Nous Suivre

Hey ! Une recherche ?

Reviews

Taboo: secret de Polichinelle…

Diffusée depuis le 7 janvier sur la BBC en Angleterre et sur FX aux États-Unis, Taboo dévoile, lentement mais sûrement, une intrigue simple portée par une production qui n’a, espérons-le, rien laissé au hasard.

Diffusée depuis le 7 janvier sur la BBC en Angleterre et sur FX aux États-Unis, Taboo dévoile, lentement mais sûrement, une intrigue simple portée par une production qui n’a, espérons-le, rien laissé au hasard.

LE RETOUR DU FILS PRODIGUE

Considéré comme mort depuis des années, James Keziah Delaney incarné par Tom Hardy, refait surface à Londres en 1814, après 10 ans passés en Afrique. De retour en possession de diamants acquis illégalement et bien décidé à venger la mort de son père, il va refuser de vendre ce qu’il reste de l’héritage familial à la Compagnie britannique des Indes orientales et se mettre en tête de bâtir son propre empire de négoce et de transport. Mais James, qui va rapidement comprendre qu’il a de nombreux ennemis, et va devoir naviguer dans bien des eaux troubles pour rester en vie et parvenir à ses fins.

INCESTE ET ESCLAVAGE

Avec ce rôle Hardy prouve à nouveau sa force et sa sensibilité d’acteur. James, force tranquille d’une colère contenue, semble jouer les équilibristes au-dessus de sa folie tout en menant une partie d’échec face à des adversaires redoutables, pour qui tout n’est que profit et se servent de la compagnie des Indes pour couvrir leur trafic d’esclaves dont James a été témoin et victime.

Dans le même temps, il tente de renouer avec sa soeur Zilpha, interprétée par Oona Chaplin, en lui rappelant leurs ébats incestueux qu’elle tente d’oublier dans un mariage de façade. La fouille complète des effets personnels de son père et de la demeure familiale, permet également à James d’en apprendre plus sur son mystérieux et torturé père, afin d’être prêt à répondre à ses opposants. L’aspect mystique et sauvage de James est pour le moment en arrière plan, avec quelques bonnes hallucinations et rêves éveillés,  mais tout porte à croire que cet aspect du personnage sera approfondi dans les prochains épisodes.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

 

SILENCES ET MANIGANCES

Bien que le scénario à tiroir soit efficace et que chaque intrigue se mêle habilement à l’ensemble, le show patine parfois dans le vide et donne la sensation désagréable d’avancer à pas d’oiseau dans une histoire faussement complexe.

Complots, non-dits, et espionnage en série qui amène à douter de tout et tout le monde, ne mènent en réalité à des révélations que les personnages semblaient déjà connaitre. Bien que le profil mutique de James soit dans la logique du personnage qui attend son moment, on aurait espéré voir un Tom Hardy plus dans l’action que la contemplation.

Les rares moments de violence sont cependant très bien amenés et en harmonie avec la folie du personnage qui viennent comme des accès de démences animales qu’il peine à refréner. 

GANGS OF LONDON

Le casting 5 étoiles vient à la rescousse du scénario. La trop rare Franka Potente joue Helga, prostituée dotée de valeurs et d’une conscience, assez rare pour l’époque. Jonathan Price, que l’on adore détester depuis son rôle de grand moineau dans Game Of Thrones, incarne un directeur de compagnie des Indes des plus machiavéliques. Stephen Graham, dans le rôle d’Atticus, sorte de pirate au coeur tendre, apporte un côté gangster londonien façon Guy Ritchie, à la sauce Londres de Jack L’Éventreur.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

À noter ce détail, Risible à défaut d’être désagréable, le maquillage du roi, un poil grotesque.

Avec 3 épisodes diffusés jusqu’à présent, Taboo n’en a surement pas dévoilé suffisamment pour permettre de donner un avis tranché sur sa qualité, tant sur le fond que la forme. L’atmosphère crasseuse et plus vraie que nature du Londres de l’époque donne un ton authentique à l’histoire et aux différents protagonistes. Un démarrage poussif servi par un casting brillant laisse présager un twist scénaristique à la hauteur de nos attentes. Mais on peut également craindre un dénouement insipide et cousu de fil blanc. Une série à voir dans son ensemble pour l’apprécier pleinement.

Commenter

Laisser un commentaire

Publicité