Ready Player One - Déjà l'indomptable de 2018 ?

06 Avr 2018

Après le très moyen "Pentagon Papers" fait avec brio à défaut d'avoir été fait avec transcendance, Steven Spielberg est de retour avec "Ready Player One", gigantesque pléiade orgasmique de scouts du jeu vidéo et gargantuesque fresque geek qui avait littéralement tout écrasé sur son passage par des campagnes marketing remarquables et efficaces. Finalement ? Entrons dans le vif du sujet... Qu'est-ce que ça vaut ?

On prend le risque de recycler tout ce qui a déjà été dit sur ce film... Mais Ready Player One est un pur chef d'oeuvre et est un exemple même à suivre dans sa composition narrative tant tout est intimement justifié. Loin de catalyser ses enjeux autour du simple postulat "guérilla vidéo ludique - société très méchante", Spielberg impacte son récit grâce à un élément très important : le créateur de l'oasis lui-même, James Halliday. Au-delà de ses aspects de film à grand spectacle, le long-métrage est une énigme en lui-même, un coffre protégé par de multiples serrures. Parce que James Halliday semble être une allégorie de Spielberg lui-même. Ready Player One déborde d'ingéniosité pour justifier ses canevas et nous offre une quantité incommensurable d'easter eggs au moyen de scènes épatantes de maîtrise (Notamment toute une scène qui se déroule au sein d'un film culte...).

Le carcan autour du créateur du jeu vidéo reste sans doute le message fort du film. Il y a véritablement quelque chose de grandiose derrière, il s'agit de l'incompréhension d'un homme face au monde dans lequel il vit, qui souhaite afficher au grand jour ses desideratas, afin que la technologie ne prenne pas (trop) le pas sur les relations humaines tout comme des valeurs apocryphes que pourraient être l'appât du gain ou la volonté d'avoir du pouvoir. Mais Ready Player One est aussi, une dingue déclaration d'amour au jeu vidéo.

Vous spoiler les multiples caméos iconiques du film serait vous retirer le plaisir de voir le métrage. Il faut que vous ayez l'œil PARTOUT. Le film fourmille tellement d'idées que son vivier de subtilités à littéralement implosé. Des cascades de références pullulent sur chacun des plans. Mais il serait dommage de limiter Ready Player One à la réussite totale de son postulat de départ. Oui, la motion capture et les effets spéciaux sont irréprochables et relèvent certainement de ce qui a été fait de mieux depuis quelques années, mais le film se distingue vraiment par ses thématiques sous-jacentes. C'est une gigantesque chasse au trésor grandeur nature que Spielberg vous invite à visiter en salle, portée par des acteurs qui (hormis Mark Rylance en James Halliday qui est extra) font le boulot sans réellement étonner. Standing ovation enfin pour la BO du film qui saura titiller certains geeks (Rejouez au premier Guitar Hero sur Nintendo DS...)

Au-delà de son aspect divertissement, Ready Player One est certainement LE Blockbuster de ces derniers temps à courir vivre en salle obscure tant l'expérience est dingue, vous ne le regretterez pas !

LEPROF

Auteur du livre Utopia Le livre événement maintenant disponible ! 

Davis, 20 ans, a perdu son grand-père et vit désormais seul pour ses études loin de sa famille. Un jour, il retrouve dans des vieilles affaires de son aïeul un coffre contenant un parchemin lui révélant l'existence d'Utopia, une cité futuriste secrète et inaccessible. Pensant retrouver son grand-père là-bas, Davis partira en compagnie de son chien et de son père tout autour du monde sur les traces des indices permettant de localiser la ville futuriste. Mais l'arrivée sur Utopia ne sera pas la finalité de son voyage...

Site internet : https://www.bookelis.com/science-fiction/26989-Utopia.html

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookie.
Afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux

Rejoignez-nous !

Hey, nous sommes sur Facebook !