Suivez-nous

Batman TAS Rétrospective

BATMAN TAS – LA RÉTROSPECTIVE : EPISODE 1

La rétrospective du premier épisode de la série animée culte

Publié

le

Lecture 12 mins.

S’il y avait un top 10 des meilleures séries animées, « Batman The Animated Series », créée par Bruce Timm et Paul Dini, en ferait assurément partie tant elle a bousculé le genre par sa qualité graphique et son ambiance de film noir, au point d’atteindre un statut culte et d’être considérée par des milliers de personnes comme LA meilleure adaptation du Chevalier Noir. En tant que fan invétéré du personnage et de ce traitement authentique, je vous propose une rétrospective pour chaque épisode, que vous pourrez retrouver tous les premiers Mercredi de chaque mois. Commençons donc par la base avec le premier épisode.

Intitulé On Leather Wings en VO, et Le Duel en VF, ce premier épisode met en scène la rencontre entre Batman et Man-Bat, alias le scientifique Kirk Langstrom, personnage créé en 1970 par Neal Adams et Frank Robbins dans le numéro 400 de Detective Comics. Nous devons la réalisation de cet épisode à Kevin Altieri, qui réalisera par la suite 21 autres épisodes de Batman et sera considéré comme l’un des meilleurs réalisateurs de la série. En plus de cela, il réalisera une séquence du film d’animation tirée de la série animée, Batman contre le fantôme masqué, l’adaptation animée de Gen 13, ainsi que quelques épisodes des séries animées Striperella (créé par Stan Lee avec les voix de Pamela Anderson et Mark Hamill), The Spectacular Spider-Man et Transformers : Rescue Bots. Le scénario est écrit par Mitch Brian, qui a également coécrit la bible de la série avec Bruce Timm et Paul Dini, et écrira plus tard les épisodes Version Originale et Bane. En plus de cela, il créera avec Sean Catherine Derek et Laren Bright le personnage de Renée Montoya.

Quant à la composition musicale, elle est assurée par la talentueuse Shirley Walker, qui deviendra la compositrice principale de la série, tout en supervisant la musique sur les épisodes qu’elle ne composera pas. A noter qu’elle fut également la chef d’orchestre de Danny Elfman sur les longs-métrages Fantômes en fête, Batman, Edward aux mains d’argent, Dick Tracy, Cabal, Darkman et Article 99, de Carter Burwell sur Duo Mortel, Dingo et Max et Fear, de John Du Prez sur Les Tortues Ninja, et de Hans Zimmer sur Black Rain, Comme un oiseau sur la branche, Jours de Tonnerre, Fenêtre sur Pacifique, Croc-Blanc, Backdraft, Radio Flyer, Une équipe hors du commun, Toys et Opération Shakespeare. Elle sera également compositrice de quelques épisodes de Superman, l’Ange de Métropolis (tout en composant le thème du générique), The New Batman Adventures (en composant également le thème du générique), Flash (la série de 1990), Les aventures d’un homme invisible, Batman contre le fantôme masqué, Los Angeles 2013, Spawn la série animée, Batman la relève, Mystery Men et Destination Finale.

Tout commença avec ce sublime générique, nous présentant d’emblée le style de cette oeuvre sombre, avec la composition musicale exceptionnelle de Danny Elfman (tout comme sa composition pour le générique de la série télévisée Flash de 1990). La première scène nous présente le ciel nocturne de Gotham City avec un ballon dirigeable de la police de la ville (GCPD) traversant d’épais nuages. L’un des pilotes aperçoit furtivement une silhouette géante de chauve-souris. Silhouette que nous retrouvons entre les gratte-ciels de la ville. L’ambiance de Gotham est parfaitement retranscrite à travers les fenêtres éclairées et les architectures art-déco. Un agent de sécurité d’un laboratoire est ensuite attaqué par la fameuse créature. Cette première apparition de Man-Bat est efficace, mystérieuse et inquiétante puisque l’on aperçoit seulement l’arrière de sa tête et son ombre. Dès ces trois premières minutes, le ton de la série est donné, et à l’époque, le spectateur réalisait qu’il n’était pas devant un simple dessin animé pour enfants, mais devant une oeuvre sombre, mature et esthétique, avec le parti pris de proposer des designs inspirés de la série animée Superman des Studios Fleischer des années 40, qui fut à l’époque révolutionnaire, au point d’avoir un épisode nominé aux Oscars, côtoyant ainsi le maître du dessin animé : Walt Disney.

