Suivez-nous

Cinéma

Joker : Todd Phillips parle de la scène finale [spoiler]

Cet article contient des spoilers.

Publié

le

Joaquin Phoenix en Joker
Lecture 1 min.

Le Joker de Joaquin Phoenix est la plus belle interprétation proposée à ce jour, c’est un film psychologique très sombre, brutal qui sonne trop vrai.

Et Todd Phillips, le réalisateur de Joker n’y est pas pour rien. L’histoire qu’il met en avant, celle d’Arthur Fleck, est-elle seulement vraie ? En partie ? Pas du tout ? C’est la question qui restera, semble-t-il, à jamais sans réponse et qui prend forme lors de la discussion finale entre Arthur et la Psychiatre.

Joaquin Phoenix en Joker

Joaquin Phoenix en Joker

CHACUN SA FIN

Si la descente aux enfers d’Arthur Fleck est probablement bien arrivée (ce qui expliquerait son internement à l’asile d’Arkham), les événements qui bouleversent Gotham à la toute fin du film se sont-ils passés dans sa tête ? A-t-il tué, ou non, le présentateur télé (incarné par Robert De Niro) ? A-t-il été libéré et acclamé par les émeutiers ? Quelle est cette blague que la psychiatre ne pourrait pas saisir ?


C’est ce à quoi Todd Phillips « répond » aujourd’hui :

« Il y a beaucoup de façons de regarder ce film. Vous pouvez le voir et vous dire : ‘C’est l’une de ses histoires à choix multiples. Rien de tout cela n’est arrivé.’ Je ne veux pas dire ce que c’est. Mais beaucoup de personnes à qui je l’ai montré ont dit : ‘Oh, je comprends, il vient d’inventer une histoire. Le film entier est la blague. C’est ce que ce mec de l’asile d’Arkham a concocté. Il n’est peut-être même pas le Joker.’«

Et, un peu à l’image de Shutter Island, c’est au public de choisir la fin qui lui convient le mieux.

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Cinéma

Vin Diesel annonce Bloodshot 2 et tease FaF 10, xXx 4 et ses autres projets en cours

La carrière de Vin Diesel a encore de belles années devant elle.

Publié

le

par

Lecture 2 mins.

Quand on dit Vin Diesel, on pense Fast and Furious. Ce n’est pas complètement faux, même si ce serait une grossière erreur de raisonner ainsi. Non parce que, Vin Diesel est aujourd’hui au sommet de l’élite parmi les acteurs les plus bancables d’Hollywood. Fort de sa position, l’acteur a une belle palette de films à l’horizon de la prochaine décennie.

BLOODSHOT 2 OFFICIALISÉ PAR VIN DIESEL ?

Dans un communiqué transmis via son compte twitter, Vin Diesel explique que Fast and Furious 9 a été le plus long tournage de sa carrière, c’est ensuite qu’il balance grossièrement la bombe dans la marre de fans qui le suivent : il a enfin le temps pour une suite à xXx, Chasseur de Sorcières, Fast and Furious — évidemment —, mais aussi un quatrième Riddick dont le scénario est déjà écrit.


 » Après le plus long tournage de ma carrière avec Fast 9…. Un film dont je suis immensément fier. Avant d’aborder mon prochain personnage dans mon prochain film. Je suis tellement impatient. La suite de Fast, Xander Cage, Riddick…. Groot. Sans oublier la possibilité d’un nouveau Dernier Chasseur de Sorcières et la suite de Bloodshot. Avant toute la communication qui va coïncider avec la sortie de tous ces films l’an prochain, je dois prendre une minute pour me recentrer. Pour célébrer la famille formidable dans laquelle je suis tombée. Tellement reconnaissant en ces fêtes de fin d’année. Timing parfait, je devrais ajouter. Hahaha. »

Il n’oublie pas non plus Groot, son personnage des Gardiens de la Galaxie. Le prochain film de Vin Diesel est attendu pour le 4 mars, ce n’est rien d’autre que le très attendu Bloodshot. Inspiré d’un comics book. La première bande-annonce de Bloodshot est disponible ici.

