus populaire après Friends). De nombreuses séries originales sont prévues, à un rythme d’un épisode par semaine comme Disney+. Peacock sera à la fois SVoD (abonnement mensuel) et AVoD (pas d’abonnement, mais de la publicité).

SALTO :

  • Lancé en France courant 2020, Salto se définit comme l’alliance de l’audiovisuel français (TF1, France Télévisions, groupe M6) face à Netflix. Mais celui devra maintenant faire face à Disney+. Ce qui veut dire que les utilisateurs devront faire un choix pour les nouvelles plateformes qui arriveront au court de l’année 2020. Il y a il vraiment un choix entre Disney+ et Salto ?

Désormais nous sommes dans la guerre du streaming à la demande ; peut-être que cela annonce la mort de la télé telle que nous la connaissons et annonce la naissance d’une nouvelle ère. Mais est-ce que la cumulation de ces abonnements deviendra trop chère pour le temps passer sur chacun d’entre eux ?

Vous savez, moi je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaises situations. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd'hui avec vous, je dirais que c'est d'abord des rencontres. Des gens qui m'ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j'étais seul chez moi. Et c'est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée...

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Films / Séries TV

Star Trek Picard : Le retour triomphal de Patrick Stewart

Star Trek Picard a toutes les qualités pour séduire les vieux fans de la franchise et conquérir les « nouvelles générations ».

Publié

le

par

Amazon Video
Lecture 3 mins.

Vingt-six ans après sa dernière apparition dans Star Trek : Nouvelle Génération et dix-huit ans après le film Star Trek Nemesis, Sir Patrick Stewart est de retour dans son célèbre rôle, celui de l’Amiral Picard. Deux décennies plus tard, l’homme a pris bien des rides, mais son personnage demeure toujours aussi noble, incarné par la prestation exceptionnelle de celui qui a donné goût à la franchise à des dizaines de milliers de fans. C’est comme s’il n’avait jamais arrêté.

 UN REPOS BIEN MÉRITÉ

Jean-Luc Picard, Capitaine de l’Enterprise a bien mérité sa retraite. Il a perdu des êtres chers, il a consacré sa vie à approfondir les connaissances de la fédération, il a unifié, pactisé, sauvé, il est à jamais ce héros légendaire de Starfleet. Mais, Alex Kurtzman, dans son scénario, ne laisse pas la moindre place à genre d’hommage. Si le capitaine Picard est un héros, c’est pourtant dans un contexte plus sombre et intrigant que débute cette énième série Star Trek.

Ignoré par ses contemporains, Jean-Luc Picard est semble-t-il resté fidèle à lui-même, apprend-on lors d’un entretien exceptionnel avec une journaliste qui n’a qu’une idée en tête, piéger notre protagoniste devant la caméra. Et c’est ce qui se passe. Jean-Luc Picard le concède, il a démissionné alors que Starfleet avait trahi ses valeurs.

De splendides images, on en a pour notre argent !

Star Trek Picard fait suite à Star Trek : Nemesis, mais également au reboot entamé par JJ Abrams en 2009, ainsi, le scénario se consacre sur la perte de son vieil ami Data (Nemesis) mais également de la destruction de la planète Romulus, que l’on apprend dans le reboot.

Portée par le nom du prestigieux capitaine, la série proposée par Amazon Video ne délaisse pas pour autant son casting. Âgé de 92 ans, Picard ne peut suivre les scènes d’actions comme c’était le cas il y a vingt ans. Dorénavant c’est la jeune Dahj (incarnée par Isa Briones) qui se charge de la bagarre. Donnant bien plus de réalisme à la série qu’on ne l’aurait espéré. Portée par des images éblouissantes, Star Trek : Picard se dévoile aussi innovateur que nostalgique, divisant ainsi les fans entre cette nouvelle histoire de SF tirée par les cheveux sur la descendance de Data, et le retour du Cube. Un cliffhanger qui rend la sortie du prochain épisode urgente !


NOTRE AVIS


Autant de temps s’est écoulé que Patrick Stewart s’évertue à bien vouloir ignorer. A-t-il seulement quitté son siège de capitaine le temps d’un instant ? Star Trek Picard offre des décors magnifiques, une belle narration, de beaux dialogues insufflés de cette fameuse brise de héros déchu, harassé par le poids des ans. La gestion des lumières est également a mettre dans la liste des points positifs qui permettent d’obtenir ce résultat. On a hâte de voir l’évolution de ce grand retour.


⭐⭐⭐⭐⭐

À LIRE
Kenobi : La pré-production mise en pause
Continuer la lecture

Reviews

The Mandalorian: Il était une fois dans l’Ouest d’une galaxie lointaine…(attention! Spoilers!)

Publié

le

Lecture 4 mins.

Apporter du nouveau dans la saga Star Wars, c’est aussi prendre le risque de se frotter à sa communauté et en particulier les fans toxiques et psychorigides pour qui chaque changement est une hérésie, un parjure aux sacro-saints codes de la saga. Pourtant, John Favreau semble bien décidé à ignorer les « exigences » de cette portion du fandom, peu enclin aux changements, et adresse son show à ceux pour qui la magie est toujours intacte.

Le réalisateur d’Iron Man premier du nom et accessoirement interprète d’Happy Hogan dans le MCU, nous livre donc un Mandalorien libre du carcan visuel de Star Wars dans ambiance western galactique plus qu’appréciable.

