Nous Suivre

Hey ! Une recherche ?

Dossier : Comics

DISNEY ET MICKEY : RETOUR AUX ORIGINES

Retour sur les origines d’un phénomène mondial

Tout le monde connaît cet univers qui a su inscrire une marque indélébile dans l’histoire du cinéma et du dessin animé. Disney demeure encore aujourd’hui le premier groupe de divertissement dans le monde, cumulant plus de 55 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Un succès indéniablement mérité, mais qui reste le fruit d’un long combat de ses créateurs tout au cours du vingtième siècle.

Zoom sur l’évolution d’un véritable multivers qui a su se construire et s’adapter aux vicissitudes du temps.

 

THE WALT DISNEY COMPANY : ORIGINES

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

C’est d’abord sous le nom de Disney Brothers Studios que le futur géant américain naît le 16 octobre 1923, fondé par Walt et son frère Roy Disney.

La première création de l’entreprise fût la série Alice Comedies, comptant l’histoire d’Alice, une jeune fille plongée dans le monde de Cartoonland, souvent accompagnée du fameux chat Julius.

Cette série remporta d’ailleurs un énorme succès, grâce notamment aux gags rythmant le scénario, mais également à travers la prouesse d’intégrer une prise de vue réelle dans un dessin animé, quasi impensable à l’époque.

En 1926, Disney Brothers Studios se rebaptise Walt Disney Studio. C’est alors en 1927 qu’un certain Charles B. Mintz, grand producteur américain, demande à Walt de créer une nouvelle série centrée sur un personnage joueur et excentrique : Oswald, le lapin chanceux.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Mais il s’avère que c’est Universal Pictures qui dispose alors de tous les droits du personnage, pourtant créé par les dessinateurs de Disney (et, à priori, ceux d’Universal). À l’époque, la création d’un épisode de la série rapportait à Disney 2250$ par épisode. En 1928, Walt demande à Mintz une augmentation pour la création de chaque épisode d’Oswald, tant le succès de la série animée est important. Mais Mintz refuse, prétextant même que le salaire versé à Disney Studio allait être revu à la baisse; il avoue de même qu’il n’est qu’un intermédiaire entre le studio et Universal Pictures. L’objectif de ce dernier étant bien évidemment de s’attirer tout le crédit de la série animée pour son propre studio de production.

Universal Pictures confie alors la production de la série à Charles B. Mintz et Walter Lantz, après que Walt Disney Studio ait refusé le renouvellement de contrat lors d’une entrevue à New York. Nous sommes le 13 mars 1928, Disney se retrouve sans contrat.

 

MICKEY, L’ORIGINE D’UN SUCCÈS MONDIAL

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Sans création et sans contrat, Disney savait qu’il ne pourrait pas perdurer bien longtemps. C’est alors que Walt décide de s’inspirer d’Oswald pour créer un nouveau personnage made by Disney : avec Ub Iwerks, il crée un dérivé d’Oswald sous les traits d’une petite souris : Mickey Mouse.

 « Nous pressentions que le public, et particulièrement les enfants, apprécient les animaux petits et mignons. Je pense que nous nous sommes inspirés de Charlie Chaplin pour le caractère. Nous voulions quelque chose d’attirant et nous avons pensé à un petit bout de souris qui aurait quelque chose de la mélancolie de Chaplin — un petit compagnon essayant de faire du mieux qu’il peut. »   Walt. Elias Disney

 Mais il fallait se démarquer de la série d’Universal Pictures pour que la nouvelle création de Walt Disney Studio fasse le poids.

À LIRE  Marvel : 5 films qui ont failli voir le jour dans les années 1990

Il décida donc de créer le premier épisode avec Mickey en synchronisant les images et le son, ce qui est pour l’époque, une quasi première mondiale. C’est ainsi que Mickey Mouse se dévoile au grand public le 18 Novembre 1928, dans un premier épisode animé intitulé Steamboat Willie.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Véritable succès à travers le personnage et la prouesse d’avoir associé images et sons, Disney Studio gagne assez d’argent pour se lancer en 1929 dans une nouvelle série : Silly Symphonies. Produite en couleurs à partir de 1932, c’est notamment dans cette série que Donald Duck apparaitra pour la première fois au public. Il s’agira alors de la première série dans laquelle Mickey, Minnie et Donald seront dessinés dans les mêmes épisodes.

 

DISNEY SE DÉMARQUE DE LA CONCURRENCE

Toujours plus innovant, Walt décide de créer pour la première fois un long-métrage d’animation, afin de prendre définitivement les devants sur les concurrents du genre.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

En 1934, Disney Studios imagine son premier long-métrage, qui sortira au public fin 1937 : Blanche-Neige et les Sept Nains.

Véritable succès aux Etats-Unis et au Canada, le long-métrage engendre à lui seul 8 millions de dollars, un record pour l’époque.

Inspiré par son succès, Disney Studios poursuit sur sa lancée en imaginant d’autres long-métrages du même genre : Pinocchio sortira début des années 1940, suivi de près par le chef-d’œuvre Fantasia, sorti fin de la même année.

 

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

L’EXPORTATION DU GÉANT

Après les évènements de la seconde Guerre Mondiale, qui ont d’ailleurs grandement freiné les affaires du studio (réquisitionné par l’armée, et d’ailleurs utilisé pour de la propagande), l’entreprise décide de s’exporter sur d’autres continents afin de toucher toujours plus de monde et de créer simultanément plusieurs projets.

