Nous Suivre

Hey ! Une recherche ?

Geeks LandsGeeks Lands

#1 DE L'ACTUALITÉ CINÉMA ET SÉRIES

Critiques

Stay Alive : Quand le Slasher d’épouvante rencontre le jeu vidéo !

Quand le Survival Horror rencontre le Slasher d’épouvante et le suspense.

Stay Alive : Quand le Slasher d’épouvante rencontre le jeu vidéo !
Stay Alive : Quand le Slasher d’épouvante rencontre le jeu vidéo !

Fan de Darude, de Slasher ou de Survival Horror ? Bienvenue dans les années 2000.

Sorti en 2006. Stay Alive est un Slasher représentant à la perfection sa génération. On y reconnait tous les codes des Slashers de l’époque, mais à la sauce Geek cette fois.

On suit donc Hutch, un fan de Survival Horror. Il vivait une vie paisible de jeune adulte jusqu’au jour où il apprend la mort de son cher ami d’enfance Loomis.

Le jour de son enterrement, la sœur de Loomis donne à notre héros un sac rempli d’affaire qui appartenait à Loomis. Dans ce sac se trouvait un jeu : Stay Alive. Ce jeu à l’apparence anodine intrigua Hutch et ces amis, car c’était le jeu auquel jouait Loomis le soir de sa mort. Loomis était un bêta testeur, il recevait donc souvent des jeux inconnus du grand publique pour les tester. C’est donc la première piste que prirent Hutch et ses amis pour éclaircir l’existence de ce jeu.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Comme ce sont des jeunes totalement normaux avec un sens de la logique à toute épreuve, ils décidèrent de se mettre tous ensemble sur le jeu en même temps. Hutch invita donc ses camarades pour une petite partie en Lan fort sympathique. Lors du lancement commun du jeu, celui-ci demanda aux joueurs de citer une phrase. Une fois la phrase lue dans son intégralité, le personnage incarnant le cliché de la gothique au savoir occulte (dans le film, pas dans le jeu qui est dans le film) apprit à ses camarades de Lan que cette phrase lui rappelait une légende que lui avait raconté sa grand-mère [COMME PAR HASARD] qui parlait d’une personne qui tuait et tortura des gens pour au final se faire enfermer dans une tour et dire qu’elle reviendra blablabla. Donc nos chers gamers passionnés commencèrent une partie et découvrirent qu’une des mécaniques du gameplay était que de lancer une rose sauvage faisait disparaitre les morts-vivants [c’est comme ça que le film le présente hein, je sais que j’explique mal, mais y a des limites : p].

Le lendemain de cette petite partie gentillette entre amis qui eu l’air de durer 10 minutes au GRAND maximum [attendez, l’image de synthèse pour interpréter le jeu vidéo ça coute super chère !], Hutch se rendit au travail pour découvrir que son collègue qui était mort dans la partie d’hier soir, s’est fait assassiner presque exactement de la même façon que sont avatar.