La scène suivante se déroule dans le bureau du Maire Hamilton Hill en compagnie de ce dernier, du commissaire Jim Gordon, de l’inspecteur Harvey Bullock et du procureur Harvey Dent. La qualité de l’animation à travers les éclairages, les jeux d’ombres via la grande fenêtre du bureau et le mobilier prouve la richesse et le perfectionnisme du travail des artistes, des animateurs et du réalisateur. C’est en visionnant de nouveau une telle oeuvre que l’on regrette la belle époque des séries animées de qualité dont Batman The Animated Series faisait partie. Revenons à nos quatre personnages, dont la conversation concerne l’agent de sécurité envoyé à l’hôpital par un homme chauve-souris. Suite à une déclaration de Bullock dans le Gotham Glazer certifiant que la police de la ville déclare la guerre à Batman en conséquence de l’attaque, le commissaire Gordon lui fait part de son mécontentement, n’approuvant pas du tout cette annonce officielle. Bullock demande alors au Maire la mise en place d’une brigade spéciale sous son contrôle afin de s’occuper du Chevalier Noir. Bien que Gordon refuse l’idée d’une police privée, le Maire accepte la requête de Bullock. A travers leur charisme, leur animation et leurs premières lignes de dialogue, nous avons déjà une excellente présentation et une psychologie efficace des personnages contrastés que sont Jim Gordon et son inspecteur Bullock. Ce dernier deviendra tout au long de la série un personnage de qualité, flic bourru ne se séparant jamais de son cure-dent et de son chapeau, détestant Batman qu’il considère comme un dangereux hors la loi. Au fil du temps, nous apprendrons que cette haine masque en réalité une véritable jalousie envers le justicier. La conversation se conclut par Harvey Dent, déclarant, tout en jouant avec sa pièce fétiche, qu’il se ferait un plaisir de confronter Batman dans un tribunal afin de l’envoyer derrière des barreaux. Le fait de présenter Harvey Dent avant son accident, et ce, dès le premier épisode, prouvait l’excellente construction de l’univers complet de la série animée.

La troisième scène se déroule dans la batcave, où Batman et Alfred discutent de la déclaration de police officialisée par le Gotham Glazer. Dès ce premier épisode, nous pouvons entendre ce bruit particulier produit par le bat-ordinateur, instaurant à lui seul cette ambiance propre au QG de l’homme chauve-souris. La Batmobile, aux courbes inoubliables qui en fait l’un des plus beaux bolides de Batman toutes adaptations confondues, nous est présentée avec grâce, lorsque le justicier, à son bord, quitte la batcave pour rejoindre Gotham City. C’est là que nous apercevons le fameux ciel rouge sang et cette lune géante, typiques de la série animée. L’épisode se poursuit à travers la double enquête du justicier, aussi bien sous le masque de Batman que sous l’identité de Bruce Wayne. L’attitude de ce dernier, en public, se révèle plus avenante et quelque peu superficielle, comme cela est le cas dans les comics et les adaptations live de ces 15 dernières années. La majorité des gadgets de Batman nous sont également présentés, comme son spray permettant la vision de ses lunettes infra-rouge, ainsi que ses boules à gaz soporifiques, son bat-grappin et son fameux batarang.

Parallèlement à cela, Bullock tente de traquer Batman avec l’aide de sa brigade spéciale, cette dernière se déplaçant à travers un fourgon orange aux traits particuliers, qui fera le charme de la série. Les véhicules, notamment ceux du GCPD, et les vêtements dont les chapeaux feutrés, sont directement inspirés des années 30 et 40, permettant de constituer définitivement le ton unique de l’adaptation. La cerise sur le gâteau est la composition musicale de Shirley Walker, aux notes très « pulp », se mêlant parfaitement au genre « film noir » du récit, sans oublier son puissant et chevaleresque thème de Batman. Nous pouvons également entendre, au détour d’une scène, quelques notes du thème de « Batman 89 » par Danny Elfman. Le doublage original, tout comme le doublage français, est de qualité. La différence la plus notable est la voix de Kevin Conroy dans la version originale, plus grave lorsqu’il interprète Batman, alors que son doubleur français, Richard Darbois, bien que très talentueux et inoubliable, conserve le même timbre de voix pour Batman et Bruce Wayne, à l’instar de Patrick Osmond, le doubleur de Michael Keaton sur les deux films de Tim Burton.

La scène la plus marquante de l’épisode est sans nul doute celle précédant la confrontation finale, lorsque le Docteur Kirk Langstrom se transforme en Man-Bat sous les yeux du Chevalier Noir, digne des anciens et mythiques films d’horreur d’Universal Studios dont Dr Jekyll et Mister Hyde, chose encore inédite pour une série animée diffusée également pour un jeune public. Le design et l’animation de Man-Bat sont des plus réussis, en particulier lorsque Francine, la femme de Langstrom, surprend son mari après sa transformation. La réaction de Man-Bat procure une sensation de pitié tant son expression ressemble à celle d’un enfant regrettant d’avoir fait une bêtise, mêlée aux airs d’un animal apeuré. Dernier point assez rare pour une série animée familiale, surtout pour un premier épisode : le sang visible sur le visage de Batman après sa confrontation avec Man-Bat.

DISTRIBUTION ORIGINALE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Kevin Conroy, considéré par certains comme la meilleure incarnation du Chevalier Noir (Batman contre le Fantôme Masqué, Batman la relève, La Ligues des Justiciers, les jeux vidéos Arkham et Injustice, Superman/Batman : Apocalypse, Justice League : Echec, The Flashpoint Paradox, Assault on Arkham, Infinite Crisis, Batman vs Robin, The Killing Joke, Justice League Action, Batman and Harley Quinn)

ALFRED : Clive Revill (Contre une poignée de diamants, L’empire contre-attaque, Les Snorky)

COMISSAIRE GORDON : Bob Hastings (Sur le pont la marine, Superboy, Wonder Woman la série tv)

MAN-BAT/KIRK LANGSTROM : Marc Singer (V, Dallas, Arrow)

HARVEY DENT : Richard Moll (Tribunal de nuit, Mighty Max, La famille Pierrafeu, Spider-Man la série animée, Scary movie 2)

HARVEY BULLOCK : Robert Costanzo (Total Recall, Dick Tracy, Die Hard 2, Loïs & Clark, Arkham Origins, Mafia II)

LE MAIRE HILL : Lloyd Bochner (General Motors Presents, Hong Kong, The Richard Boone Show, Dynasty)

