BATMAN TAS LA RETROSPECTIVE - EPISODE 3

Les premiers Mercredi de chaque mois, je vous propose une rétrospective sur un épisode de "Batman The Animated Series" dans l'ordre chronologique. Abordons aujourd’hui l’épisode 3 qui introduisait le personnage de l’Epouvantail.

Intitulé Nothing to fear en version originale, et Epouvantable Epouvantail en version française, ce troisième épisode marqua la première apparition de l'Epouvantail, personnage crée en 1941 par Bill Finger et Bob Kane dans World’s Finest Comics #3. Ce fut la première réalisation de Boyd Kirkland pour Batman TAS, qui avait travaillé sur les séries animées Spider-Man de 1981, L’Incroyable Hulk, Mister T et G.I Joe. Par la suite, Kirkland, tout comme Kevin Altieri, réalisera 21 autres épisodes de Batman, co-réalisera le long-métrage Batman contre le Fantôme masqué, puis se verra attribuer la réalisation de Batman & Mr Freeze : Subzero

Le scénario fut écrit par Henry Gilroy et Sean Catherine Derek. Gilroy travaillera par la suite sur les scénarios des séries animées Taz-Mania, The Savage Dragon, Le Monde fou de Tex Avery, Timon & Pumbaa, Lilo & Stitch, Clone Wars (qu’il co-créera avec George Lucas), Les Gardiens de la Galaxie et Star Wars : Rebels. Il coécrira également le fameux comics Joker/Mask. Quant à Derek, en plus d’écrire certains épisodes de Batman et de co-créer le personnage de Renée Montoya , elle scénarisera quelques épisodes de Capitaine Planète, Spider-Man, Mortal Kombat, Pac-Man and the Gostly Adventures et Tarzan & Jane. Après avoir composé le thème de Batman (à ne pas confondre avec le générique composé par Danny Elfman) et le premier épisode, tout en assurant la supervision musicale du second épisode, la talentueuse Shirley Walker fut de retour à la composition.

Après le titre d'ouverture, accompagné d'une composition musicale aux notes jouant sur la frayeur et le suspens, l'épisode débute sur de magnifiques plans aériens de Gotham au crépuscule. Les nuances d'orange et de jaune sont subtilement utilisées, une puissance visuelle qui est appuyée auditivement par la contuinité de la composition musicale. Nous y voyons ensuite un hélicoptère traversant ce ciel de feu, suivi d'un subtil plan à l'intérieur du cockpit où nous voyons les mains d'un homme tenir une mitraillette, ainsi que les mains d'un second personnage, que l'on devine être l'Epouvantail, tenant le manche de l'appareil. La courte scène laisse place à la suivante, se déroulant dans un des buildings de la métropole, lors d'une collecte de fond organisée pour l'université de Gotham. Grâce à une conversation entre la journaliste Summer Glesson et un professeur, le Docteur Long, nous apprenons que l'université a été victime de vols à plusieurs reprises. Le dialogue est interrompu par Bruce Wayne, ce dernier prenant le même ascenseur que les deux personnages. Le docteur Long en profite pour exprimer ce qu'il pense du milliardaire.

LE DOCTEUR LONG : J'étais avec votre père à l'université. Il attendait beaucoup de vous.

BRUCE WAYNE : Il serait heureux, les industries Wayne n'ont jamais été aussi prospères.

LE DOCTEUR LONG : "Heureux" ? De son vivant, le nom de votre père inspirait le respect. Aujourd'hui, Wayne est incarné par un playboy imbu de lui-même. Si votre père voyait ce que vous faites de son nom, il mourrait de honte.

Ces paroles confirment le comportement officiel de Bruce Wayne aperçu lors de l'épisode 1. Ce fut d'ailleurs, à l'époque, la première adaptation audiovisuelle à montrer ce procédé utilisé par Bruce afin de n'éveiller aucun soupçon envers les citoyens de Gotham concernant son activité nocturne.