ET VOILÀ.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

C’est donc là le spitch du film qui malgré le potentiel du scénario s’arrêtera à ça. Il y a bien quelques petites perles par exemple le personnage qui va sortir avec le héros [c’est un slasher pour ado fait pas comme si tu t’y attendais pas] a un petit background comme quoi elle est mignonne et a l’air heureuse, mais en faite n’a pas de famille et vie dans un van [un van bien bien Jacky tuning bien fast and furious hein, c’est un Slasher des années 200 oubliez pas]. Mais comme tous les autres détails du film, il est exploité au minimum, c’est à dire pas du tout. C’est-à-dire que certes le sujet est abordé, mais n’affecte en rien l’histoire ni les personnages. Un seul détail a de l’importance, c’est celui comme quoi Hutch a la phobie des Flammes et du feu à cause d’un évènement pas expliqué du tout [non, mais juste filmé un enfant en position fœtale devant un incendie c’est pas du tout précis, sans déconné, pas de détails sur l’origine du feu, l’âge du gosse, on devine à peine que le gosse représente Hutch, on peut tout de même deviner que c’est comme ça que les parents de Hutch sont morts (ah je n’avais pas précisé que Hutch était orphelin ? Bah tant que j’y suis, vous devez aussi savoir que Hutch a vécu un moment (je n’ai pas plus de donné temporel) chez Loomis, mais encore une fois : mal détaillé, mal utilisé)], mais encore une fois ce détails est mal exploité et détaillé, sans déconner, pour nous le faire comprendre au début du film, un des amis de Hutch allume un briquet et Hutch sursaute de peur, IL SURSAUTE DE PEUR DEVANT UN BRIQUET, A 25 ANS ! Je veux bien comprendre que Hutch ai une phobie, mais le feu est présent au quotidien à notre époque, étant donné que l’on apprend par la suite que l’évènement qui a causé cette phobie était pendant son enfance, vous n’allez pas me dire qu’il n’a pas eu le temps de s’y habituer un minimum. ‘Fin bref, tout ça parce qu’à la fin, la pièce dans laquelle se trouve Hutch après avoir tué la méchante se retrouve couverte de flamme, mais par miracle Hutch traverse les flammes pour s’en sortir et vaincre sa phobie [ALORS QUE BORDEL IL A PEUR D’UN PUTAIN DE BRIQUET].

Tout ça pour dire que malgré le spitch qui aurait pu malgré tout avoir un petit potentiel, le film a été tout simplement bâclé, le jeu a été mis en facile, le film aussi. Mais il reste un bon divertissement, toujours moins cher que Transformers et plus qualitatif que Lake Placid. Je le conseille donc dans une soirée « Slasher pourri pour ado » entre potes, il sera parfait, surtout avec sa forte absence de gore, à croire qu’il n’avait pas de budget faux sang avec toute l’image de synthèse utilisé pour l’illustration du jeu vidéo. [on notera la participation de Frankie Muniz, comme quoi, même dans les films laissant à désirer ont peut retrouver la star de notre génération (c’est d’ailleurs grâce à son personnage qu’on aura le droit à un tout petit twist à la fin du film, mais je n’en dis pas plus)]

Pour la note, je donne donc un :

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Mode Facile/20

Publicité

Exclus

Star Wars 9 Rey Disney 3

Cinéma

Daisy Ridley est prête à reprendre son rôle de Rey dans un tout nouveau projet Star Wars, suscitant l’enthousiasme des fans quant à la...

Megalopolis Megalopolis

Cinéma

Pour le grand retour de Francis Ford Coppola, Megalopolis se fait atomiser par les critiques de manière quasiment unanime. Ce film qui fait presque...

Deadpool 3 © Disney Deadpool 3 © Disney

Cinéma

Alors qu’il reste un peu plus de deux mois avant que Deadpool et Wolverine ne débarque dans les cinémas pour ce qui promet d’être...

Furiosa - Village Roadshaw Pictures Furiosa - Village Roadshaw Pictures

Cinéma

George Miller, réalisateur de Furiosa : A Mad Max Saga, tease un caméo de Max lui-même dans son nouveau film. Fort de l’accueil chaleureux...

Cinéma

Chris Pratt a solidement établi sa polyvalence à Hollywood, endossant une variété de rôles mémorables, allant de l’adorable Andy Dwyer dans Parks and Recreation...

Megalopolis Megalopolis

Bande Annonce

Le prochain festival de Cannes annonce du très très lourd, en particulier avec Megalopolis, la fable utopique et futuriste de Francis Ford Coppola. En...

Plus d'Articles

Critiques

En deux semaines d’exploitation, la comédie d’Artus, Un p’tit truc en plus, cumule déjà 3 millions d’entrées et s’impose comme la locomotive de 2024...

Cinéma

Pour le grand retour de Francis Ford Coppola, Megalopolis se fait atomiser par les critiques de manière quasiment unanime. Ce film qui fait presque...

Critiques

Un an après l’interlude Trois mille ans à t’attendre, George Miller est de retour pour le XXL Blockbuster autour de la genèse du personnage...

Cinéma

Alors qu’il reste un peu plus de deux mois avant que Deadpool et Wolverine ne débarque dans les cinémas pour ce qui promet d’être...

Publicité