DISTRIBUTION FRANÇAISE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Richard Darbois (Doubleur de Harrison Ford, Danny Glover, Richard Gere, Dan Aykroyd, Jeff Goldblum, Patrick Swayze, et de Buzz L’Eclair, Le Génie (Aladdin), Biff de Retour vers le futur, etc)

ALFRED : Jacques Ciron (Et Dieu… créa la femme, Tout l’or du monde, Le Cerveau, Les Ripoux, Frantic, Au théâtre ce soir, doubleur d’Alfred dans Batman, Batman : Le Défi, Batman Forever et Batman et Robin, Mary Poppins, Barry Lyndon, Le loup-garou de Londres, Démolition Man, Le Fugitif, Alice aux Pays des merveilles, Merlin l’Enchanteur, à noter qu’il est également la voix accueillant les visiteurs dans La Tour de la Terreur à Walt Disney Studios)

COMISSAIRE GORDON : Jean-Claude Sachot (Doubleur dans Demolition Man, X-Men 2 (Stryker), Abyss, Le Silence des Agneaux, Batman Le Défi, Impitoyable, L’Impasse, The Mask, Tueurs nés, Daredevil, Akira, Fantasia 2000, The Shield, Sur écoute, Taboo)

MAN-BAT/KIRK LANGSTROM : Philippe Peythieu (Doubleur de Danny DeVito, Homer, Abraham et Otto dans Les Simpson, du Pingouin dans Batman TAS, Batman le Défi, Arkham City, Arkham Origins, Assault on Arkham, également doubleur dans Batman (Alexandre Knox), Les Animaniacs, Highlander, JFK, Les Incorruptibles, Philadelphia, Un monde parfait, La Liste de Schindler, True Lies, Men in Black, Titanic, Million Dollar Baby, Live by Night)

HARVEY DENT : Daniel Lafourcade (Doubleur de Oliver Platt, Paul Giamatti, Zach Galifianakis, également doubleur dans Stargate SG-1, Arkham Origins (Alfred), Superman (Otis), Beetlejuice, Abyss, Scream, I, Robot, Die Hard 4, Deadpool)

HARVEY BULLOCK : Gilbert Levy (Le Grand Pardon, La Vérité si je mens !, doubleur dans Les Simpson (Moe, Lenny, Willie, etc) Akira, Robocop 3, Jurassic Park, Porco Rosso, Dingo et Max, Le Voyage de Chihiro, Independence Day, Star Wars Episode IV, L’Arme Fatale, Qui veut la peau de Roger Rabbit, Batman (Bob), Indiana Jones et la Dernière Croisade, Retour vers le futur 2, Tango et Cash, Le Silence des Agneaux, True Romance, Terminator 2, Casper, Titanic, Batman et Robin, Transformers 2, Machette Kills)

LE MAIRE HILL : Mario Santini (Doubleur dans Les Goonies, Dallas, Flash, Superman, Les Simpson, Diablo, Rambo, Beetlejuice, Des hommes d’influences, Hook, Backdraft, Jurassic Park, Batman Le Défi, Cliffangher, Philadelphia, Last Action Hero, Robocop 3, Mars Attack, True Romance, Sister Act, Forrest Gump, Hannibal)

En conclusion, le premier épisode de cette série avait été minutieusement travaillé, posant efficacement ses bases et son ambiance Pulp, accompagné d’un ton très mature et d’un charme identique aux dessins animés « Superman » des Studios Fleischer dans lesquels il avait puisé son influence. Les doublages originaux et français proposaient une réelle qualité, ainsi que la composition musicale de Shirley Walker qui talonnait de près celle de Danny Elfman à l’époque. Nous vous donnons rendez-vous le Mercredi 07 Mars pour la rétrospective du second épisode de « Batman The Animated Series ».

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Batman TAS Rétrospective

BATMAN TAS LA RETROSPECTIVE – EPISODE 7

Rétrospective du septième épisode de la série animée avec un scénario novateur sans aucun super-vilain.

Publié

le

par

Lecture 4 mins.

Nous sommes heureux de vous retrouver pour une nouvelle rétrospective « Batman The Animated Series ». Aujourd’hui, rapide retour sur l’épisode 7 qui fut digne d’un court-métrage de polar avec le commissaire Gordon, l’inspecteur Bullock, l’officier Renée Montoya, et, bien entendu, Batman.

Intitulé P.O.V en V.O (Point of View) et Version Originale en V.F, le septième épisode innova en proposant un récit confrontant les affaires internes à Bullock, Montoya et un jeune policier à propos d’une affaire ayant mal tournée. P.O.V est de toute évidence le genre d’épisode qui nous indifférait lorsque nous étions plus jeune, mais qui, aujourd’hui, passionne les adultes que nous sommes devenus, bien qu’un développement sur un double épisode aurait été bienvenu afin de rendre justice au scénario s’avérant au final trop bref. Ce septième épisode fut réalisé par le fameux Kevin Altieri, l’un des réalisateurs prolifiques de la série avec 21 épisodes à son actif dont Le Duel et Morts de rire.