Suite à ce dialogue, le professeur et Summer Gleeson accèdent à un étage, laissant Bruce seul dans l'ascenseur. En descendant les niveaux, il aperçoit à travers la baie vitrée le fameux hélicoptère se posant sur le toit d'une banque (stockant les fonds de l'université). L'Epouvantail fait ainsi son entrée, accompagné de deux hommes de mains. La riposte d'un agent de sécurité est vite stoppée par le gaz du bad guy. L'agent est alors pris de démangeaisons, pensant voir une multitude d'araignées rouges parcourir son corps, avant de s'écrouler tout en continuant de se gratter nerveusement. Le trio pénètre dans le coffre et commence à déverser des litres d'essence lorsqu'il entend l'agent de sécurité se plaindre auprès de Batman. De par le mobilier de l'accueil et le coffre-fort en lui-même, nous constatons les même qualités graphiques sombres et soignées de l'épisode 1.

S'ensuit une confrontation entre le justicier et les hommes de mains. Ainsi, l'Epouvantail en profite pour tirer une flèche empoisonnée sur le Chevalier Noir. Malgré cela, ce dernier projette violemment l'Epouvantail contre un mur, laissant tomber un baton de dynamite allumé qui se trouvait dans la main du bad guy, provoquant malgré lui un début d'incendie. Peu après, les effets du poison, composé de la fameuse toxine réveillant les phobies les plus profondes, commencent à faire effet sur Batman. Profitant de sa chute, l'Epouvantail et ses hommes prennent la fuite. Le justicier tente alors de se déplacer tant bien que mal à travers l'incendie, jusqu'à l'apparition d'une projection de son père à travers une flamme : "Bruce... Bruce, tu m'as déshonoré, tu as déshonoré notre famille." Le justicier, mal en point, est sauvé grâce au déclenchement de sprinklers maîtrisant l'incendie. C'est à ce moment précis que la police fait irruption dans la banque, ainsi que l'inspecteur Bullock, appelant Batman "la chauve-souris du commaissaire" tout en aperçevant une pièce à conviction dans la main du justicier. S'ensuit entre eux un bref échange violent, jusqu'à ce que le Commissaire Gordon entre dans la banque. Bullock tente alors de lui expliquer la situation et s'aperçoit que le justicier a disparu. Après avoir exposer la haine de Bullock envers Batman dans le premier épisode, cette scène permettait d'approndir un peu plus cette relation singulière entre les deux personnages, qui deviendra l'un des principaux atouts de la série au fil des épisodes.

La scène suivante prend place dans le repère de l'Epouvantail, ce dernier racontant à ses deux hommes de mains son passé à l'université, ses expériences sur ses étudiants et son renvoi par le Docteur Long. Nous retrouvons ensuite Bruce avec une barbe de deux jours dans la batcave, affaibli suite aux effets de l'Epouvantail. Il analyse un morceau du masque de ce dernier, imprégné du gaz de la peur, lorsqu'il est rejoint par Alfred. Nous avons d'ailleurs droit à une réplique ironique du majordome concernant l'Epouvantail, déclamée avec son flegme légendaire tout en rangeant le bat-costume : "Rendez-vous compte. Quelqu'un qui se déguise et qui s'amuse à faire peur aux gens. Ils ne savent plus quoi inventer". Bruce se confie ensuite à Alfred concernant la vision de son père sous l'effet de la toxine, se demandant si son père ne serait pas réellement révulsé s'il voyait la croisade permanente contre le crime qu'il a entrepris. Alfred tient alors Batman par les épaules et exerce son rôle de second père avec brio en déclarant que Thomas serait fier de Bruce, tout comme lui, avant de l'emmener dans le Manoir en lui disant qu'un potage de poulet et une bonne nuit de sommeil lui fera le plus grand bien. Une scène aussi profonde qu'attendrissante qui met aussi bien en valeur l'humour que la psychologie d'Alfred, permettant de souligner authentiquement sa relation avec Bruce.

