Suivez-nous

Films / Séries TV

ANNA – La dernière carte de Luc Besson ? [Critique]

Publié

le

Lecture 4 mins.

Le titre de notre critique est assez équivoque. Après le colossal échec financier de « Valérian et la cité des mille planètes » (Environ 100 millions de dollars de pertes pour Europacorp, la société mère de Besson), le studio du réalisateur Français est en zone rouge. Obligé de licencier ses employés, placé en procédure de sauvegarde le temps de négocier sa dette, le studio est en grand danger. C’est dans ces eaux troubles que sort « Anna »,  un espèce de fils prodige de « Nikita », « Léon » ou plus récemment « Lucy ».

Luc Besson reprend une thématique qui lui est propre, celle de la femme forte. Adoubant la féminité et ce que celle-ci peut représenter au cinéma, Besson livre avec « Anna » tous ses canevas qu’il a pu dresser dans sa filmographie d’action assez riche, quitte à ce que l’on ne soit que trop peu surpris au final.

Le problème avec « Anna », c’est que l’on assiste pas forcément à du mauvais cinéma. D’excellentes choses parsèment le long-métrage, comme de gros ratés et d’autres faits plus anecdotiques. Besson ressort tous les traditionnels archétypes de son cinéma (Les poursuites en voiture, les femmes hyper sexualisées -l’héroïne parvient à ses fins en couchant avec tous les seconds rôles, faut le souligner ça quand même-, les scènes d’actions très vite expédiées…) Les défauts d’un mauvais Europacorp (coucou Le Transporteur : Héritage) refont rapidement surface. Et devant de trop poreuses innovations cinématographiques, on déchante assez rapidement. S’il faut aussi reconnaître une certaine maîtrise de Luc Besson sur la réalisation avec certains plans vraiment soignés et classieux (Les scènes de combat avec Anna, où, en règle générale, la maîtrise de la photo par Thierry Arbogast), le scénario est une catastrophe. Alignant poncifs sur poncifs, l’histoire est sauvée par une maîtrise avec justesse de l’humour (plus présent que dans Lucy) qui nous permet de moins essayer de prendre cette histoire au sérieux et donc de l’apprécier un peu plus.

Une petite inspiration de Red Sparrow quand même…

Côté ambiance, on sent une petite inspiration de « Red Sparrow » de Francis Lawrence (2018) puisque l’héroïne est ici dans un procédé clair de « séduction » -> Mission assassinat, ce qui peut paraître redondant. Le film, d’ailleurs, multiplie les flash-backs et les flash-fowards à outrance, ce qui pouvait rapidement nous dégager de la compréhension du fil rouge du récit. Sauf que Besson arrive à tout raccrocher vers une surprenante fin et une surprenante logique, toutefois parfois amenée avec d’énormes sabots.

On est rapidement le derrière entre deux chaises avec ce films. Puisque les inévitables poncifs d’Europacorp vous feront rapidement grincer des dents, comme le manque d’action (dû certainement au budget archi-limité du film). Il y a quand même certaines choses à sauver de ce gloubi-boulga parfois indigeste : Une maîtrise excellente de l’action (difficile de ne pas faire le rapprochement entre une scène d’Anna et une scène du premier Kingsman), une histoire qui essaie de nous surprendre, et un quatuor d’acteurs globalement convaincant.

L’histoire parvient à nous surprendre puisque la rapidité des enchaînements de la diégèse (le film se déroule sur plus de 5 ans) nous aiguille sans cesse sur de fausses pistes, et c’est intelligemment fait. Du côté des acteurs, Sasha Luss livre une première performance au cinéma assez honorable, et le trio expérimenté composé de Luke Evans, Cillian Murphy et Helen Mirren font le job. Mention spéciale à cette dernière qui étonne dans son rôle de dirigeante soviétique assez caricaturale.

Oui, vous ne verrez que des pistolets silencieux pendant ce film.

Ainsi, « Anna » peut paraître indirectement comme le va-tout de Besson. Jetant ses dernières forces dans la bataille, le film livre un condensé de toute la filmo d’action d’Europacorp et de Besson en essayant de rendre le scénario plus abouti, plus mature et plus intelligent. C’est réussi à moitié, ça aura toutefois à nos yeux le mérite d’être meilleur que Lucy qui ressemblait autant à de la science-fiction qu’une tomate à un légume (ou à un fruit ? les débats sont ouverts). Allez le voir, il en vaut plutôt le coup.

En résumé
6 Geeks Lands
0 Internautes (0 Votes)
Points positifs
  • Quelques bonnes scènes
  • Le jeu des acteurs
  • Un humour bienvenu
  • Points négatifs
  • Une héroïne centrale qui couche avec 36 mecs
  • Un alignement des poncifs Made in Europacorp
  • Conclusion
    Mieux que Lucy, mais pas ouf pour autant.
    NOTE6
    Note des internautes Votre note ?
    Sort by:

    Be the first to leave a review.