Le scénario fut écrit par Mitch Brian, en collaboration avec Sean Catherine Derek et Laren Bright. En plus d’avoir co-écrit la bible de Batman TAS et scénarisé le premier épisode Le Duel, Mitch Brian écrira plus tard le soixante-quinzième épisode intitulé Bane. Concernant Sean Catherine Derek, elle fut la co-créatrice des personnages de Renée Montoya et Griffe Rouge qui scénarisera par la suite quelques épisodes de Batman TAS, Capitaine Planète, Spider-Man, Mortal Kombat, Pac-Man and the Gostly Adventures et Tarzan & Jane. Quant à Laren Bright, elle fut la co-créatrice de Renée Montoya et Griffe Rouge, en plus d’écrire 10 épisodes pour Batman TAS et 17 épisodes pour Capitaine Planète. A noter que le personnage de Montoya fut créé dans P.O.V, bien qu’il soit classé en septième position de la liste chronologique des épisodes.

DISTRIBUTION ORIGINALE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Kevin Conroy (Batman contre le Fantôme Masqué, Batman la relève, La Ligues des Justiciers, les jeux vidéos Arkham et Injustice, Superman/Batman : Apocalypse, Justice League : Echec, The Flashpoint Paradox, Assault on Arkham, Infinite Crisis, Batman vs Robin, The Killing Joke, Justice League Action, Batman and Harley Quinn)

COMISSAIRE GORDON : Bob Hastings (Sur le pont la marine, Superboy, Wonder Woman la série tv)

HARVEY BULLOCK : Robert Costanzo (Total Recall, Dick Tracy, Die Hard 2, Loïs & Clark, Arkham Origins, Mafia II)

RENEE MONTOYA : Ingrid Oliu (Rick Hunter, Ana, Weeds, Fixing Paco)

OFFICIER WILKES : Robby Benson (La Belle et la Bête <doubleur de La Bête>, The Legend of Prince Valiant <voix de Prince Valiant>, Exosquad, La Belle et la Bête 2, Tous en boîte, Kingdom Hearts 1 et 2)

HACKLE : John Considine (Buffalo Bill et les Indiens, K2000, Santa Barbara, MacGyver, Sauvez Willy 2)

DISTRIBUTION FRANÇAISE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Richard Darbois (Doubleur de Harrison Ford, Danny Glover, Richard Gere, Dan Aykroyd, Jeff Goldblum, Patrick Swayze, et de Buzz L’Eclair, Le Génie (Aladdin), Biff de Retour vers le futur, etc)

COMISSAIRE GORDON : Jean-Claude Sachot (Doubleur dans Demolition Man, X-Men 2 (Stryker), Abyss, Le Silence des Agneaux, Batman Le Défi, Impitoyable, L’Impasse, The Mask, Tueurs nés, Daredevil, Akira, Fantasia 2000, The Shield, Sur écoute, Taboo)

HARVEY BULLOCK : Gilbert Levy (Le Grand Pardon, La Vérité si je mens !, doubleur dans Les Simpson (Moe, Lenny, Willie, etc) Akira, Robocop 3, Jurassic Park, Porco Rosso, Dingo et Max, Le Voyage de Chihiro,Independence Day, Star Wars Episode IV, L’Arme Fatale, Qui veut la peau de Roger Rabbit, Batman (Bob), Indiana Jones et la Dernière Croisade, Retour vers le futur 2, Tango et Cash, Le Silence des Agneaux, True Romance, Terminator 2, Casper, Titanic, Batman et Robin, Transformers 2, Machette Kills)

RENEE MONTOYA : Brigitte Berges (Doubleuse de Toni Collette et dans Retour vers le futur 2 et 3, Ghost, Le Silence des Agneaux, Bad boys, Twister, Le Monde Perdu : Jurassic Park)

OFFICIER WILKES : Philippe Vincent (Doubleur de Kurt Russell, Kevin Bacon, Val Kilmer, doubleur dans Les Tortues Ninja <Voix de Casey Jones>, Pulp Fiction, Mort ou vif, Daredevil, True Romance, Strange Days, Cop Land, American Bluff, Dallas Buyers Club, Wonder Woman)

HACKLE : Yves Barsacq (Sans famille, Les Parisiennes, Angélique Marquise des Anges, Le Cerveau, L’arbre de Noël, Le clan des siciliens, doubleur du Commissaire Gordon dans Batman, Batman Forever, Batman & Robin, également doubleur dans Le Parrain 2, Un justicier dans la ville, Mad Max 2, 48 heures, Moonraker, Dirty Dancing, Willow, La Famille Adams, Eyes Wide Shut, Snatch, Mission Impossible 2, Le Prestige, Argo)

En conclusion, un épisode se déroulant en huis clos sur les 13 premières minutes (sur 20) dans le bureau des affaires internes, permettant d’explorer le comportement déplorable d’Harvey Bullock, ce dernier faisant passer ses collègues pour de parfaits menteurs. Malgré une réalisation des plus banales, le scénario, le style et la psychologie des personnages rendent cet épisode on ne peut plus intéressant et inédit dans son genre, mettant avant tout l’accent sur les fameux policiers du GCPD.

Continuer la lecture

Batman TAS Rétrospective

BATMAN TAS LA RETROSPECTIVE – EPISODE 6

Rétrospective du sixième épisode de la série animée avec l’unique apparition de Sewer King.

Publié

le

par

Lecture 5 mins.

Le premier Mercredi de chaque mois, je vous propose une rétrospective sur un épisode de « Batman The Animated Series » dans l’ordre chronologique. Aujourd’hui, analysons ensemble l’épisode 6 qui accueilli Sewer King (Le Maître des égouts), un fiéffé salopard exploitant de nombreux enfants.

