Suivez-nous

Cinéma

Gemini Man – La révolution technique annoncée ?

Publié

le

Lecture 3 mins.

Précédé d’une forte réputation (Nouvelles technologies de tournage, Will Smith dans un double rôle, le come-back d’Ang Lee derrière la caméra -le réalisateur de l’incroyable Odyssée de Pi-…), Gemini Man arriva dans les salles obscures avec le costume du mastodonte technique, censé marquer une révolution graphique depuis Avatar de James Cameron. Au final, qu’est-ce que ça vaut ?

Pour être franc, Gemini Man est effectivement une claque visuelle sans précédent, tant les innovations visuelles sont énormes. Toutefois, il est nécessaire de vivre l’expérience dans de bonnes conditions pour que le film puisse en justifier son existence et son buzz autour de ses nouveaux artifices de réalisation. 

Nous avons vécu l’expérience en salle « Ice » du groupe CGR Cinémas.

Ce qui rend Gemini Man incroyable, c’est la technologie 3D 4K HFR (120 images par secondes), le rendu à l’image est d’une netteté ébouriffante, l’image est fluide, rendant les scènes des combat rapides et intenses. Les scènes de poursuites sont aussi tout aussi incroyables. La technologie est couplée à la réalisation maîtrisée d’Ang Lee (à grands coups de travellings minutieux et de plans- séquences comme lors de la poursuite en Colombie). La multiplication des points de vue adoptés (Caméras embarquées, plans panoramiques, visibilité du cadre au travers d’objets annexes -comme un rétroviseur ou un miroir…) permettent une immersion totale du spectateur. La technologie 3D 4K HFR est spécifique au film et offre déjà pas mal d’atouts que n’ont pas encore d’autres longs-métrages. En plus de la technologie Lightvibes propre aux salles ICE CGR (retranscription de certaines couleurs et explosions pendant le film grâce aux écrans perpendiculaires ; Spots lumineux se couplant aux couleurs du film) et du son Dolby Altmos accentuant la netteté du son, Gemini Man devient une expérience sensorielle inédite, quasiment ultime. On ne demande qu’à voir d’autres films du même acabit pour repousser encore plus loin les sensations que l’on peut vivre dans une salle de cinéma.

En plus de cela, la motion capture marche bien

Nouvelle donnée technique d’envergure, la motion-capture est impressionnante de réalisme au niveau des détails du visage. Chaque goutte de sueur, chaque éraflure, chaque clignement d’œil est incroyable, tant le réalisme des séquences est poussé à son paroxysme.

Maintenant, en dehors de tout ça, Gemini Man reste tristement classique et déjà-vu dans son histoire. Rien de bien surprenant n’est conté, les dialogues sont souvent pauvres tout comme les retournements de situations, particulièrement faciles et conventionnels. Le film ne brille pas par sa finesse et son intelligence tant l’histoire n’est en rien inédite. Seul Will Smith semble tirer son épingle du jeu. Gemini Man reste donc plus un produit marketing mettant de nouvelles technologies en avant plutôt qu’un film intéressant pour le contenu qu’il propose.

Produit marketing inédit mettant en avant d’explosives nouvelles technologies d’appréciation du cinéma, Gemini Man est une œuvre qui marquera son temps d’un point de vue technique, mais il n’y a rien à tirer de son contenu, ultra-pauvre et cliché. C’est un long-métrage clairement must-see cette année, mais uniquement pour ses transcendances visuelles.

[rwp-review id= »0″]

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Actualités

Sonic 2 : Dwayne Johnson dans la suite ?

Plus fort que toutes les franchises !

Publié

le

Lecture 1 min.

On sait que le gros succès commercial du film « Sonic » (merci le nouveau design du hérisson bleu), va engendrer une suite. Paramount semble profiter de ce succès pour lancer une nouvelle franchise. Cela permettra de faire intervenir plusieurs personnages phare de l’univers dans le prochain film (Knuckles ? Tails ?). Le retour de Jim Carrey en Dr.Robotnik sera aussi d’actualité.

Il se murmure toutefois que Dwayne Johnson, alias « The Rock » ferait lui aussi partie de l’aventure !