Fin 1948, la société voyait certains de ses fonds bloqués dans quelques pays, comme le Royaume-Uni, où stagnait alors 850.000 dollars. Seule possibilité pour l’entreprise : s’installer dans le pays pour y exploiter les fonds.

C’est en 1949 qu’ouvre Walt Disney British Films Ltd, pouvant exploiter les fonds de Walt Disney Studios alors bloqués dans le pays. Le studio réalise alors des films bien connus tels que L’île au trésor en 1950, et le fameux Vingt Mille Lieues sous les Mers sorti en 1954.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Par la suite, l’entreprise étend son influence sur le continent européen par la distribution de ses films et long-métrages, mais également par ses produits dérivés et bandes dessinées, comme le fameux Journal de Mickey, paru pour la première fois en France dès 1934.

À LIRE  Marvel : À quoi pourrait ressembler Keanu Reeves en Wolverine (MCU)

 

ANNÉES 50 : DISNEY INNARÊTABLE ?

Le 17 Juillet 1955, Disney ouvre son premier parc DisneyLand à Anaheim, en Californie. Il détient alors de 34,5% du complexe.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

La même année, l’entreprise réalise sa première diffusion sur la chaîne ABC avec l’émission The Mickey Mouse Club.

Grâce aux revenus générés par le parc et l’émission sur ABC, Walt Disney Studios rachète la totalité du parc en 1960,  après être entrés en bourse, en 1957.

Comptant désormais ses fonds en dizaines de millions de dollars, l’entreprise décide de se lancer dans la construction d’un second parc à thème : elle achète en Floride un groupement de terrains pour y débuter le projet de Walt Disney World Resort.

 

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

DEPUIS 1966

Le 15 Décembre 1966, Walt Disney meurt d’un cancer des poumons, âgé alors de 65 ans. Une triste nouvelle que le studio a du mal à encaisser. Mais l’entreprise doit poursuivre son travail et innover si elle souhaite maintenir son niveau.

C’est Roy Oliver Disney, le frère aîné de Walt, qui dirige désormais seul l’entreprise, et décide de poursuivre l’œuvre de son frère. Ainsi en 1969, Un amour de Coccinelle sort avec d’excellents résultats, si bien que la saga se poursuivra avec au total cinq films, sans compter les remakes qui sortiront par la suite.

Roy termine le projet entrepris jadis avec son frère, et inaugure Walt Disney World Resort le 1er octobre 1971 à Orlando en Floride. Ce sera la dernière création que Roy verra : il meurt peu de temps après, en décembre 1971.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

 

Depuis, Disney a poursuivi sa route en rendant un hommage constant à ses deux créateurs ; l’objectif de Walt était d’apporter de la joie aux enfants, au sein d’une société où l’amusement et le divertissement n’avaient pas tout le temps sa place. Parti d’une simple idée cinématographique, les frères Disney ont bâti un véritable empire qui ne cesse encore de grandir aujourd’hui. Malgré quelques passages difficiles après la mort de Roy à la fin des années 70, Disney a maintenu le cap et a su remplir ses objectifs, comme la création de nouveaux parcs d’attractions à Tokyo (1983) et Paris (1992), tout en s’adaptant aux technologies qui ne cessent d’évoluer : ainsi, les studios Walt Disney  seront les premiers à sortir un film utilisant des images de synthèse générées par l’informatique avec TRON (1982).

S’adaptant toujours aux vicissitudes du temps, Walt Disney Studios restera toujours une référence mondiale à travers ses dizaines de classiques que la plupart d’entre nous connaissons ; Disney, c’est des musiques que l’on chante, des long-métrages que l’on revoit, mais surtout, des moralités et des citations que l’on n’oublie pas.

 

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

À la mémoire de Walt et Roy Disney

Commenter

Laisser un commentaire

Publicité

Exclus

Actualités

Fille du mutant oméga, Magneto, Wanda Maximoff est également la sœur d’un certain Quicksilver. Achetée par les studios Disney en 2018 pour la modeste...

Top

Jusqu'à Avengers : Infinity War, Loki, Dieu de la Malice, a régulièrement trompé la mort.

Top

Bien avant l'univers cinématographique Marvel, la maison des idées a passé les années 1990 à tenter de convaincre les majors d'obtenir des films.

Actualités

Frustré d’avoir vu son long-métrage démonté et dénaturé par la Warner, le réalisateur David Ayer continue de teaser sa director’s cut de Suicide Squad...

Actualités

Décidément, Disney enchaîne les mauvaises nouvelles en ce moment.

Actualités

Après deux ans et demi de campagnes sans relâche, la Snyder’s Cut Justice League va finalement voir le jour sur HBO Max. Si Steppenwolf...

Publicité

Plus d'Articles

Actualités

C'était l'une des grandes inquiétudes. Zack Snyder se montre rassurant.

Actualités

Nous en parlions déjà dans un article précédent, Mystério (Jake Gyllenhaal) est un super-vilain Marvel qui, après avoir dévoilé ses véritables intentions à la...

Cinéma

La Snyder Cut prouve une fois de plus sa supériorité sur le papier.

Cinéma

C'était un des grands débats concernant la version Snyder Cut.

Publicité