Nommé The Underdwellers en version originale, et Les enfants de la nuit en version française, le sixième épisode introduisit Sewer King (Le Maître des égouts), antagoniste spécialement créé pour la série animée. L’épisode marqua la première réalisation de Frank Paur au sein de Batman TAS, l’un des storyboarders de G.I. Joe, Denver, le dernier dinosaure et The Real Ghostbusters. Par la suite, il réalisera 15 autres épisodes pour la série, ainsi que 16 épisodes de Gargoyles et 17 épisodes de X-Men Evolution. Le scénario fut rédigé par Tom Ruegger, Jules Dennis et Richard Mueller. Ruegger, qui écrivit l’épisode précédent, Pretty Poison, deviendra le créateur, scénariste et producteur de la série animée Les Animaniacs. Jules Dennis, lui, écrira deux autres épisodes de la série, ainsi que quelques épisodes de Sonic The Hedgehog, Mighty Max, Street Sharks, The Starship Troopers Chronicles et Buzz l’Éclair. Quant à Richard Mueller, il écrira trois autres épisodes de Batman, un épisode de la série animée originale X-Men, un épisode de Biker Mice : Les Motards de L’espace, et 40 épisodes de RoboCop : Alpha Commando.

Shirley Walker s’occupant de la supervision musicale, ce furent Stu Balcomb et Lars Cutterham qui composèrent la musique de l’épisode. Balcomb, qui composera deux autres épisodes, s’occupera de l’orchestration de Dragon, l’histoire de Bruce Lee, Michael Jackson HIStory on Film Volume II (documentaire), XxX, Shangaï Kid et For the love of Spock (documentaire). Quant à Lars Cutterham, The Underdwellers fut la seule composition de sa carrière. Il deviendra par la suite copiste sur les compositions de Hocus Pocus : Les Trois Sorcières, Soleil levant, La liste de Schindler, Judge Dredd, Titanic, Un cri dans l’océan, X-Men 2, Le Hobbit : Un Voyage inattendu et pour les cérémonies des Oscars de 2013 et 2014.

L’épisode voyait un réseau d’enfants exploités par un machiavélique personnage, Le Maître des égouts, dont le design faisait clairement penser à un antagoniste tout droit sorti des aventures de Tintin. Vols, couture, travaux, ces enfants n’avaient aucun répit, le fameux tortionnaire n’hésitant d’ailleurs pas à manger devant ses esclaves sous-alimentés. Au fil de la construction scénaristique inexistante, Batman hébergea l’un de ces enfants, donnant lieu à des scènes comiques avec un Alfred surpassé par le comportement du garçon (le seul intérêt de cet épisode). Pendant que l’enfant reprenait goût à la vie (et à la vraie nutrition), le Chevalier Noir trouva le repère du tortionnaire afin de le neutraliser tout en libérant les autres enfants.

DISTRIBUTION ORIGINALE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Kevin Conroy (Batman contre le Fantôme Masqué, Batman la relève, La Ligues des Justiciers, les jeux vidéos Arkham et Injustice, Superman/Batman : Apocalypse, Justice League : Echec, The Flashpoint Paradox, Assault on Arkham, Infinite Crisis, Batman vs Robin, The Killing Joke, Justice League Action, Batman and Harley Quinn)

ALFRED : Efrem Zimbalist Jr (Les nouvelles aventures de Zorro, Hot Shots, Babylon 5, Spider-Man (Dr Octopus), La Ligue des Justiciers)

SUMMER GLEESON : Mari Devon (Cobra, James Bond Jr, Batman la relève, Digimon, 12 Kokuki, Le château ambulant)

LE ROI DES EGOUTS : Michael Pataki (Rocky IV, Mighty House, Halloween 4)

LA GRENOUILLE : Non répertorié

DISTRIBUTION FRANÇAISE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Richard Darbois (Doubleur de Harrison Ford, Danny Glover, Richard Gere, Dan Aykroyd, Jeff Goldblum, Patrick Swayze, et de Buzz L’Eclair, Le Génie (Aladdin), Biff de Retour vers le futur, etc)

ALFRED : Jacques Ciron (Et Dieu… créa la femme, Tout l’or du monde, Le Cerveau, Les Ripoux, Frantic, Au théâtre ce soir, doubleur d’Alfred dans Batman, Batman : Le Défi, Batman Forever et Batman et Robin, Mary Poppins, Barry Lyndon, Le loup-garou de Londres, Démolition Man, Le Fugitif, Alice aux Pays des merveilles, Merlin l’Enchanteur, à noter qu’il est également la voix accueillant les visiteurs dans La Tour de la Terreur à Walt Disney Studios)

LE ROI DES EGOUTS : Jean-Pierre Leroux (Doubleur régulier de Malcom McDowell et Derek Jacobi, doubleur dans Papillon, Halloween, Madame Doubtfire, Heat, Independance Day, Police Academy, SOS Fantôme, Batman Forever, Arrête-moi si tu peux, Star Wars : Episode III, Django Unchained)

LA GRENOUILLE : Régine Teyssot (Doubleuse dans Les Simpsons, Aliens, le retour, Indiana Jones et la dernière croisade, JFK, Terminator 2, Batman TAS, Batman contre le Fantôme Masqué, Forrest Gump, Jumanji, Space Jam)

En conclusion, un scénario si faible et enfantin (le Maître des égouts affrontant Batman accompagné de crocodiles domestiqués) qu’il aurait pu tenir dans un court-métrage animé de 5 minutes montre en main. « Les enfants de la nuit », malgré le thème de l’exploitation, était surtout un épisode destiné aux jeunes téléspectateurs, loin du style mature de la majorité des autres épisodes. Il aurait pourtant pu s’avérer intéressant si l’écriture avait été réellement travaillée, tant pour le scénario en lui-même que pour les dialogues on ne peut plus pauvres. A classer assurément parmi les épisodes les plus faibles de la série.

