Nous Suivre

Hey ! Une recherche ?

Nos critiques

La planète des singes Suprématie : Un final en apothéose

Notre critique en avant-première du film « La planète des singes Suprématie », dernier volet de la saga signé Matt Reeves, après le premier volet initié par Rupert Wyatt en 2011. 

La planète des singes Suprématie : Un final en apothéose
La planète des singes Suprématie : Un final en apothéose

Bravo, c’est peut-être l’unique mot que l’on parviendra a soutirer de « La planète des singes Suprématie ». Après deux excellents premiers volets sortis en 2011 et en 2014, Matt Reeves signe une fin en apothéose. Il contourne aisément et subtilement le carcan abrupt de la guérilla simpliste Simio-humaine pour la détourner une nouvelle fois en guerre idéologique et de caractère où les poids importants des deux camps vont lutter pour imposer leur autorité, alors que le dénouement du conflit viendra de tout autre part. Reeves étonne encore une fois et parvient à nous montrer que cette trilogie de « La planète des Singes » est très certainement ce qui a été mieux réussi en termes de Blockbusters depuis Avatar.

La force principale de ce dernier opus, c’est sa force dramatique, ponctuée par des scènes incroyablement iconiques et touchantes. Par le biais de la bande-son de Giacchino, une véritable densité dramatique accompagne les protagonistes de « La planète des singes ». On est inéluctablement derrière César ainsi que Maurice, Rocket et Luca, les « chefs de guerre » de César qui ici, prennent une envergure plus grande.

On est transporté avec eux, on ne veut pas les voir mourir, tout comme la petite fille que ces derniers recueillent, campée par une excellente Amiah Miller qui n’a même pas besoin de parler pour transmettre toute l’émotion qu’elle emmagasine. 

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Parce que « Suprématie » étoffe et densifie ses personnages, pour leur offrir une personnalité efficace et vraiment touchante. L’iconisation des scènes est permanente, chaque plan est magnifié au possible pour rendre encore plus fou et encore plus tendu chacune des stases du récit. Le scénario est LE point fort du film. Il n’offre pas la place de l’antagoniste par défaut à Woody Harrelson (excellent d’ailleurs), justifiant aussi l’écriture de son personnage.

Le scénar’ apporte aussi des modifications quand à la grippe simienne, pour toujours rester cohérent avec ce qui a été énoncé avant. César, dans son écriture spectrale, est tourmenté par Koba, l’antagoniste du deuxième opus et là encore, ce qui est intéressant c’est de voir que des personnages si différents finissent par se ressembler. César, aveuglé par sa vengeance, n’est plus le singe protecteur des précédents opus.

« Suprématie » c’est avant tout la quête de rédemption de César. Une quête qui fait chassé-croisé avec celle du colonel sans-nom joué par Harrelson. Les deux se comprennent, se toisent, par le biais de puissantes scènes de confrontations qui impactent plus les esprits qu’un « boum boum » entre Spiderman et le Vautour.

Publicité - Scroll pour continuer la lecture

Les thématiques exploitées sont aussi intelligentes. Certaines actions du colonel nous le font voir comme un nazi simiophobe et raciste. Pourtant, malgré sa démence, ses actions sont justifiées uniquement pour sauver la race humaine. « Suprématie » apporte aussi un vrai message d’espoir aux personnes dans une situation de handicap particulière. Puisque la protagoniste touchée par ce handicap parvient à véhiculer des kilomètres carrés d’émotion, faisant l’intermède pour réconcilier humaines et singes, chose qu’elle ne pourra néanmoins pas réussir. Elle endosse le rôle de la porteuse d’espoir, malgré son difficile handicap. 

On ne peut pas détailler plus ce dernier opus de la planète des singes. Si vous êtes fan des deux premiers, foncez voir le troisième. Matt Reeves prouve encore une fois que c’est bien son film qui est le porte-étendard des blockbusters matures et efficaces d’Hollywood et qui a repris le flambeau laissé par Avatar en attendant le retour de James Cameron avec la suite de son univers. Le rendez-vous final est pour le 2 Août, et il ne faut pas le rater !

Publicité - Scroll pour continuer la lecture
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Exclus

Bande Annonce Cinéma

Très attendu par les fans de DC Comics et du Chevalier Noir, The Batman de Matt Reeves s’est dévoilé au moyen d’une nouvelle bande-annonce...

Bande Annonce Cinéma

C’était attendu lors du DC Fandome et les fans ont enfin pu en bénéficier. DC Films a dévoilé un teaser très attendu de Black...

Cinéma

Légende vivante du cinéma, Michael Caine ne serait pas à la retraite, malgré les déclarations qu’il a faites récemment, annonçant que son nouveau film...

Analyses

Un phénomène mondial. Squid Game a littéralement cassé Netflix en devenant l’un des programmes les plus vus de la plate-forme. Le concept : des...

Cinéma

Si Ghostbusters Afterlife, qui a pris le relais de la catastrophe herculéenne de 2016 avec le reboot féminin, a longuement été retardé, il devrait...

Cinéma

Promu dès la Comic-Con de 2019, Docteur Strange in the multiverse of madness s’annonçait véritablement comme le mastodonte de la phase 4 du MCU,...

Plus d'Articles

Cinéma

Promu dès la Comic-Con de 2019, Docteur Strange in the multiverse of madness s’annonçait véritablement comme le mastodonte de la phase 4 du MCU,...

Cinéma

Les Gardiens de la Galaxie vol.3 sera un film essentiel de la phase 4 du Marvel Cinematic Universe. Sept ans après le volume 2...

Cinéma

Grande trilogie à succès de ces dix dernières années, la Planète des Singes made in Fox a remporté de beaux succès au box-office en...

Cinéma

Si Ghostbusters Afterlife, qui a pris le relais de la catastrophe herculéenne de 2016 avec le reboot féminin, a longuement été retardé, il devrait...

Publicité