L’acteur Neal McDonough qui incarne l’agent Bennington, affirme que l’acteur est en pourparlers avec les producteurs de Sonic :

« J’ai vraiment hâte de découvrir cette suite. Et j’ai cru comprendre que The Rock serait dedans. The Rock est dans la suite de tous les films de toute manière ».

« Présent » au travers des dialogues de Sonic au début du film, Dwayne Johnson n’a pas manqué de commenter son « caméo ».

« C’est fou de se dire que j’adorais jouer à Sonic au lycée. Plusieurs lunes plus tard… La vie peut être si follement imprévisible et surréelle parfois. »

Continuer la lecture

Cinéma

Un film Borderlands, un début de tournage en 2020 et beaucoup de gore en vue !

Un réalisateur et un scénariste tous deux habitués à voir le sang couler…

Publié

le

par

Borderlands

Lecture 1 min.

Trois opus (dont un dernier récent) suffisent à caractériser la franchise d’irrévérencieuse. Detective Pikachu, Sonic Le Film, Warcraft : Le Commencement, beaucoup d’adaptations vidéoludiques ont vu le jour ces dernières années, mais Borderlands pourrait bien être l’adaptation la plus frappadingue.

Un scénario dément, une réalisation violente

On apprend l’arrivée d’Eli Roth à la barre par le site Movie Web. Connu pour avoir réalisé Kock Knock, Cabin Fever ou encore Hostel. Une volonté des studios de rendre l’adaptation de Borderlands fidèle à sa réputation anarchique et violente. Selon Deadline, Lionsgate s’est associé à Avi et Ari Arad de Arad Productions et Erik Feig de Picturestart pour s’assurer de la réussite d’un tel projet.

En plus d’un réalisateur bien rodé aux œuvres virulentes, le scénariste n’est autre que Craig Mazin, qui compte à son palmarès deux Scary Movie et dernièrement Chernobyl (HBO). Le président de Lionsgate l’annonce, « Avec la vision d’Eli et le scénario de Craig, on pense avoir craqué le code pour amener en grande pompe le monde anarchique de Borderlands sur grand écran, ce qui créera un événement frais, cinématographique et irrésistible pour les cinéphiles et les fans du jeu. »

Vous l’aurez compris, sortez les pop-corn, mais prenez garde à ne pas avaler de travers, le spectacle s’annonce chaud sanglant ! Cerise sur le gâteau, le tournage devrait débuter cette année !

Continuer la lecture

Analyse rétrospective

Franck Dubosc – Une fin de parcours inévitable ?

Analyse : Un itinéraire en chute libre ?

Publié

le

Frank Dubosc
Lecture 6 mins.

Tout le monde (ou presque) connait Franck Dubosc. Né le 7 Novembre 1963, il est le maître étalon du stand-up Français entre les années 2000 et 2010 avec d’autres humoristes comme Jean-Marie Bigard ou Gad Elmaleh. Se lançant aussi dans le tournage de plusieurs grosses productions Françaises de comédies populaires, il devient un acteur important du milieu. Ses prestations sont toutefois assez souvent décriées (comme les films où il tourne de façon générale) mais tous ses premiers long-métrages cartonnent chez le public familial.

Disco (2008) : C’est 2 435 000 entrées !

C’est le succès phénoménal de Camping, de Fabien Onteniente (5,5 millions d’entrées) et son rôle désormais culte de Patrick Chirac, qui le propulse sur le devant de la scène. Il participera ensuite au fiasco critique du film Astérix aux jeux olympiques qui totalisera 6,8 millions d’entrées en France. S’enchaîneront ensuite les petits succès d’estime de Disco et d’Incognito (1,3 millions d’entrées). Franck Dubosc tutoie donc toujours les sommets et le succès qui vont avec même si ses performances d’acteurs sont toujours un fil rouge de critiques que l’on retrouve sur Allociné, Senscritique et des magazines plus professionnels.

Mais Camping, avec la sortie du second volet en 2010, se dévoile assurément comme le matelas de sûreté du comédien. Le second volet cartonne une nouvelle fois (4 millions d’entrées) malgré des critiques qui tirent à boulets rouges sur le long-métrage, une nouvelle fois mené par Fabien Onteniente.

All Inclusive : Les prémices d’une fin annoncée.