Continuer la lecture

Batman TAS Rétrospective

BATMAN TAS LA RETROSPECTIVE – EPISODE 5

Rétrospective du cinquième épisode de la série animée avec l’arrivée de Poison Ivy

Publié

le

par

Lecture 12 mins.

Les premiers Mercredi de chaque mois, je vous propose, dans l’ordre chronologique, une rétrospective sur un épisode de « Batman The Animated Series ». Aujourd’hui, analysons ensemble l’épisode 5 qui accueillait la succulente mais ô combien venimeuse Poison Ivy.

Intitulé Pretty Poison en VO et Poison d’amour en VF, le cinquième épisode marqua l’arrivée de Pamela Isley alias Poison Ivy, personnage créé par Robert Kanigher et Sheldon Moldoff en 1966 dans Batman #181. Pretty Poison introduisit également le mythique personnage de Renée Montoya, spécialement crée pour la série animée. L’épisode fut réalisé par Boyd Kirland, qui, après avoir mis en scène le troisième épisode L’épouvantable Epouvantail (Notre rétrospective ICI), co-réalisera Batman contre le Fantôme Masqué et réalisera 19 autres épisodes de Batman TAS ainsi que le film d’animation Batman & Mr Freeze : Subzero. Pour cet épisode, nous retrouvions également l’inégalable compositrice principale de Batman TAS, Shirley Walker.

Le scénario fut signé par le co-créateur de la série, Paul Dini, avec Michael Reaves et Tom Ruegger. Notons qu’en plus d’écrire 16 épisodes de la série animée et de co-crée le personnage d’Harley Quinn, Paul Dini co-créera les séries animées Batman la relève et La Ligue des Justiciers, puis scénarisera quelques épisodes de Duck Dodgers, Clone Wars, Ultimate Spider-Man et Hulk and the Agents of S.M.A.S.H. Il écrira également quelques comics et deviendra le scénariste des jeux vidéos Arkham Asylum et Arkham City, ainsi que du film d’animation controversé Batman and Harley Quinn. Michael Reaves, lui, avait scénarisé de nombreux épisodes des séries animées Les Schtroumpfs et Les Tortues Ninja, avant de devenir l’un des scénaristes de Batman TAS, Gargoyles et des films d’animations Batman contre le Fantôme Masqué et Batman : Mystery of the Batwoman. Quant à Tom Ruegger, en plus d’écrire 3 épisodes de Batman, il créera, scénarisera et produira Les Animaniacs.

Notons une modification dans la distribution française de cet épisode. Benoit Allemane, qui est, entre autres, le doubleur de Morgan Freeman, remplaça Mario Santini dans le rôle du Maire Hill.

L’épisode s’ouvre sur un flashback en sépia, où le Maire Hamilton Hill, accompagné de Bruce Wayne, Harvey Dent et Jim Gordon, officialise le commencement de la construction du nouveau pénitencier de Gotham City. Symboliquement, Bruce et Harvey donnent les deux premiers coups de pelle, tandis que quelques mètres plus loin, sur le même terrain, nous apercevons la silhouette d’une femme sauvant une rose en la déracinant et en l’emportant avec elle. Nous retrouvons ensuite la mystérieuse jeune femme, qui s’avère être (évidemment) Pamela Isley, découpant la une du journal intitulée « Le rêve d’Harvey Dent devient réalité » pour l’accrocher sur son mur. Nous la voyons ensuite arroser la fameuse rose sauvée la veille, permettant une intéressante transition sur une autre rose de la même espèce, détruite par les bulldozers du chantier déblayant le terrain pour la mise en place du pénitencier.

Le récit nous ramène alors dans le présent, plus exactement cinq ans après les évènements du prologue. Un détenu s’évade du pénitencier à l’aide de complices posant un hélicoptère sur le toit de l’infrastructure. Le montage efficace nous emmène ensuite dans les locaux du commissariat, Gordon étant informé de l’évasion et emmenant avec lui les policiers présents, dont Montoya et Bullock, ce dernier n’hésitant pas à faire un furtif demi-tour afin de prendre un dernier donut, attitude caractérisant le côté humoristique du personnage bourru. Place ensuite à l’intérieur d’un restaurant avec Pamela Isley et Harvey Dent assis à une table, attendant Bruce Wayne. La jeune femme lui conseille de patienter avant d’entamer le dîner, mais le procureur répond par la négative tout en lui disant que Bruce, toujours en retard, est probablement retenu par ses affaires. Nous voyons alors Batman s’accrocher au fameux hélicoptère suite à la phrase de Dent. Le montage alternera les scènes de Isley et Dent et celles de Batman, permettant de jouer sur l’humour. Celui-ci s’avère efficace dans son genre, Dent prononçant par exemple la phrase « Bruce a l’habitude de frayer avec le beau monde » lorsque les images s’enchaînent sur des plans de Batman à la poursuite du prisonnier, parvenant finalement à neutraliser le malfrat.