    Vérifié
    {{{review.rating_comment | nl2br}}}

    Show more
    {{ pageNumber+1 }}
    Votre note ?

    Continuer la lecture
    Publicité
    Cliquez pour commenter

    Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Films / Séries TV

    Rick et Morty saison 4 : Plus d’épisodes et moins d’attente ? C’est l’idée

    Sauf qu’en attendant la saison 4, et bien… on attend !

    Publié

    le

    par

    Lecture 2 mins.

    L’attente est plus que jamais à son apogée à quelques mois de la sortie de la quatrième saison de Rick et Morty. Bien que Adult Swim a confirmé la production de 70 épisodes Rick et Morty, nous obtenons quelques gracieuses informations du site Entertainement Weekly qui, en amont de la Comic Con San Diego, a interviewé les créateurs de la série déjantée.

    Justin Roiland confirme qu’ils travaillent bien simultanément sur la saison quatre et cinq :

    On passe directement à la prochaine fournée. Le plan a toujours été de faire sortir les épisodes plus vite.

    Dan Harmon confirme quant à lui l’accélération de la production des épisodes, et la réduction du temps d’attente, littéralement démesuré, entre chaque saison.

    Je pense qu’on peut dire sans craindre de se tromper […] que ce sera la dernière fois que l’attente est aussi longue et ridicule que celle entre les saisons 3 et 4. Je ne sais pas vraiment à quelle vitesse nous pouvons le faire, mais je sais que ce ne sera plus jamais aussi long. Il y avait tellement de choses à régler avant même de commencer la saison 4 et il est prudent de dire, comme l’a dit Justin, que nous écrivons littéralement la saison 5 tout en terminant la 4 pour nous forcer à respecter un certain calendrier.

    Et, pour couronner le tout, Adult Swim ne serait pas contre du rab d’épisodes si toutefois la cadence était maintenue :

    Je ne veux pas donner de faux espoirs à qui que ce soit, mais notre accord prévoit que, si nous sommes suffisamment productifs, il y aurait moyen de diffuser plus d’épisodes à la fois. Adult Swim peut dire quelque chose comme : « Ils sont à l’heure et formidables, vous voulez en faire plus au lieu de faire une pause ? » On pourrait alors faire plus d’épisodes, ce que j’aimerais voir arriver. Rien que de savoir que c’est possible, ça m’impatiente. Je me sens comme un vilain garçon quand je suis en retard.

    Continuer la lecture

    Films / Séries TV

    Dark Crystal : Le Temps de la Résistance – De splendides images dévoilées par Netflix

    Le prequel de Dark Crystal s’annonce visuellement époustouflant.

    Publié

    le

    par

    Lecture 1 min.

    Dark Crystal : Le Temps de la Résistance sortira le 30 août sur Netflix mais nous découvrirons dès ce week-end, une nouvelle bande-annonce dévoilée à la Comic Con San Diego.

    Prequel du film culte de dark fantasy créée par Jim Henson (Muppets) et Frank Oz, le marionnettiste (Yoda), sorti en 1982, cette nouvelle version originale Netflix, semble prometteuse, dans le respect de son aîné, et particulièrement maîtrisée tant le choix des couleurs que de l’usage des CGI, on espère ne pas se tromper mais les premières impressions sont souvent les bonnes !

    Réalisé par le français Louis Leterrier (Le TransporteurL’Incroyable Hulk), la série Dark Crystal relate une histoire se déroulant bien avant le film. The Jim Henson Company est par ailleurs, associé au projet.

    Le film de 1982 est disponible sur la plateforme de streaming Netflix depuis le 1er juillet.

    BANDE-ANNONCE

    Continuer la lecture

    Films / Séries TV

    Rick et Morty S4 se dévoile enfin dans ses premières photos !

    Première image, champ de blé à la Gladiator ?

    Publié

    le

    par

    Lecture 1 min.

    Nous attendons, depuis bien trop longtemps, certes, cette quatrième saison ! Bien que l’on se soit trouvé un petit animé nommé Back Street Girl pour patienter, l’attente reste difficile.

    Rick et Morty saison 4 sera disponible en novembre sur nos petits écrans. Et, les créateurs de la série, Dan Harmon et Justin Roiland ont déjà fait part de leur intérêt pour un film Rick et Morty au cinéma.

    La quatrième saison de nos deux fanfarons débute enfin sa promotion avec deux images. La première dévoile Rick dans un champ de blé, en mode Maximus dans Gladiator.

    La terre promise.

    La seconde image nous montre le déjanté professeur entouré de Crocubots. Affaire à suivre !

    Continuer la lecture
    Publicité
    Publicité
    Publicité

    En ce moment