Apres la chute de l’empire et l’avènement de la nouvelle république, le métier de chasseur de prime ne paie plus. Le Mandalorien, l’un des derniers chasseurs en activité, accepte un contrat non-officiel. Inflexible, taciturne et le casque vissé sur le crane, le mandalorien promène sa silhouette de cow-boy/ronin fatigué par d’incessantes chasses aux primes. Si l’interpretation de Pedro Pascal n’est pas le point fort du personnage, le bagage « Mandalorien » qu’il transporte apporte l’essentiel de son charisme à l’écran, le perso est badass et ça se ressent au premier coup d’oeil. Le traitement classique mais efficace du récit, qui s’accorde à merveille avec le ton « western » du show, repose sur les différentes rencontres que fait le personnage au fil de sa traque.

À LIRE
Star Trek Picard : Le retour triomphal de Patrick Stewart

Un récit simple et cohérent qui manque cependant de punch dans deux premiers épisodes désespérément courts. L’exploration plus en profondeur des éléments survolés dans les films est clairement l’atout majeur de la série. De l’utilisation astucieuse de la plus mystérieuse des espèces de l’univers Star Wars par l’entremise d’un nouveau-né de 50 ans ; à l’assaut du « Sandcrawler », la forteresse des sables des ferrailleurs Jawas, traités ici comme les enfants illégitimes des Gremlins et des Minions de « Moi, moche et méchant », le développement du bestiaire et de l’univers étendu offre un fan service habile et conséquent. Aucun élément présent à l’écran n’est laissé au hasard et donne du corps et de la vie à l’ensemble.

Un univers « underground » éloigné du conflit « alliance/empire » habituel. Rappelons que le « Mandalorian » se situe chronologiquement 5 ans après le Retour du Jedi, la guerre est terminée, mais les tensions perdurent et on sent bien ici que l’ordre n’est pas pour autant rétabli dans la galaxie. Une approche post-conflit intéressante qui accentue l’aspect « hors cadre » du show tout en conservant l’ombre de l’univers star wars.

Les deux premiers épisodes disponibles sur la plate-forme U.S. de Disney+ font leur petit effet sans pour autant marquer les esprits et créér l’attente fébrile des prochains épisodes. Si la suite apporte le souffle épique propre à la saga, espérons que le manque de rythme, appuyé par le format sériel court, n’empêche pas la série de véritablement décoller. Dans l’état, le show devra d’avantage s’apprécier en « binge watching », plutôt qu’à un rythme hebdomadaire, pour en maintenir l’intérêt.

The Mandalorian sera accessible en France le 31 mars 2020, jour de lancement de Disney+ fr.

Continuer la lecture

Dossiers

La sombre histoire d’Hollywood

Il était une fois à Hollywood …

Publié

le

Lecture 3 mins.

« Once Upon A Time In Hollywood » a fait sa sortie le 14 août 2019. Ce nouveau film de Quentin Tarantino vient braquer les projecteurs sur une année charnière de l’histoire d’Hollywood : 1969.

Bien qu’elle soit peu connue, cette date était un tournant dans l’histoire du cinéma américain dans la mesure où elle avait marqué l’avènement du « Nouvel Hollywood » et l’enterrement du cinéma classique hollywoodien. Avec à l’affiche Brad Pitt et Leonardo DiCaprio, ce long métrage vient faire la lumière sur le déclin du cinéma classique hollywoodien au détriment d’un cinéma moderne et la transition difficile des acteurs de la vieille école qui se retrouvent dans une industrie cinématographique méconnue. Dépassé par la nouvelle génération de comédiens, la star de télévision Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) et son cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date (Brad Pitt), poursuivent dans ce long métrage de… leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus.

Affaiblie, l’industrie cinématographique du vieil Hollywood a reçu un premier coup de poing à la suite de l’adoption en 1949 par la Cour suprême des États-Unis de la loi antitrust. Connue sous le nom « Décret Paramount », cette loi interdisait aux cinq majors (Warner Bros, Paramount Pictures, Metro Goldwyn Mayer, 20 th Century Fox et RKO Pictures) la possession de leurs propres salles de projection cinématographique. Depuis, la dégringolade d’Hollywood commence à se sentir. L’apparition de la télévision dans les années 50 avait aussi donné un coup dur à l’industrie cinématographique. Le cinéma cède sa place au petit écran et l’engouement pour le septième art commence à s’affaiblir. Désertées, les salles de cinéma avaient sombré jusqu’en 1953.

À LIRE
Kenobi : La pré-production mise en pause

Du cinéma pur et dur …

La 20 th Fox century redéfinira l’image cinématographique avec son premier film en Cinémascope « The Robe de Henry Koster ». Et par la même occasion les studios avaient décidé de créer des nouvelles filiales de la télévision. Avant de mentionner le dernier facteur, on va évoquer les moments clés qui ont entrainé ce déclin hollywoodien par exemple la guerre du Vietnam qui avait commencé en 1955, mais aussi l’assassinat de JFK filmé par accident par l’amateur Abraham Zapruder à Dallas alors qu’à la base il voulait filmer sa visite dans la ville en 1968.

Avec toutes ces tragédies, rien ne pouvait aller pour le mieux à Hollywood. Ce qui nous conduit à notre dernier facteur responsable de l’affaiblissement économique de l’industrie cinématographique est dû à un certain sénateur américain et républicain Joseph McCarthy. Dans son époque, le cinéma va connaître un épisode sombre du Maccarthysme connu également de « Chasse aux Sorcières ». Si on devait résumer cet épisode en quelques mots : tous ceux dans l’industrie qui étaient soupçonnés d’être dans un parti communiste américain étaient licenciés à la seconde qui suit. Hollywood créera même une liste noire d’artistes auquel les studios vont interdire tous exploits par ce qu’ils peuvent être soupçonnés d’appartenir au parti communiste américain. Certains vont même dénoncer leurs amis, d’autres préfèrent l’exil ce qui fut le cas pour Charlie Chaplin.

À LIRE
TITANS saison 2: Adolescents en perdition
Continuer la lecture

En ce moment