Direction la batcave avec l’arrivée de la batmobile, Alfred donnant un smoking à Bruce afin qu’ils rejoignent Harvey et Pamela. Le majordome, qui a préparé une Cord (ancienne marque automobile aussi rarissime que prestigieuse, crée en 1929 et disparue en 1941) avec le plein d’essence devant le Manoir, en profite pour recommander à Bruce la truite Amandine, se permettant également de lui souhaiter un « bon appétit » en français dans la version originale.

Nous assistons ensuite à une ellipse, nous retrouvant au restaurant avec le trio au moment de l’addition payée par Bruce. Pamela, devant quitter les lieux suite à l’heure tardive, en profite pour embrasser longuement son nouveau prétendant : Harvey Dent. Lorsque les deux amis se retrouvent seuls, le procureur en profite pour lui annoncer qu’il a demandé la main de Pamela. Bruce, abasourdi, crache le contenu de son verre, puis tente de lui faire comprendre que cette importante décision s’avère bien trop hâtive, la jeune femme et lui ne se connaissant que depuis une semaine. C’est alors que le passionné Harvey, tout en contre-argumentant, est progressivement pris de fortes chaleurs, allant jusqu’à perdre connaissance.

Nous le retrouvons à l’hôpital, plongé dans le coma. Bruce et Gordon patientent jusqu’à l’annonce du verdict du médecin : un empoisonnement. Le Commissaire charge Bullock d’aller enquêter dans le fameux restaurant. Peu après, le médecin, analysant au microscope la toxine recueillie dans le sang d’Harvey, est rejoint par Bruce. Le milliardaire lui demande s’il s’agit d’une intoxication alimentaire, le médecin répondant qu’un poison aussi puissant ne peux être lié à une simple intoxication, lui confiant par la même occasion que l’unique solution serait de trouver rapidement un antidote. Après leur conversation, Bruce profite du départ du médecin pour voler l’échantillon de sang se trouvant sur la plaquette du microscope.

Dans la batcave, Bruce (brillant scientifique comme dans les premiers comics, ne l’oublions pas…) parvient à isoler la toxine après des heures de recherches, découvrant qu’elle est tirée d’une plante nommée Rocaceae Vularis, plus connue sous le nom de rose épineuse sauvage. Il compte alors se rendre au jardin botanique de Gotham afin d’en faire un prélèvement pour tenter d’y fabriquer un antidote, mais Alfred lui apprend que cette rose a disparu depuis près de 5 ans.

Nous retrouvons ensuite Bruce à l’hôpital, veillant sur Harvey, lorsqu’il est rejoint par Pamela. Cette dernière fond en larmes, raccompagnée à sa voiture par le faux playboy qui la rassure en lui promettant de l’appeler concernant l’évolution de l’état de santé d’Harvey. Pamela le sert alors dans ses bras, cette action provoquant à Bruce un court flashback du long baiser entre elle et Dent dans le restaurant.

Sur les routes nocturnes de Gotham au volant de sa magnifique Cord, Bruce appelle Alfred, lui demandant de récolter des informations sur Pamela Isley. De retour à la batcave, Alfred apprend à son fils de substitution que Pamela est chimiste pour une firme de cosmétique, travaillant notamment sur le développement de nouveaux parfums, et également docteur en botanique à l’université de Gotham, donnant entre autres des cours sur les plantes en voie d’extinction.

Vêtu de son costume de chauve-souris, Bruce se rend chez Pamela, cette dernière travaillant dans son immense serre. Le justicier se retrouvant face à d’immenses plantes carnivores avant d’être immobilisé par une gigantesque dionée attrape-mouche, prêt à être dévoré. Il parvient tant bien que mal à se débattre, jusqu’à l’arrivée d’Isley dans sa combinaison de Poison Ivy. Une conversation s’engage, Isley dévoilant sans remords son acte et ses motivations concernant Harvey suite à la construction du pénitencier. Celle-ci se met ensuite du baume à lèvre empoisonné avant d’embrasser le Chevalier Noir. Ce dernier parvient malgré tout à se libérer de l’emprise de la dionée tout en l’anéantissant, luttant ensuite contre les effets du poison. La confrontation de Batman, mal en point, et d’Ivy, déclenche un incendie, la femme fatale se précipitant pour sauver sa fameuse Rocaceae Vularis, plante que Batman réussit finalement à lui dérober. Menaçant de la jeter dans les flammes si elle ne lui fournit pas le précieux antidote, Ivy se voit contrainte d’accepter, permettant au justicier d’annuler les effets du poison et de la neutraliser.

Retour à l’hôpital pour le réveil de Harvey grâce à l’antidote, entouré de Bruce, Gordon et Bullock, puis direction la fameux pénitencier où est enfermé Isley. La criminelle prononce les mots suivants en se dirigeant vers sa Rocaceae Vularis : « Il peuvent m’enterrer aussi profondément qu’ils le veulent, mais je repousserai. Nous repoussons toujours, n’est-ce pas ma chérie ? ».