La période post Camping 2 permet à Franck Dubosc de multiplier les films avec un certain succès à la clef : Bienvenue à Bord (2011, 1.5 millions d’entrées) ; Les seigneurs (2012, 2.9 millions d’entrées) ; Boule et Bill (2013, 2 millions d’entrées) ; Fiston (2014, 2 millions d’entrées) ; Barbecue (2014, 1.6 millions d’entrées) ou encore, Bis de Dominique Farrugia (1.5 millions d’entrées). Les succès se multiplient, jusqu’à un accident critique notoire…

Camping 3 : Vers la fin d’une « immunité » ?

Camping 3 est sorti en 2016, toujours sous la houlette de Fabien Onteniente avec Franck Dubosc dans le rôle titre de Patrick Chirac. Etant donné qu’il n’y a pas de scénario comparé aux deux premiers volets, nous ne sommes pas en mesure de pouvoir vous résumer ce qui s’y passe d’intéressant. Camping 3 s’est pris une violente claque critique. Le succès à toutefois été au rendez-vous (3,2 millions d’entrées), mais le film a causé polémiques sur polémiques.

Présenté en avant-première au Marrakech du rire, plusieurs spectateurs sont choqués de l’humour vaseux de certaines scènes et quittent la salle en pleine projection. Le film se voit au final frappé d’une interdiction aux moins de 16 ans au Maroc. La presse ne tarit pas de critiques aussi sur le film. Elles reprochent son absence abyssale de scénario, les blagues douteuses faites sur les homosexuels et les handicapés ainsi que des gags et des punchlines complètement beaufs, dépassées et même plus drôles.

Chez Geeks Lands, on s’inscrit dans cette logique là. Le cinéma d‘Onteniente, selon notre propre avis, n’a jamais été un grand cinéma. Il s’agit toujours pour le réalisateur de mettre en scène le basique, avec rien de neuf, et une dimension technique proche du téléfilm. Il est certain que Camping 3 n’apporte strictement RIEN à cette « trilogie » puisque on ne raconte RIEN. Sauf qu’au cinéma, si rien n’est fait pour accrocher le spectateur, alors le spectateur s’ennuie. Onteniente tentera de récidiver sa thématique artistique (film dans un club de vacances) avec All Inclusive (2019) qui se prendra un méchant tollé, cette fois-ci commercial.

Déroute éclatante pour « Toute ressemblance » (2019) : 108 000 entrées.

A la suite de la déroute Camping 3, Franck Dubosc enchaîne les déconvenues à gros budget. Boule et Bill 2 cumule 483 000 entrées, qui fait du film un échec commercial compte tenu de son budget de 15,4 millions d’euros. All Inclusive se rate aussi avec 814 000 entrée (5,8M de recettes pour un budget lui aussi de 15,4M). Enfin, Toute ressemblance est lui aussi un collatéral loupé.

Enfin, pour une raison toute particulière, rien ne semble perdu pour l’acteur et humoriste.

Tout le monde debout (2018) : Vers un changement de casquette ?

Succès critique et commercial important pour son premier film comme réalisateur.

Tout le monde debout, c’est le premier film de Franck Dubosc avec la double casquette d’acteur réalisateur. Voici le résumé :

Égoïste et misogyne, Jocelyn, un homme d’affaires à qui tout réussit, tombe sous le charme d’une voisine de sa mère, Julie. À la suite d’un malentendu, il est amené à utiliser un fauteuil roulant et à se faire passer pour une personne handicapée afin de la séduire. Le gros souci, c’est quand celle-ci lui présente sa sœur Florence… elle-même paraplégique.

Le film se veut profondément touchant et émouvant. Petite comédie romantique sans prise de tête, la réalisation s’amuse des clichés et s’en détache aisément. Franck Dubosc fait une caricature de lui-même et ne s’épargne pas au travers de son personnage, preuve d’une auto-dérision qui est bien présente. Le film véhicule d’autant plus, un beau message. Tout le monde debout est donc encourageant pour la suite des événements et peut être que le comédie devrait effectivement penser à changer de casquette, puisque celle de réalisateur semble lui aller à ravir (même si, après un seul long-métrage à son actif, il est encore trop tôt pour juger…)

Continuer la lecture

En ce moment