La nuit suivante, une autre collecte de fond pour l'université est organisée par le Docteur Long dans un musée mais est rapidement interrompue par l'Epouvantail et ses sbires. Son gaz est propagé sur les invités par le biais des conduits d'aération, semant une panique infernale. L'Epouvantail tente de s'enfuir avec l'argent volé en prenant en otage le Docteur Long lorsque le Chevalier Noir apparaît. Cela marque la première apparition de Batman en public, devant des invités abasourdis, d'autant plus avec l'effet du gaz. C'est alors qu'une majorité tente de le neutraliser (à l'instar de la scène de Batman Begins où les habitants effrayés se jettent sur le Chevalier Noir, alors que le gaz aurait pourtant dû les tétaniser). Une fois le justicier libéré de l'emprise des invités, il se dirige sur le toit du musée, s'accrochant sur le ballon dirigeable de l'Epouvantail. Un pugillat s'engage entre le justicier et un homme de main du bad guy sur le toit du ballon, armé d'une mitraillette. Batman se retrouve ensuite de nouveau confronté aux effets de la toxine, voyant son père, cette fois-ci de taille gigantesque, se transformer en squelette. Après un moment aussi cliché qu'héroïque ("No. You're not my father. I am vengeance. I am the night. I am Batman"), l'homme chauve-souris parvient à dominer sa peur, faisant disparaître la projection cauchemardesque. Il s'aventure alors dans la cabine pour neutraliser Crane sous le thème chevaleresque et authentique de Shirley Walker. Un autre combat a lieu contre le second homme de main de l'Epouvantail pendant que le dirigeable, hors de contrôle, se heurte aux immeubles de Gotham. Une fois le second couteau de Crane maîtrisé, le bad guy s'enfuit à bord d'un petit petit planeur. Il est a noter que toute la scène aérienne depuis l'apparition de Batman sur le dirigeable donne lieu à une authentique animation permettant d'apprécier les magnifiques architectures art-déco ainsi que le fameux ciel rouge et l'immense pleine lune propres à la série. Le justicier parvient à extraire le Docteur Long du dirigeable avant qu'il ne s'écrase contre un immeuble. 

Une fois revenu dans sa batmobile après avoir déposer Long, Batman constate sur son ordinateur de bord que l'analyse du morceau du masque de l'Epouvantail est terminée. Cinq sociétés manufacturant la substance présente dans la toxine sont listées : Axis Engineering, Bio Laboratories, Crane Chemicals, Macurity Manufacturing et Star Labs. Il est appréciable de voir les noms d'Axis (la branche Chemical d'Axis fut l'usine de produits chimiques ayant donné naissance au Joker) et Star Labs. Batman demande alors à l'ordinateur un recoupement des personnes ayant travaillées aussi bien à l'université que dans ces laboratoires. C'est ainsi que le nom de Jonathan Crane, propriétaire de Crane Chemicals et ancien professeur de psychologie, apparaît.

La scène finale prend naturellement place au sein de Crane Chemicals. Jonathan Crane se retrouve piégé par le justicier qui lui fait inhaler le gaz de la peur. On apprend alors que sa plus grande phobie est celle des chauve-souris, ce qui le plonge dans une profonde panique lorsque Batman s'approche de lui sous l'allure d'un immense monstre ailé. S'ensuit un premier épilogue au commissariat entre Gordon et Bullock. L'inpecteur s'énerve en affirmant que le justicier dissimule des preuves, aidant ainsi l'Epouvantail à s'échapper. C'est alors que ce dernier et le Commissaire aperçoivent Crane accroché en haut d'une lampe, inconscient. Le second épilogue se déroule sur la tombe de Thomas et Martha Wayne Bruce, lunettes de soleil et imperméable noir, dépose deux roses avant de quitter les lieux, son ombre formant symboliquement la silhouette de son alter ego.

DISTRIBUTION ORIGINALE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Kevin Conroy (Batman contre le Fantôme Masqué, Batman la relève, La Ligues des Justiciers, les jeux vidéos Arkham et Injustice, Superman/Batman : Apocalypse, Justice League : Echec, The Flashpoint Paradox, Assault on Arkham, Infinite Crisis, Batman vs Robin, The Killing Joke, Justice League Action, Batman and Harley Quinn)

L’ÉPOUVANTAIL/JONATHAN CRANE : Henry Polic II (The Fonz and the Happy Days Gang, Les Schtroumpfs, Potsworth & Co, Webster)

ALFRED : Clive Revill (Contre une poignée de diamants, L’empire contre-attaque, Les Snorky)

COMISSAIRE GORDON : Bob Hastings (Sur le pont la marine, Superboy, Wonder Woman la série tv)