Continuer la lecture

Cinéma

Superman : Michael B. Jordan aurait refusé d’être le prochain Homme d’Acier

Publié

le

par

Lecture 1 min.

Portée depuis 2013 par Henry Cavill, la célèbre cape rouge de l’Homme d’Acier a un avenir plus qu’incertain au cinéma.

Si le plus célèbre superhéros de l’univers DC Comics a connu une belle aventure dans la peau d’Henry Cavill, qui certifiait encore il y a quelques jours être Superman, on apprend parallèlement que les pontes de Warner ont proposé le costume à un autre acteur.

MICHAEL B. JORDAN EN SUPERMAN ?

Warner Bros se cherche encore. Malgré la super prestation de l’acteur que l’on reverra dans un mois sur Netflix avec le rôle phare de la série The Witcher, il semblerait que les studios cherchent à clore la saga Affleck, Cavill, Snyder, une fois pour toutes. Alors qu’Aquaman 2 et Wonder Woman 2 sont bien au rendez-vous, c’est Michael B qui était visé côté Superman pour un probable reboot.


Probable ? Oui, car si Michael B avoue avoir été contacté pour reprendre le rôle. Jugé trop bancal pour être accepté, l’acteur a donc refusé la proposition. Aucun scénario, ni casting ou réalisateur n’étaient suggérés.

Nous on attend toujours notre Man Of Steel II à l’heure ou DC Comics cherche notamment à produire une suite au Joker.

Continuer la lecture

Analyse rétrospective

Gros doss’ – Pourquoi La vie rêvée de Walter Mitty est un film qui fait du bien…

Publié

le

Lecture 6 mins.

La vie rêvée de Walter Mitty (The Secret life of Walter Mitty en V.O) est un film réalisé par Ben Stiller et sorti le 1er Janvier 2014. Petit succès critique et commercial d’estime (188M de dollars de recettes pour un budget initial de 90M et 970 000 entrées en France), le film à depuis, très vite disparu des radars. Basé sur le livre initial de James Thurber, « La vie rêvée de Walter Mitty » raconte l’histoire de Walter Mitty, un homme ordinaire, enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Il doit trouver le courage de passer à l’action dans le monde réel. Il va embarquer alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu’il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais.


L’unique souhait de revenir sur ce long-métrage assez ancien désormais (qui va avoir quasiment 6 ans) est sans équivoque. A l’instar du film « Beauté Cachée » de David Frankel, que nous avons précédemment traité sur notre site, « Walter Mitty » reste, à un degré moindre du film porté par Will Smith, profondément mal-aimé et profondément oublié, alors que tout le halo positif qui règne à l’intérieur de ce long-métrage mériterait à juste titre de plus grandes louanges.

Durendal, youtuber cinéma, dans son avis sorti en 2014 sur le film « Walter Mitty » a profité de son large audimat pour qualifier le film de « merde » qui nous vend du rêve avec du « basique ».

Orson Welles, au contraire, disait ceci :

« Ce qui est merveilleux au cinéma, ce qui le rend tellement supérieur au théâtre, c’est qu’il possède beaucoup d’éléments qui peuvent nous vaincre mais aussi nous enrichir, nous offrir une vie qui ne vient de nulle part ».


En soi, cet avis sur Walter Mitty pourrait se résumer à cette unique tirade de Welles. Parce qu’en soi, la trajectoire de vie emprunté par le personnage de Walter Mitty pourrait sortir de nulle part. Dans la vie de tous les jours, qui pourrait tout laisser tomber et partir à la poursuite de quelqu’un autour du monde pour un souci professionnel ? Le film cherche à montrer un état de fait tout simple. Si l’on est enfermé dans une routine qui nous assaille par sa pénibilité, il suffit de se donner les moyens de plonger dans l’inconnu et de saisir toutes les opportunités qui se présentent à soi. Le cheminement du personnage est en quelque sorte une toile de fond symbolique dans la vie de chacun. Timide et rêveur, c’est un personnage qui, au fur et à mesure de l’avancement du récit, commence à prendre des décisions insensées, juste poussé par son désir de contredire une sentence profonde de son esprit qui est « Je suis bien dans mon confort, je ne veux rien changer ». A de multiples reprises, Walter se retrouve dans une situation où deux choix s’offrent à lui : Prendre une décision importante ou renoncer et rester dans son état de confort du moment (Lorsqu’il hésite à partir sur les traces du photographe, à prendre l’hélicoptère avec le pilote bourré, à sauter au milieu de la mer…) Tout est fait en concordance avec notre vie de tous les jours.