DISTRIBUTION ORIGINALE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Kevin Conroy (Batman contre le Fantôme Masqué, Batman la relève, La Ligues des Justiciers, les jeux vidéos Arkham et Injustice, Superman/Batman : Apocalypse, Justice League : Echec, The Flashpoint Paradox, Assault on Arkham, Infinite Crisis, Batman vs Robin, The Killing Joke, Justice League Action, Batman and Harley Quinn)

ALFRED : Efrem Zimbalist Jr (Les nouvelles aventures de Zorro, Hot Shots, Babylon 5, Spider-Man (Dr Octopus), La Ligue des Justiciers)

SUMMER GLEESON : Mari Devon (Cobra, James Bond Jr, Batman la relève, Digimon, 12 Kokuki, Le château ambulant)

POISON IVY/PAMELA ISLEY : Diane Pershing (Doubleuse dans Flash Gordon, Centurions, She-Ra : Princess of Power, Gotham Girls)

HARVEY DENT : Richard Moll (Tribunal de nuit, Mighty Max, La famille Pierrafeu, Spider-Man la série animée, Scary movie 2)

COMISSAIRE GORDON : Bob Hastings (Sur le pont la marine, Superboy, Wonder Woman la série tv)

HARVEY BULLOCK : Robert Costanzo (Total Recall, Dick Tracy, Die Hard 2, Loïs & Clark, Arkham Origins, Mafia II)

RENEE MONTOYA : Ingrid Oliu (Rick Hunter, Ana, Weeds, Fixing Paco)

LE MAIRE HILL : Lloyd Bochner (General Motors Presents, Hong Kong, The Richard Boone Show, Dynasty)

DISTRIBUTION FRANÇAISE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Richard Darbois (Doubleur de Harrison Ford, Danny Glover, Richard Gere, Dan Aykroyd, Jeff Goldblum, Patrick Swayze, et de Buzz L’Eclair, Le Génie (Aladdin), Biff de Retour vers le futur, etc)

ALFRED : Jacques Ciron (Et Dieu… créa la femme, Tout l’or du monde, Le Cerveau, Les Ripoux, Frantic, Au théâtre ce soir, doubleur d’Alfred dans Batman, Batman : Le Défi, Batman Forever et Batman et Robin, Mary Poppins, Barry Lyndon, Le loup-garou de Londres, Démolition Man, Le Fugitif, Alice aux Pays des merveilles, Merlin l’Enchanteur, à noter qu’il est également la voix accueillant les visiteurs dans La Tour de la Terreur à Walt Disney Studios)

POISON IVY/PAMELA ISLEY : Véronique Augereau (Doubleuse de Linda Hamilton, Jamie Lee Curtis et Rene Russo, également doubleuse de Marge dans Les Simpson, Lois Lane dans la série animée Superman et dans les films d’animations DC, Tina McGee dans Flash (1990) et dans Blade Runner, Il était une fois en Amérique, Total Recall, JFK, Basic Instinct, Le Fugitif, Alpha Dog, Harry Potter et l’Ordre du Phenix, Gone Girl, The Big Bang Theory)

HARVEY DENT : Daniel Lafourcade (Doubleur de Oliver Platt, Paul Giamatti, Zach Galifianakis, également doubleur dans Stargate SG-1, Arkham Origins (Alfred), Superman (Otis), Beetlejuice, Abyss, Scream, I, Robot, Die Hard 4, Deadpool)

COMISSAIRE GORDON : Jean-Claude Sachot (Doubleur dans Demolition Man, X-Men 2 (Stryker), Abyss, Le Silence des Agneaux, Batman Le Défi, Impitoyable, L’Impasse, The Mask, Tueurs nés, Daredevil, Akira, Fantasia 2000, The Shield, Sur écoute, Taboo)

HARVEY BULLOCK : Gilbert Levy (Le Grand Pardon, La Vérité si je mens !, doubleur dans Les Simpson (Moe, Lenny, Willie, etc) Akira, Robocop 3, Jurassic Park, Porco Rosso, Dingo et Max, Le Voyage de Chihiro,Independence Day, Star Wars Episode IV, L’Arme Fatale, Qui veut la peau de Roger Rabbit, Batman (Bob), Indiana Jones et la Dernière Croisade, Retour vers le futur 2, Tango et Cash, Le Silence des Agneaux, True Romance, Terminator 2, Casper, Titanic, Batman et Robin, Transformers 2, Machette Kills)

RENEE MONTOYA : Brigitte Berges (Doubleuse de Toni Collette et dans Retour vers le futur 2 et 3, Ghost, Le Silence des Agneaux, Bad boys, Twister, Le Monde Perdu : Jurassik Park)

LE MAIRE HILL : Benoit Allemane (Les Visiteurs 2, doubleur de Morgan Freeman et du personnage Charlie Le Coq dans Les Looney Tunes, doubleur occasionnel de James Earl Jones, voix de la Chaîne du Père Noël, doubleur dans Rick Hunter, Dans avec les loups, Last Action Hero, Mortal Kombat, Showgirls, Gargoyles, Super Baloo, Mars Attack, Fantômes contre fantômes, A.I Intelligence artificielle, Les Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours, Arrête-moi si tu peux, Pusher 2, Le Prestige, La Planète des Singes : Les Origines, doubleur des anciennes publicités Frosties et Uncle Ben)

En conclusion, l’arrivée soignée de Poison Ivy venant compléter progressivement la fameuse galerie de super-vilains au sein de la série animée. Ses intentions motivées par la cause écologique (plus que d’actualité ces temps-ci) sont bien évidemment extrêmes mais malgré tout compréhensibles (à l’instar de Ra’s Al Ghul, qui est lui aussi un extrémiste radical). Le récit permet également d’exploiter le personnage d’Harvey Dent, présenté dès le premier épisode, avant son fameux accident le transformant psychologiquement et physiquement en Double-Face. L’épisode, qui permet de souligner l’amitié entre le procureur et le milliardaire, bénéficie d’une réalisation soignée, d’un scénario solide et d’un montage très efficace, ce qui en fait l’un des meilleurs de la première saison.

Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

En ce moment

...