HARVEY BULLOCK : Robert Costanzo (Total Recall, Dick Tracy, Die Hard 2, Loïs & Clark, Arkham Origins, Mafia II)

SUMMER GLEESON : Mari Devon (Cobra, James Bond Jr, Batman la relève, Digimon, 12 Kokuki, Le château ambulant)

THOMAS WAYNE : Richard Moll (Tribunal de nuit, Mighty Max, La famille Pierrafeu, Spider-Man la série animée, Scary movie 2 et doubleur de Harvey Dent/Double Face)

 

DISTRIBUTION FRANÇAISE :

BATMAN/BRUCE WAYNE : Richard Darbois (Doubleur de Harrison Ford, Danny Glover, Richard Gere, Dan Aykroyd, Jeff Goldblum, Patrick Swayze, et de Buzz L’Eclair, Le Génie (Aladdin), Biff de Retour vers le futur, etc)

L’ÉPOUVANTAIL/JONATHAN CRANE : Vincent Violette (Doubleur de Gary Oldman et John Turturro, doubleur dans Highlander, SOS Fantôme 2, Abyss, Flash (Barry Allen), True Romance, Batman Forever (doubleur de Jim Carrey), Le Rebelle, American Psycho, Harry Potter à l’école des sorciers, Zoolander, Breaking Bad, Le Hobbit)

ALFRED : Jacques Ciron (Et Dieu… créa la femme, Tout l’or du monde, Le Cerveau, Les Ripoux, Frantic, Au théâtre ce soir, doubleur d’Alfred dans Batman, Batman : Le Défi, Batman Forever et Batman et Robin, Mary Poppins, Barry Lyndon, Le loup-garou de Londres, Démolition Man, Le Fugitif, Alice aux Pays des merveilles, Merlin l’Enchanteur, à noter qu’il est également la voix accueillant les visiteurs dans La Tour de la Terreur à Walt Disney Studios)

COMISSAIRE GORDON : Jean-Claude Sachot (Doubleur dans Demolition Man, X-Men 2 (Stryker), Abyss, Le Silence des Agneaux, Batman Le Défi, Impitoyable, L’Impasse, The Mask, Tueurs nés, Daredevil, Akira, Fantasia 2000, The Shield, Sur écoute, Taboo)

HARVEY BULLOCK : Gilbert Levy (Le Grand Pardon, La Vérité si je mens !, doubleur dans Les Simpson (Moe, Lenny, Willie, etc) Akira, Robocop 3, Jurassic Park, Porco Rosso, Dingo et Max, Le Voyage de Chihiro,Independence Day, Star Wars Episode IV, L’Arme Fatale, Qui veut la peau de Roger Rabbit, Batman (Bob), Indiana Jones et la Dernière Croisade, Retour vers le futur 2, Tango et Cash, Le Silence des Agneaux, True Romance, Terminator 2, Casper, Titanic, Batman et Robin, Transformers 2, Machette Kills)

SUMMER GLEESON : Brigitte Berges (Doubleuse de Toni Collette et dans Retour vers le futur 2 et 3, Ghost, Le Silence des Agneaux, Bad boys, Twister, Le Monde Perdu : Jurassik Park)

THOMAS WAYNE : Richard Darbois (cf BATMAN/BRUCE WAYNE)

En conclusion, un épisode supérieur aux deux précédents, permettant d'introduire efficacement le personnage de Jonathan Crane et son gaz de la peur. La psychologie de Bruce est écrite avec brio, tant sur ses angoisses personnelles que sur son passé et son "personnage" de Bruce Wayne. La force de sa relation père/fils avec Alfred est parfaitement mise en valeur au détour de la scène dans la batcave. L'animation et les décors sont des plus authentiques, sublimés par l'efficace composition musicale de Shirley Walker. Un épisode on ne peut plus complet qui permet également de nous montrer les facettes de détective du Chevalier Noir.

 

Dernière modification le jeudi, 05 avril 2018 15:16
Jay

Cinéphile et passionné de comics depuis son plus jeune âge, Jay Viallet est également le scénariste et réalisateur de la série digitale BADY TRASH.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookie.
Afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux

Rejoignez-nous !

Hey, nous sommes sur Facebook !