Le retour du héros - critique

04 Mar 2018

Le retour du héros est arrivé dans nos salles courant février, avec en tête d’affiche un Jean Dujardin fidèle à lui-même dans le rôle d’un officier de l’armée impériale menteur, lâche et sans scrupules. Un rôle qui n’est pas sans rappeler celui de OSS 117.

Tout était fait pour me plaire dans cette nouvelle comédie costumée. Que ce soit le casting (Jean Dujardin, Mélanie Laurent, Noémie Merlant…), les costumes, les décors ou encore les dialogues. Bref, j’avais devant moi un film qui me disait clairement : « ça change des autres comédies françaises ». Mais qu’en est-il vraiment ?

Eh bien je dois dire que je n’ai pas regretté ma séance de cinéma. Un mot me revient assez souvent en pensant à ce film : l’originalité. En effet, le contexte historique nous offre une comédie rafraichissante et pleine de couleur, de par les décors, mais surtout à travers les costumes des personnages. Mais il ne suffit pas d’un contexte pour se montrer original. Les personnages doivent avoir une personnalité bien définie qui les mène vers des situations embarrassantes ou grotesques, situations qui rendront les scènes plus ou moins comiques. Le réalisateur du film, Laurent Tirard, a bien réussi son pari. Il est très amusant de voir le Capitaine Neuville raconter son histoire tout au long du film, tout en sachant qu’il n’a jamais rien fait et que tout ceci n’est qu’une invention. J’ai été surpris de voir un film qui ne se résume pas qu’à l’humour mais qui contient de véritables scènes dramatiques et cela le rend très poétique. Tout est bien filmé et bien cadré, on a des plans plutôt intéressants, Laurent Tirard nous montre qu’il sait respecter les codes du cinéma.

Cependant, j’ai vu ce film comme une bande annonce, celle du prochain OSS 117. Un troisième opus qui a d’ailleurs été annoncé lors de la promo du retour du héros sur le plateau de Quotidien. En effet, je ne cessais de me dire : « Hubert Bonisseur de la Bath, sort de ce corps ». Alors j’en conviens qu’il est plutôt exagéré de dire que ces deux personnages sont identiques, néanmoins, malgré leurs différences, ils se ressemblent beaucoup. Ce sont tous deux des menteurs qui aiment se regarder dans le miroir et qui travaillent pour leur pays. A une différence près, Hubert aime son pays alors que Neuville s’en fiche complètement. Bref, même si ce film me semble exister pour nous faire patienter avant le prochain OSS 117, il n’en reste pas moins réussi. Allez le voir.