Le cinéma que propose Ben Stiller au travers de cela est clairement un cinéma construit pour essayer de nous enrichir. Bien enraciné dans les carcans du feel-good movie, Ben Stiller essaie de nous montrer que nous sommes la seule barrière à la réalisation de nos rêves, et qu’en saisissant toutes les opportunités destinées à nous enrichir, on peut sortir d’une vie routinière et casanière.
Alors oui, concrètement, le choix de privilégier un long-métrage avec comme message symbolique : « vivez vos rêves, c’est trop cool » c’est forcément simple, et beaucoup de films savent le faire (The Greatest Showman pousse à la création artistique et les feel-good movies en règle générale s’accordent sur ce choix) mais « La vie rêvée de Walter Mitty » le fait avec plus de légèreté, voire de naïveté qui te pousse à voir les choses différemment. Le ridicule potentiel de certaines scènes (la scène où Walter s’imagine avec sa collègue de boulot vieux, assis sur un banc) s’accorde simplement avec une réalité que chacun à déjà pensé dans sa vie.

Simplement, Walter Mitty fait appel à l’enfant et la naïveté enfoui en chacun de nous, et les longues stases contemplatives du personnage qui déambule en vélo et en skate-board dans les décors magnifiés d’Islande sont juste présentes, non pas pour effectuer du remplissage, mais pour se faire écho en chacun de nous sur la possibilité de réaliser ses rêves et surtout montrer de l’instantané changement de cadre dans notre vie si l’on défausse la barrière invisible du « Je ne peux pas le faire pour x raisons ». Notre vie est, certes, régie par des obligations professionnelles, sociales, familiales, mais ce n’est que nous-même qui nous assujettissons à ces doléances. En un coup de vent (et une ellipse d’un jour à peine environ dans le film), Walter Mitty se retrouve loin de son petit chez lui, dans un avion en direction du Groenland. C’est ce message que Ben Stiller tente de faire passer.
C’est pourquoi, avec cette volonté forte de nous faire ressentir ce message poignant et légèrement naïf sur notre vie de tous les jours, Ben Stiller ne nous vend pas du « basique » mais bien une vie « sortie de nulle part » qui peut s’accorder avec la nôtre.
En dehors de cela, c’est un film profondément réussi dans sa direction artistique. La palette de musique empruntée par Theodore Shapiro (Du Of Monsters and Men, du David Bowie, du Jose Gonzalez) participe à cette atmosphère qui cherche à te faire évacuer de ton quotidien le temps d’une heure et demi, pour te montrer que tout est possible si tu t’en donnes les moyens.

Hormis le fait de vivre ses rêves, le long-métrage aborde toujours d’autres pistes, et montre que faire tomber ses propres barrières mentales permet aussi d’effectuer bon nombre de choses différentes (comme rester insoumis face à l’autorité abusive et déraisonnable ; aborder quelqu’un pour qui on ressent de l’amour sans paraître ridicule ou que cela paraisse malvenu…).

Loin de vendre du rêve avec du basique, « La vie rêvée de Walter Mitty » cherche avant tout à vendre une autre réalité qui, si l’on arrive déjà à outrepasser le versant gentillet et naïf de la ligne conductrice du récit, peut permettre de nous enrichir sur une vision de la vie qui est à notre portée.
Emouvant, touchant et rempli de vie, « La vie rêvée de Walter Mitty » est clairement un film à ne pas manquer si vous ne l’avez pas encore vu…

Continuer la lecture

En ce moment